CULTURE

14ème « Brussels Film Festival », du 17 au 24 Juin

Du 17 au 24 juin, le cinéma européen est de retour à Bruxelles, pour sa 14ème édition depuis son implantation à « Flagey », sous le nom de « Brussels Film Festival » (« BRFF »). En chiffres, ce Festival, vivant et décomplexé, ce sont 8 jours de découvertes festives, avec, à l’affiche, 15 pays européens représentés, 70 courts et longs métrages sélectionnés, parmi plus de 800 films candidats et, en fin de parcours, 50.000€ de prix distribués, afin d’encourager la création et la promotion cinématographique au sein de notre Continent… C’est aussi l’occasion pour un New-Yorkais bien connu dans le milieu du cinéma, un certain Woody Allen de s’exprimer: «J’ai toujours rêvé d’être un réalisateur européen», … comme tous ces étudiants belges et étrangers qui, durant ce Festival, viendront à la rencontre des réalisateurs, acteurs, producteurs et autres professionnels du cinéma se retrouvant chaque année, en juin, à Bruxelles, à Ixelles, à « Flagey »! Ensemble, célébrons donc notre Cinéma européen!

BRFF 16 Affiche 2

… Et faisons nôtres, les mots d’introduction du Directeur général du Festival, Yvan Corbisier: « En tant qu’organisateurs d’un événement culturel à Bruxelles, l’équipe du Festival et moi-même avons été très marqué par les événements dramatiques qui ont touché notre belle capitale de l’Europe. Et au lieu de baisser les bras et de nous avouer vaincu par la barbarie, nous avons redoublé d’ardeur pour préparer une édition encore plus riche et passionnante. Nous sommes en effet convaincus que la culture reste le fondement de notre société européenne, et peut servir de rempart contre l’obscurantisme et la violence. Ce n’est donc pas un hasard si nous allons accueillir deux invités d’honneur, tous les deux engagés politiquement contre les extrémismes, le cinéaste allemand Volker Schlondörff et l’acteur français Guy Bedos« .

« Quand le premier met en garde contre l’extrême droite à travers ses films comme ‘Le Tambour’, le second utilise souvent l’humour pour dénoncer le racisme. Et d’humour il en est souvent question dans la programmation du Festival. Les cinéastes européens ont plus que les années précédentes exploité le filon de la comédie pour parler de la crise économique, de la maladie ou de la violence. Le Festival s’ouvrira ainsi avec ‘Folles de Joie’, de Paolo Virzi, dans lequel Valeria Bruni Tedeschi rayonne littéralement, et se clôturera avec la légèreté de ‘L’Effet aquatique’, de la regrettée Solveig Anspach. Mais avant de terminer en beauté, il vous aura fait passer des moments inoubliables avec sa soirée ciné-concert présentée dans le cadre de la Fête de la musique, sa ‘Fête à Guy Bedos’, au ‘Théâtre 140’, sa dizaine d’avant-premières, ses séances de cinéma en plein air, ses invités, sa brocante, ses soirées italienne, polonaise, espagnole et son atmosphère décontractée et cinéphilique ».

 « Le cinéma européen, c’est la diversité culturelle. Au ‘Brussels Film Festival’, on l’encourage. Et vous »?

Comme le suggère le titre du film présenté en « Gala d’Ouverture », ce vendredi 17 juin, à 20h., préparons-nous à vivre une semaine de Festival dans la joie de découvrir des films d’exception, célébrant l’Europe dans toute sa diversité. Rejoignons donc la sympathique équipe organisatrice pour « faire la fête », en  assistant à la projection de: « La Pazza Gioia » (titre belge: « Folles de Joie »/Paolo Virzi/ITA-FRA/2016/118′), histoire de bien commencer ces 8 jours dédiés au Cinéma européen.

Synopsis: « Beatrice est une mythomane bavarde au comportement excessif. Donatella est une jeune femme tatouée, fragile et introvertie. Ces deux patientes de la ‘Villa Biondi’, une institution thérapeutique pour femmes sujettes à des troubles mentaux, se lient d’amitié. Un après-midi, elles décident de s’enfuir bien décidées à trouver un peu de bonheur dans cet asile de fous à ciel ouvert qu’est le monde des gens sains ».

"Folles de Joie" (Paolo Virzì)

« Folles de Joie » (Paolo Virzì)

12 Films en Compétition:

  • « A Good Wife » (Mirjana Karanovic/BIH-HRV-SRB/2016/90’/une famille serbe, après la guerre des années ’90);
  • « Blind Sun » (Joyce Nashawati/FRA-GRC/2016/88’/« Prix de la Critique » au « Festival de Thessalonique » 2015);
  • « Callback » (Carles Torras/ESP/2016/83’/cauchemardesque mais captivant, la terrible face cachée du rêve américain);
  • « Couple in a Hole » (Tom Geens/UK-FRA-BEL/2015/105’/« Prix meilleurs film et scénario », « Prix du Public », à Dinard):
  • « El Olivo » (Iciar Bollain/ESP-ALL/2015/98’/tout en émotion et en sensibilité entre Alma et son grand père);
  • « Lazar » (Svetozar Ristovski/HRV-BGR-FRA/2015/103’/en Macédoine, au coeur d’une actualité européenne brûlante);
  • « Pikadero » (Ben Sharrock/ESP/2015/97’/amour décalé abordant la crise économique en Espagne de façon originale);
  • « Suntan » (Argyris Papadimitropoulos/GRC-UK/2016/104’/une romance sur une île grecque vendue au tourisme);
  • « The Student » (Kirill Serebrennikov/RUS/2016/118’/« Prix François Chalais »« Un certain Regard » -, à Cannes);
  • « Toni Erdmann » (Maren Ade/ALL/2015/162’/relations entre un père et sa fille, un film ovationné à Cannes);
  • « Viva » (Paddy Breathnach/IRL/2015/100’/sélectionné pour l’ « Oscar du meilleur film en langue étrangère »);
  • « We are never Alone » (Petr Vaclav/CZE-ROU/2016/103’/fable sociale sur une société tchèque en perte de repères).
  • "Suntan" (Argyris Papadimitropoulos)

    « Suntan » (Argyris Papadimitropoulos)

Un Jury officiel de 6 membres, issus de 4 paysNatali Broods (actrice belge), Emanuele Crialese (réalisateur, scénariste et producteur italien), Derek De Lint (acteur néerlandais), Maruschka Detmers (actrice néerlandaise), Pierre Dherte (comédien, illusionniste, metteur en scène et chroniqueur belge) et Ivona Juka (réalisatrice croate).

D’autres jurys seront présents, ceux de l’ « Association Scénaristes Audiovisuel » (« ASA »), de « Cineuropa », d’ « UPS Cinephile Award », de la « RTBF » & de « BeTv », ainsi que de la « Short Film Competition » (« Compétition des Courts-Métrages », offert par l’ « Union de la Presse Cinématographique Belge »/« UPCB » et de l’ « Union de la Critique de Cinéma »/ »UCC »).

"Viva" (Paddy Breathnach)

« Viva » (Paddy Breathnach)

Compétition des Courts-Métrages, le jeudi 23 (11 films):

Et si nous avons un jury pour les Courts-Métrages, c’est, bien sûr, qu’il y a une compétition qui leur est réservée, présentant 11 films belges, de 8′ à 28′, répartis en 2 séances consécutives, à 20h. et à 22h.

Hors Compétition, Programmation « Panorama » (15 films):

Divisée en 4 sections: « masters » (dernières oeuvres d’auteurs confirmés), « outsiders » (talents à suivre), « explorers » (pour cinéphiles purs et durs) et « happy hour » (des comédies aux « thrillers », films de genres), elle présente 15 films, avec, parmi ceux de la section « outsiders »: « Blanka » (Khoki Hasei/PHL-JAP-IT/2015/75’/dans les rues douteuses, une leçon de vie et d’humanisme), « The Paradise Suite »/Joost van Ginkel/NLD-BUL-SWE/2015/123’/dans la banlieue d’Amsterdam, la vie de 6 personnes aux parcours très différents, un film qui a fait l’ouverture du « Festival International du Film de Toronto » et qui est sélectionné pour l’ « Oscar du meilleur film en langue étrangère ») et « On m’appele Jeeg Robot » (Gabriele Mainetti/ITA/ 2015/112’/11 Prix, dont 7 « David di Donatello » de l’ « Académie du Cinéma italien », 2 du « Festival du Film italien de Lisbonne », 1 du « Bari international Film Festival » et du « Festival du Film fantastique d’Amsterdam »).

Programmation Avant-Premières (10 films):

Parmi eux, citons: « Adama » (Simon Rouby/FRA/2015/85’/entre tradition et modernité, amour, courage et mémoire, aux sons de la « kalimba », en Afrique de l’Ouest, un film d’amination, des 12 ans à son initiation, au sein de l’ethnie Nassaras, et à sa présence à Verdun, en 1916), « Strike a Pose » (Ester Gould & Reijer Zwaan/NED-BEL/2015/83’/sensibilité à aborder certains thèmes d’actualité comme l’homosexualité, le SIDA, l’amitié et la chute après la starisation, alors que les 5 intervenants de ce documentaire participaient, comme danseurs, au tour de chant de « Madona », de 1990 à 1992), ainsi que les films présentés pour l’Ouverture (« Folles de Joie », déjà cité) et la Clôture du Festival, ce dernier « L’Effet aquatique » (Solveig Anspach/FRA/2016/83’/Prix « SACD » de la « Quinzaine des Réalisateurs », à Cannes) étant projeté, le vendredi 24 juin, après la remise des « Iris Awards » et autres Prix, la soirée débutant à 20h.

"Adama" (Simon Rouby)

« Adama » (Simon Rouby)

Séances spéciales (3 films):

Au programme: « Le Coeur Régulier » (Vanja D’Alcantara/BEL-FRA-CAN/2015/95’/dans un village japonais, loin de tout matérialisme, un message providentiel qui éblouit par sa beauté), « Et si on vivait tous ensemble » (Stéphane Robelin/FRA-ALL/2011/96’/avec Guy Bedos, Géraldine Chaplin, Jane Fonda, Clade Rich et Pierre Richard/quand le cœur s’emballe, au sein d’une vie en communauté, à plus de … 75 ans/une  comédie tonique, drôle et touchante) et « Mustang »  (Deniz Gamze Ergüven/FRA-ALL-TUR-QAT/2015/97’/ »Prix LUX du « Parlement européen »/nommé pour l’ « Oscar du Meilleur Film en langue étrangère »dans un village turc, 5 soeurs, ayant un brûlant désir de liberté, sont consignées dans leur maison familiale, désormais ressentie comme une … prison/un film d’une grande fraîcheur et d’une vivacité de ton qui nous enchante/projeté en audio-description, pour les aveugles et mal voyants).

"Mustang" (Deniz Gamze Ergüven)

« Mustang » (Deniz Gamze Ergüven)

Projections en plein air, sur la Place Ste.-Croix, devant l’entrée de « Flagey » (8 films gratuits):

En espérant que notre climat belge le permette, tous les soirs, à 22h., bien installés sur des chaises longues, sirotant un soda, une bière ou un cocktail, nous pourrons visionner quelques succès cinématographiques belges (certains en co-productions), de ces 2 dernières années, tels: « Je suis Mort mais j’ai des Amis » (Guillaume & Stéphane Malandrin/2015/96’/avec Bouli Lanners), « Le tout nouveau Testament » (Jaco van Dormael/2015/113’/avec Catherine Deneuve, Yolande Moreau & Benoît Poelvoorde /4 « Magritte », dont celui du « meilleur film »/nommé pour le « Golden Globe du meilleur film en langue étrangère »), « D’Ardennen » (Robin Pront/2015/93’/« Magritte du meilleur film flamand »), « Les premiers, les derniers » (Bouli Lanners/2016/98’/ 2015/93’/ avec Albert Dupontel & Bouli Lanners),  « Tous les Chats sont gris » (Savina Dellicour/BEL/2014/ 84’/avec Anne Coessens (« Magritte de la meilleure actrice dans un second rôle ») & Bouli Lanners/« Magritte du 1er film ») De l’excellent cinéma belge, francophone et néerlandophone, à la portée de toutes les bourses, puisque gracieusement offerts.

Films belges en plein Air

Films belges en plein Air

Rétrospective Volker Schlöndorff, à la « Cinémathèque »,  jusqu’au vendredi 24 (17 films, de 1969 à 2014) et sa « Leçon de Cinéma », à « Flagey », le samedi 18, à 16h.:

Parmi ses 17 films programmés, citons: « Les Désarrois de l’élève Törless » (ALL-FRA/1969/95’/« Prix de la Critique internationale », à Cannes/démontre comment l’on devient tortionnaire au nom d’une supériorité de classe/adapté d’un roman de Robert Musil), « L’Honneur perdu de Katharina Blum » (ALL/1976/106’/une critique acerbe de l’Allemagne « des années de plomb »), « Le Tambour » (ALL-FRA-POL/1979/164’/avec Charles Aznavour/« Palme d’Or » 1979, à Cannes/ »Oscar du meilleur film en langue étrangère » 1980, à Hollywood/adapté d’un roman de Günter Grass/une fresque historique qui dénonce l’ascension du nazisme, en Allemagne, à travers le parcours d’un enfant qui décide de ne plus grandir ), « Un Amour de Swann » (ALL-FRA/1983/ 110’/avec Alain Delon/1ère adaptation à l’écran  d’un roman de Marcel Proust), « La Mort d’un Commis Voyageur » (USA/1985/115’/avec Dustin Hoffman & John Malkovich, adapté de la pièce d’Arthur Miller, scénariste du film) et « Diplomatie » (ALL-FRA/2014/ 84’/ avec André Dussollier/adapté de la pièce de Cyril Gély).

"Le Tambour" (Volker Schlöndorff )

« Le Tambour » (Volker Schlöndorff )

Grande figure du cinéma allemand, Volker Schlöndorff (°1939) ayant suivi ses parents en Bretagne, il prend la direction de Paris, devenant l’assistant de Louis MalleJean-Pierre Melville et Alain Resnais, qui lui dit un jour: « Pourquoi ne réaliserai-tu pas des films en allemand »? Retournant donc en Allemagne, il signe son 1er long métrage en 1966: « Les Désarois de l’Elève Törless », … « Prix de la Critique internationale », à Cannes! … Pour un coup d’essais, un coup de maître, assurément! … Aimant adapter des romans ou des pièces de théâtre, outre les écrits de Gély, Grass, Miller, Musil, Proust, il adapte à l’écran les oeuvres de Bertolt Brecht, Michel Tournier, Marguerite Yourcenar, … Et si vous souhaitez en savoir plus sur sa carrière, sur sa méthode de travail, n’hésitez pas à assister à sa « leçon de cinéma », à « Flagey », le samedi 18, à 16h., animée par André Buytaers, co-président de l’ « Association des Réalisatrices et Réalisateurs de Films » (« ARRF »). Prix d’entrée: 7,5€.

Leçon de Cinéma de Volker Schloendorff

Leçon de Cinéma de Volker Schloendorff

Entre 2 films, 2 expositions s’offrent à notre curiosité. l’une est consacrée à Laurent Durieux, qui, originaire de Braine-l’Alleud, ayant étudié à « La Cambre », attire désormais l’attention de réalisateurs aussi connus que Francis Ford Coppola ou Steven Spielberg, en répondant à des commandes l’amenant à recréer nombre d’affiches de cinéma, de « King Kong » à « Jaws », en passant par « The Wizard of Oz ». Influencé par les illustrateurs des années ’30 à ’50, il construit un univers rétro-futuriste  témoignant de sa fascination pour un « futur qui n’a jamais eu lieu ». Aujourd’hui, répertorié parmi les 200 meilleurs illustrateurs au monde, ses oeuvres sont exposées dans de nombreuses galeries américaines, à New York notamment. En outre, en 2010, il réalisa un court métrage en images de synthèse, « Hellville », à la demande de « Canal + France ». Remarqué par le magazine américain « Variety », il le présente dan de nombreux festivals, d’Annecy à Chicago, en passant par Porto.

L’autre, « Toutes Couleurs par Kieslowski », nous étant présentée par la « Représentation de la Pologne auprès de l’Union Européenne », avec le support d’institutions polonaises, nous propose de partir à la découverte des oeuvres de l’artiste  Krzysztof  Kieslowski. Evoquant la Pologne, soulignons qu’elle sera mise à l’honneur le dimanche 19, par la projection de 2 films polonais, « Life must go on », à 19h.00 et « The Lure », à 21h.30, avec un moment de convivialité à la polonaise, dès 20h.30, la soirée revenant à 10€, incluant les 2 films, les boissons et les amuse-bouches.

Dans ce même cadre de l’ « European Focus », le lundi 20, c’est l’Italie qui sera ainsi mise à l’honneur, avec « La Correspondance » et « On m’appelle Jeeg Robot », tandis que le jeudi 23, ce sera au tour de l’Espagne, avec « Truman » et « Toro ». « Bienvenido »! A noter qu’il y aura aussi une soirée spéciale, le mardi 21, à 18h., la projection du film « Our Everyday Lifé », de Bosnie et  Herzégovine, co-produit par la Croatie et la Slovénie, sera également suivie d’une rencontre festive, à l’ambiance balkanique.

Ce même mardi 21, à 19h.30, un « Ciné-Concert » nous attend, avec, sur scène, Castus, Kris Dane et Musti. En consultant le programme, sur http://www.brusselsfilmfestival.be, vous découvrirez encore bien d’autres activités proposées par la dynamique équipe du « BRFF », telles qu’un atelier de scénario, le dimanche 19, à 15h. (Participation: 7€50); un « Speed Dating », le mardi 21, de 14h. à 18h., pour que réalisateurs ou producteurs puissent rencontrer de talentueux artistes; une « Sunday School », le dimanche 10, de 10h. à 17h., un cours pour les professionnels, donné par Elliot Grove (Participation: 100€); sans oublier une nouveauté, la 1ère « bourse cinéma-musique », ouverte à tous, le dimanche 19, de 10h. à 18h., à l’intérieur, pour chiner à l’aise, et sur la Place Ste.-Croix, pour un rassemblement de voitures ayant été utilisées lors de tournage.

La Fête à Guy Bedos

La Fête à Guy Bedos

« Last but not least », à l’occasion de la « Fête de la Musique », nous ferons la Fête, au « Théâtre 140 », à notre second invité d’honneur, Guy Bedos (°1934)., qui, né à Alger, tourne son 1er film à 20 ans, en 1954. Ensuite, il évoluera sous la direction de Marcel Carné, Jean Renoir, Claude Berri, Yves Robert, Vera Belmont, … Ayant joué aux côtés de Jean-Pierre Cassel, Géraldine Chaplin, Jane Fonda, Claude Riche, …, il a été à l’affiche d’une quarantaine de films, menant, avec succès, sa carrière d’artiste de cabaret, seul en scène ou avec Michel BoujenahSophie Daumier, Muriel Robin, … Une occasion unique que nous offre le « BRFF » d’aller à la rencontre de son humour caustique et décalé, en fin observateur de la comédie humaine ou politique!

Prix par séance: 7€50 (6€50 pour -de 26 ans, + de 60 ans, demandeurs d’emploi et moins valides). Pass pour 5 films, à l’exclusion des Galas d’Ouverture et de Clôture.

Yves Calbert.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publicités

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

RSS Bruxelles-news

Follow Brussels Star on WordPress.com

Pages et Articles Phares

BRUSSELS ECONOMIC

le quotidien militant de l'entrepreneuriat et de l'entreprise / militante dagblad voor ondernemerschap en onderneming

BRUSSELS DIPLOMATIC

daily newspaper for international affairs, diplomatic affairs and european affairs in Brussels.

%d blogueurs aiment cette page :