Bruxelles

Le crayon dans la peau (Walthéry)

« Champaka » / « Le Crayon dans la Peau » (Walthery)
Chez « Champaka », au « Sablon », jusqu’au 26 juillet, François Walthery, créateur de « Natacha », édité par « Dupuis », nous dévoile toute la qualité de son coup de crayon des plus dynamiques, comme vous le prouve la planche ci-dessous, extraite de son album « Une Femme dans la Peau », récemment édité par « P&T Productions ». L’original de cette planche peut devenir votre propriété, toutes les planches exposées étant vendues à 1200 ou 1300€ l’unité.
walthery1
« Officier du Mérite wallon », depuis 2013, François Walthéry est né à Argenteau, le 17 janvier 1946. A 15 ans, il entamme des études, à l’ « Institut Saint-Luc », Liège, sous le conseil éclairé de « Mittéi », qui lui confie, l’année suivante, en 1962, le personnage de « Pipo », publié dans « Junior ». De 1963 à 1966, il dessine quatre aventures de héros de papier créés par « Will », « Jacky et Célestin ». Parus en épisodes dans « Le Soir illustré » elles seront publiées parmi « Les Péchés de Jeunesse » de « Dupuis » (début des années ’80).
 
En 1965, alors qu’il effectue son service militaire en Allemagne, à la demande du Rédacteur en Chef, de 1953 à 1968, du « Journal de Spirou », Yvan Delporte, il crée un personnage adulte féminin. Hôtesse de l’air, elle recevra le nom de « Natacha », en 1967, avant d’être accueillie, le 26 février 1970, dans les pages de cet hebdomadaire BD, publié à Marcinelle. D’où ces bons mots de François Walthéry : « Je dessine vite, mais je travaille lentement ». 
Entretemps, notre sympathique dessinateur était devenu l’un des assistants de « Peyo », aidant aux décors de « La Schtroumpfonie en ut », avant de dessiner quatre albums de « Benoît Brisefer » (« Dupuis »), entre 1964 et 1972. Pris entre deux personnages, dont l’un n’est pas le sien, il décide de consacrer, désormais, tout son travail à son hôtesse de l’air, « Natacha », écrivant, à l’époque : « Je dus bientôt abandonner « Benoît », pour me consacrer à elle! … Les filles, cela finit toujours par vous prendre tout votre temps ».
walthery2
Natacha2… Mais quelle évolution entre le côté classique de « Natacha », tel que dessiné pour ses premières aventures (illustration en couleurs) et celui, si bien crayonné, que nous pouvons admirer chez « Champaka ». Avec ce même coup de crayon, il crée « Rubine » (« Le Lombard »), en 1993, qu’il confie assez rapidement à un jeune dessinateur serbe, Dragan de Lazare. Et voici qu’arriva, en 1994, « Une femme dans la Peau » (« P&T Productions »), dont de superbes planches se retrouvent également, pour notre plus grand plaisir, chez « Champaka » (telle celle que nous publions au début de cet article). Un album en version crayonnée fut même édité, soulignant la beauté de te ce travail réalisé avec une grande précision. 
 
A ce niveau, écoutons François Walthéry, reconnaissant l’apport de « Peyo » dans sa formation : « Un bon crayonné est indispensable avant de passer à l’encrage. L’improvisation à l’encre, via la plume à profiler, est hasardeuse et peu, sur un bon crayonné, donner de bons résultats, mais, aussi, parfois, se révéler catastrophique ».
AviatriceDans la « Galerie Champaka », vous pouvez également compulser le dernier album dessiné par François Walthéry, publié chez « Paquet », « L’Aviatrice », nous replongeant en 1935, aux côtés de « Nora Stalle », pionnière de l' »Aéropostale ». Ainsi, de son hôtesse de l’air aux cheveux blonds, François Walthéry, secondé aux dessins par Bruno Di Sano, sur un scénario d’Etienne Borger, passe à une pilote à la chevelure brune, en pleine préparation d’un raid entre la France et Shangaï, Chine, à bord d’un « Caudron Simoun », racheté par « Renault ». Trait d’union entre ses deux héroïnes aux caractères bien trempés : leurs grands yeux charmeurs attirant la gent masculine. … Mais n’oublions pas que ce qui doit principalement attirer nos regards, chez « Champaka », c’est la qualité dynamique des oeuvres d’un artiste bien de chez nous, au « crayon dans la peau », François Walthéry.
 
Entrée libre, du mercredi au samedi, de 11h.00 à 18h.00, le dimanche, de 10h.30 à 13h.30, ainsi que le lundi et le mardi, sur rendez-vous. Sur internet, compulsez http://www.galerie champaka.com.
 
Yves Calbert.

 

Publicités

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Follow Brussels Star on WordPress.com

Pages et Articles Phares

BRUSSELS ECONOMIC

le quotidien militant de l'entrepreneuriat et de l'entreprise / militante dagblad voor ondernemerschap en onderneming

BRUSSELS DIPLOMATIC

daily newspaper for international affairs, diplomatic affairs and european affairs in Brussels.

RSS LA LIBRE BELGIQUE

%d blogueurs aiment cette page :