Palmarès du 37è « Festival International du Film Francophone » (« FIFF »), à Namur


© Fabrice Mertens/ »FIFF »

Après, pour causes sanitaires, deux années de proclamation du palmarès du « Festival International du Film Francophone » (« FIFF »), devant quelques spectateurs, dans une salle aux dimensions réduites, les « Bayards » et autres Prix de cette 37è édition furent remis, le vendredi 07 octobre, dans la grande salle du « Delta ».

L'équipe de programmation du FIFF
L’équipe de programmation © « FIFF »

A souligner qu’en longs-métrages, le film « Dalva », de la réalisatrice belge Emmanuelle Nicot, a remporté trois Prix (de la « Découverte », du « Jury Junior » et, pour Fanta Guirassy, le Prix de la meilleure interprétation).

Par ailleurs deux films ont remportés deux Prix l: « Les Amandiers », de la réalisatrice franco-italienne Valeria Bruni Tedeschi, a reçu le « Bayard de la meilleure Photographie » (pour Julien Poupard) & le « Prix Off de la RTBF » ; « Le sixième Enfant », du réalisateur français Léopold Legrand, a remportéle « Prix Paris d’Agnès » & le « Prix Off BeTV » ).

Cérémonie des « Bayards », au « Delta » © « FIFF »

Composition du Jury de la Compétition officielle :

Laurent Capelluto, acteur/Bel. ; Youra de Peretti, directrice de casting/Fra. ; Dieudo Hamadi, réalisateur/ République Démocratique du Congo ; Uèle Lamore, cheffe d’orchestre-compositrice/Fra. Annabella Nezri/ productrice/Bel./présidente de ce Jury.

Palmarès des Longs-Métrages :

Compétition officielle :

  • Bayard d’Or du meilleur Film :

*** « Sous les Figues » (Erige Sehiri/Tunisie-Fra.-Sui.-All.-Qatar/2022/92′)

 Bayard d’Or remis à Erige Sehiri.

« Eye-lite » offre 14.000€ à la boîte de distribution pour la promotion et la diffusion en salles commerciales belges.

Critique : Sous les figues
« Sous les Figues » (Erige Sehiri)

Synopsis « Au milieu des figuiers, pendant la récolte estivale, de jeunes femmes et hommes cultivent de nouveaux sentiments, se courtisent, tentent de se comprendre, nouent – et fuient – des relations plus profondes … »

Erige Sehiri, réalisatrice du Bayard d’Or du meilleur Film © Nicolas Simoens
  • Prix spécial du Jury :

*** « La Gravité » (Cédric Ido/Fra./2022/84′)

Prix remis à Cédric Ido.

« ADN Studio » offre au réalisateur lauréat des services d’étalonnage/DCP sur son prochain film pour une valeur de 2.000€, à valoir dans les facilités d’ADN Studio, à Bruxelles.

« La Gravité » (Cédric Ido)

Synopsis « Un alignement des planètes inédit impactant la gravité va bouleverser l’équilibre d’une cité … »

  • Bayard de la meilleure interprétation &, pour le film, Mention spéciale du Jury

*** Iulian Postelnicu, pour « Des Gens bien » (« Men of deeds »/Paul Negoescu/Roumanie/2022/119′), ce film recevant une Mention spéciale du Jury

Bayard remis à Iulian Postelnicu.

Iulian Postelnicu dans « Des Gens bien » (« Men of deeds »/Paul Negoescu)

Synopsis « Ilie est le chef de la police d’un village du nord de la Roumanie, près de la frontière ukrainienne. Entouré d’illégalités, Ilie va bientôt sentir la pression de faire enfin ce qu’il est censé faire depuis des années : protéger les villageois et lutter contre les abus de pouvoir … »

  • Bayard du meilleur Scénario :

*** Louis Garrel, Tanguy Viel et Naïla Guiguet, pour « L’Innocent » (Louis Garrel/Fra./2022/100′), le film d’Ouverture de ce 37è « FIFF »

Bayard remis à Naïla Guiguet.

La « SACD Belgique » offre 2.500€ aux lauréats

Abel (Louis Garell) et sa meilleure amis Clémence (Noémie Merlant) vont se retrouver au coeur d'une affaire de braquage. (Les Films des Tourelles)
Abel (L. Garrel) & Clémence (N. Merlant), dans « L’Innocent » (L. Garrel) © « Films des Tourelles »

Synopsis : « Quand Abel apprend que sa mère Sylvie, la soixantaine, est sur le point de se marier avec un homme en prison, il panique. Épaulé par Clémence, sa meilleure amie, il va tout faire pour essayer de la protéger. Mais la rencontre avec Michel, son nouveau beau-père, pourrait bien offrir à Abel de nouvelles perspectives … »

  • Bayard de la meilleure Photographie (soutenu par « The Belgian Society of Cinematographers ») :

Bayard remis à Julien Poupard.

« Eye-lite » offre un prix d’une valeur de 5.000€ en location de matériel au directeur de la photographie.

«Les Amandiers» de Valeria Bruni Tedeschi.
« Les Amandiers » (Valeria Bruni Tedeschi)

*** Julien Poupard, pour « Les Amandiers » (Valeria Bruni Tedeschi/Fra.-Ita./2022/125′)

Synopsis : « Fin des années 80, Stella, Etienne, Adèle et toute la troupe ont vingt ans. Ils passent le concours d’entrée de la célèbre école créée par Patrice Chéreau et Pierre Romans au « Théâtre des Amandiers », à Nanterre. Lancés à pleine vitesse dans la vie, la passion, le jeu, l’amour, ensemble ils vont vivre le tournant de leur vie mais aussi leurs premières grandes tragédies … »

« Les Amandiers » reçoit également le « Prix Off de la RTBF » (attribué à un long-métrage programmé dans le cadre des Compétitions « Officielle » & « 1ère Oeuvre », ainsi que la section « Les Pépites » ) .

La « RTBF » soutient la diffusion et la promotion du cinéma francophone par l’intermédiaire de ce prix consistant en l’achat des droits de diffusion sur la chaîne au distributeur belge pour la somme de 10.000 €.

  • Prix Agnès :

*** « Annie Colère » (Blandine Lenoir/Fra./2022/119′)

L’Agnès, prix de l’imaginaire égalitaire offre 5.000€ à l’autrice dont l’œuvre témoigne d’un regard original et novateur. Ce prix est le fruit de la rencontre entre « Elles font des films » et « ¡Ya! assemblée féministe ». Il est remis  exclusivement par des professionnels dans les festivals dotés d’instances d’avis paritaires.

Critique : Annie Colère
« Annie Colère » (Blandine Lenoir)

Synopsis « Février 1974. Parce qu’elle se retrouve enceinte accidentellement, Annie, ouvrière et mère de deux enfants, rencontre le ‘MLAC’ (‘Mouvement pour la Liberté de l’Avortement et de la Contraception’) qui pratique les avortements illégaux aux yeux de tous. Accueillie par ce mouvement unique, fondé sur l’aide concrète aux femmes et le partage des savoirs, elle va trouver dans la bataille pour l’adoption de la loi sur l’avortement un nouveau sens à sa vie … »

  • Prix Paris d’Agnès & Prix Off BeTV :

*** « Le Sixième Enfant » (Léopold Legrand/Fra./2022/92’/film lauréat, en 2022, du « Valois du Scénario », du  « Valois de la meilleure Actrice » {pour  Judith Chemla & Sara Giraudeau}, du « Valois de la Musique »  {pour  Louis Sclavis& du « Valois du Public », au « Festival du Film d’Angoulème »)

Anna (Sara Giraudeau) et Meriem (Judith Chemla) dans « Le Sixième Enfant », de Léopold Legrand.
« Le Sixième Enfant » (Léopold Legrand)

Synopsis : « Franck, ferrailleur, et Meriem ont cinq enfants, un sixième en route, et de sérieux problèmes d’argent. Julien et Anna sont avocats et n’arrivent pas à avoir d’enfant. C’est l’histoire d’un impensable arrangement … »

A noter que pour son court-métrage « Angelika » (Bel./documentaire de fin d’études, pour l’ « INSAS »  {« Institut National Supérieur des Arts du Spectacle et des techniques de diffusion »}/tourné à Lodzen  Pologne/2016/ 14’10 »), le réalisateur français Léopold Legrand avait reçu, en 2016, le « Prix du meilleur Court-Métrage de la Fédération Wallonie-Bruxelles », au « FIFF »à Namur.

Le « Prix Off BeTV » est attribué à un long-métrage belge programmé dans le cadre des Compétitions « Officielle » & « 1ère Oeuvre », ainsi que la section « Les Pépites« .

« BeTV «  soutient la diffusion et la promotion du cinéma francophone par l’intermédiaire de ce prix consistant en l’achat des droits de diffusion sur la chaîne pour la somme de 4.000 €.

Compétition 1ère Oeuvre :

  • Bayard de la meilleure 1ère Oeuvre, octroyé par le Jury Emile Cantillon :

*** « Le Marchand de Sable » (Steve Achiepo/Fra./2022/105′)

Bayard remis à Steve Achiepo.

La « Fédération Wallonie-Bruxelles » offre 7.500€ pour la promotion et la diffusion en salles commerciales belges au distributeur (localisé en Wallonie ou à Bruxelles), ou 4.000€ dans le cadre d’une sortie événementielle au producteur, coproducteur ou distributeur (localisé en Wallonie ou à Bruxelles).
« BNP Paribas » offre 5.000€ au distributeur belge, pour une aide à la promotion du film primé.

Le marchand de sable
« Le Marchand de Sable » (Steve Achiepo)

Synopsis « Marqué par des années de prison, Djo, livreur de colis en banlieue parisienne, vit modestement chez sa mère avec sa fille. Un jour, une tante qui vient de fuir le conflit ivoirien débarque chez eux avec ses trois enfants. Dans l’urgence, Djo réussit à leur trouver un local. Mais face à la demande croissante et dans la perspective d’offrir une vie décente à sa fille, Djo bascule et devient marchand de sommeil … »

Composition du Jury Emile Cantillon (étudiants en cinéma, de 18 à 25 ans, issus de trois continents) :

Alexis Bouffard-Dumas (Québec), Ramy Hankash (Liban), Magalie Mobetie (« Studio national des Arts contemporains Le Fresnoy »/Fra.), Antoine Philémon (« Institut des Arts de Diffusion »/Bel.) & Hajer Zairi/Tunisie)

  • Prix Découverte & Prix du Jury Junior, pour le film, ainsi que Prix de la meilleure interprétation, pour *** Fanta Guirassy :

*** « Dalva » (Emmanuelle Nicot/Bel.-Fra./2022/83’/avec Fanta Guirassy/film lauréat, en 2022, du « Rail d’Or » &  du « Prix FIPRESCI »de la  « Semaine de la Critique »au « Festival de Cannes »)

Prix Découverte remis à Julie Esparbes.

« CinéFemme » offre 1.000€ au réalisateur.
Le « Studio Chocolat-Noisette » offre un prix d’une valeur de 2.500€ au réalisateur, pour la mise à disposition d’un studio de post-production.
« Deluxe » offre un mastering version DCP d’une valeur de 1.250€ au film lauréat ou au prochain film du réalisateur lauréat.

Composition du Jury Junior (étudiant.e.s en humanités d’écoles de la « Fédération Wallonie-Bruxelles ») :

Zen Berckmans (« Lycée Jacqmain »/Bruxelles), Apolline Decafmeyer (« Athénée royal »/Namur), Violette Demaré (« Insitut Notre-Dame »/Loverval), Adam El Hassnaoui (« Saint-Marie »/Namur), Martin Genicot (« Sainte-Véronique »/ Liège), Tom Parmentier (« Institut communal d’Enseignement technique »/Bastogne) & Youri Sauvage (« Athénée royal/ Esneux).

You are currently viewing Critique Dalva, Emmanuelle Nicot
« Dalva » (Emmanuelle Nicot)

Synopsis : « Dalva a 12 ans mais s’habille, se maquille et se vit comme une femme. Un soir, elle est brusquement retirée du domicile paternel. D’abord révoltée et dans l’incompréhension totale, elle va faire la connaissance de Jayden, un éducateur, et de Samia, une adolescente au fort caractère. Une nouvelle vie semble alors s’offrir à Dalva, celle d’une jeune fille de son âge … »

Prix de la meilleure Interprétation remis à Fanta Guirassy.

Fanta Guirassy, pour « Dalva » (Emmanuelle Nicot)
  • Mention spéciale du Jury :

*** « Ashkal » (Youssef Chebbif/Tunisie-Fra.-Qatar/2022/92′)

Prix remis à Marie Mandy.

Ashkal
« Ashkal » (Youssef Chebbif)

Synopsis « Dans un dests des Jardins de Carthage, quartier de Tunis, créé par l’ancien régime mais dont la construction a été brutalement stoppée au début de la révolution, deux flics, Fatma et Batal, décou bâtimenvrent un corps calciné. Alors que les chantiers reprennent peu à peu, ils commencent à se pencher sur ce cas mystérieux. Quand un incident similaire se produit, l’enquête prend un tour déconcertant … »

Prix Off :

  • Prix de la Critique (attribué à un long-métrage belge, programmé dans le cadre des Compétitions « Officielle » & « 1ère Oeuvre », ainsi que la section « Les Pépites » ) :

Composition du Jury de la Critique : Dimitra Bouras, Julien Branle & Elli Mastorou.

*** « Les Femmes préfèrent en rire » (Marie Mandy/Bel.Fra./2022/59′)

« Les Femmes préfèrent en rire » (Marie Mandy)

Synopsis : « À l’occasion d’un improbable voyage en train, neuf femmes humoristes et diablement féministes balancent, cognent, mordent, émeuvent. Avec un humour engagé, elles épinglent les travers de notre société machiste. Et quand elles se font insulter ou menacer en retour, elles préfèrent en rire … »

Motivation du Jury (« Union de la Critique de Cinéma » & « Union de la Presse Cinématographique  Belge ») : « Un film qui nous a agréablement surpris, tant par son fond, éminemment politique, sur les femmes dans l’humour (et par extension la société), que sa forme, qui propose une mise en scène originale, en écho avec son sujet – et qui plus est, nous fait découvrir une kyrielle de talents, tous féminins ! Bref, une œuvre engagée, qui porte bien son titre, en parlant tout haut, et avec second degré, de la condition de la femme humoriste trop longtemps méprisée par les hommes »

  • Prix du Public Longs-Métrages de fiction (attribué à un long-métrage belge programmé dans le cadre des Compétitions « Officielle » & « 1ère Oeuvre », ainsi que la section « Les Pépites » )

La Ville de Namur offre 2.000€ au réalisateur pour une aide à la réalisation.
 
*** « Les grands Seigneurs » (Sylvestre Sbile/Bel./2022/80′)

Prix remis à Sylvestre Sbille.

Synopsis : « Roger est dans la mouise, mais il va rebondir. Il lui suffit d’obtenir un modique prêt de Monsieur Durieu, son banquier. Mais celui-ci le prend de haut et lui refuse son argent. Humilié, Roger décide de passer à l’action : il kidnappe Durieu et le menotte dans une grange abandonnée. Monsieur Durieu lui propose alors un marché : forcer la salle des coffres de la banque d’en face, celle de son ennemi juré. Les deux hommes fraternisent autour de leur nouvelle cause commune, celle qui pourrait enfin faire d’eux des ‘grands Seigneurs’ « .

  • Prix du Public Documentaire belge (attribué à un long-métrage documentaire programmé dans le cadre de la « Compétition officielle » & de la section « Place au doc belge »)

La Ville de Namur offre 1.000€ au réalisateur pour une aide à la réalisation.

*** « Soeurs de Combat » (Henri de Gerlache/Bel.-Fra./2022/70′)

Prix remis à Henri de Gerlache.

« Soeurs de Combat » (Henri de Gerlache)

Synopsis : « Il y a plus de vingt ans, Julia Butterfly Hill s’est engagée corps et âme pour sauver une forêt de la destruction au nord de la Californie. Comme un écho retentissant, des jeunes femmes, partout dans le monde aujourd’hui, se sont levées et rêvent, chacune à leur manière, de protéger le vivant et la planète de la destruction en marche … »

Sur place d’Armes, site de lancien chapiteau © Vincent Melebeck

Palmarès des Courts-Métrages (proclamé le dimanche 02 octobreau sein de « La Nef ») :

Composition du Jury Courts-Métrages :

Marina Rollman, chroniqueuse-comédienne/Sui. ; Maxime ROY, réalisateur-scénariste-acteur/Fra. ; Ariane Roy-Poirier, directrice générale du « Festival Plein(s) Ecran(s) »/Québec ; Thomas Scimeca, acteur/Fra. & Xavier Seron, réalisateur-scénariste-acteur/Bel./président du Jury ;

  • Bayard d’Or du meilleur Court-Métrage :

*** « Arbres » (Jean-Benoît Ugeux/Bel./2022/22′)

« Arbres » (Jean-Benoît Ugeux), « Bayard d’Or du meilleur Court-Métrage »

Synopsis « Un beau jour, l’arbre est considéré comme mature. En tout cas, il est exploitable pour l’industrie. Alors on le marque et puis on le coupe. À la tronçonneuse ou l’abatteuse, c’est selon. Et puis il devient de la biomasse, des palettes, des panneaux, des pellets, des cagettes, de la pâte papier pour imprimer les promotions du Lidl. Mais quel profit l’homme retire-t-il des peines qu’il se donne sous le soleil ? … »

Motivation du Jury : « Pour son dispositif radical, sa poésie, sa lucidité désenchantée, ce qu’il sait nous raconter d’universel à travers l’invisible, ce film mythologique revisite le mythe de Prométhée et nous emporte à l’unanimité. Et pour son engagement à tenter de comprendre notre monde. »

  • Prix du Jury – Coup de Coeur international :

*** « To Vancouver » (Artemis Anastasiadou/Grèce/2021/24′)

Motivation du Jury : « Pour son approche naturaliste incroyablement maitrisée, pour sa grande douceur mélancolique comme le souvenir d’une caresse, pour sa mise en scène tout en nuance et en délicatesse qui nous plonge dans le regard intense et amoureux de sa jeune protagoniste et pour cette petite touche demagie, nous remettons le prix du jury coup de coeur international à ‘To Vancouver’ de Artemis Anastasiadou. »

  • Prix du Jury – Coup de Coeur belge :

*** « Jeune Premier » (Constance Piketty/Bel./2021/23′)

Motivation du Jury : « Portrait délicat d’un jeune comédien, de sa rencontre avec une équipe. Ce comédien a su nous faire vibrer avec son interprétation émouvante d’un vampire de légende. Nul besoin de canines saillantes ni d’effusion de sang. »

  • Prix de la meilleure Mise-en-Scène :

*** « L’Attente » (Alice Douard/Fra./2022/30′)

Motivation du Jury : « Pour la délicatesse de sa mise en scène, la pudeur et la profondeur de ses personnages. Pour une réalisatrice brillante qui nous émeut aux larmes. »

  • Prix de la meilleure Photographie : Dino Franco Berguglia, pour :

*** « Fairplay » (Zoel Aeshbacher/Sui.-Fra./2022/18′)

Prix de la meilleure Interprétation Eliane Umuhire, pour :

*** « Bazigaga » (Jo Ingabire Moys/Fra.-Bel.-UK/2022/27′), lauréat, également, du * Prix de la Trois

  • Prix BeTV & * Prix Marion Hänsel :

*** « Les Silencieux » (Basile Vuillemin/Bel.-Fra.-Sui./2022/20′)

  • Prix de l’Université de Namur :

*** « Notes sur la Mémoire et l’Oubli » (Amélie Hardy/Québec/documentaire/2022/08′)

© « FIFF »

Rendez-vous du 29 septembre jusqu’au 06 octobre 2023, pour la 38e édition du « FIFF », afin de pouvoir, à nouveau, « partager le cinéma francophone, en vrai, en grand » !

Yves Calbert.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s