60è « Festival mondial de Folklore de Jambes-Namur », du 19 au 22 Août (concours : 4 entrées gratuites)

© « Festifolkjambes » © Graphisme : Richard Frippiat

Important : Tant pour « Brussels-Star » que pour « Brussels Diplomatic », la bonne réponse à une question vous permet (par tirage au sort des bonnes réponses) d’obtenir une entrée gratuite pour l’un des 4 spectacles suivants : les vendredi 19, samedi 20 et lundi 22, à 19h30, ainsi que le dimanche 21, à 15h.

Question : Quels sont les deux pays présents pour la première fois au « Festival mondial de Folklore de Jambes-Namur » ? Réponses à envoyer, avec vos prénoms et noms à : croatyves@gmail.com. Bonne chance !

« Notre époque est une époque dont le costume est tissé des fils de l’angoisse, dont les épaules sont drapées du poncho de l’anxiété et dont les nuits d’insomnie sont bercées par la musique inquiétante de l’incertitude », écrit Denis Mathen, Gouverneur de la Province de Namur.

Après deux étés sans « Festival mondial de Folklore e Jambes-Namur », pour cause de crise sanitaire, nous nous devons, en 2022, de « redécouvrir le monde qui nous entoure et d’apprécier les joies simples mais authentiques que peuvent nous apporter la musique, la danse et encore plus le sourire clair et franc de cet ami venu de l’autre bout du monde et qui nous était inconnu … hier encore », poursuit-il.

Et le Gouverneur de conclure que ce Festival « peut, enfin, porter fièrement, et ce officiellement, pour la première fois, à l’occasion de cette édition 2022, son titre de ‘royal‘, titre que Sa Majesté Le Roi lui a accordé et que j’ai eu l’honneur de lui remettre en Son nom, il y a environ 4 mois (le mercredi 27 avril/ndlr), dans les salons du Palais provincial ».

Passionné de folklore, un Bourgmestre bien entouré © « La Nouvelle Gazette »/2018

De son côté, Maxime Prévot, le Bourgmestre de la Ville de Namur, en charge de la culture, souligne que « depuis 64 ans, la Capitale wallonne revêt régulièrement ses plus beaux costumes colorés et lumineux pour honorer son titre tant envié et qui fait honneur à notre tradition d’accueil, celui de Capitale mondiale du Folklore ! »

… Et le Bourgmestre de poursuivre : « 60 éditions, quel cap ! L’édition 2022, avec sa programmation chaleureuse et colorée, témoignera une fois de plus de cette ouverture multiculturelle ! D’où qu’ils proviennent, la Ville de Namur est excessivement fière d’accueillir ces danseur·euse·s, chanteur·euse·s et musicien·ne·s qui, le temps d’une parenthèse polychrome et rythmée, partageront leur amour des traditions, (grâce à) un tel événement populaire, rassembleur et catalyseur de nouvelles amitiés internationales. »

Peut être une image de 2 personnes
Promotion du Festival en Gare de Namur © « Festifolkjambes »

Et oui, le Folklore mondial reviendra dans la capitale wallonne, du vendredi 19 jusqu’au lundi 22 août, après de profonds moments de doute, quant à la possibilité de pouvoir accueillir des compagnies folkloriques venant de différents continents, tous les pays n’utilisant pas les mêmes vaccins, certains n’étant pas acceptés par l’Union Européenne.

Le Festival ayant accueilli, depuis 1958, des groupes de plus de 110 pays, le Bourgmestre de Namur a tenu a souligner la grande importance de la présence de nombreux bénévoles, sans qui ce Festival ne pourrait exister, ainsi que la performance des organisateurs, qui ont pu trouver, dans des conditions politiques et sanitaires difficiles, deux pays, de deux continents, aux cultures et sonorités bien différentes, qui n’avaient jamais participé à aucune des 59 éditions précédentes du « Festival mondial de Folklore de Jambes-Namur », le Chili et la Thaïlande.

Avec Maxime Prévot, saluons donc l’investissement bénévole des 8 membres du Conseil d’Administration, motivés et persévérants, en cette période incertaine, et plus particulièrement les deux présidentes, Ann Leon et Teresa Rodriguez, qui insistent sur une reconnaissance supplémentaire attribuée par la Maison Royale, le Festival étant placé « Sous le Haut Patronage de Sa Majesté le Roi »

… Une reconnaissance qui aurait ravi le fondateur du Festival, Jean Mosseray ( Georges Mosseray/1917-1996), qui termina sa carrière professionnelle comme sercrétaire de cabinet de l’Echevin de la Culture de Namur, Francis Laloux (1942-1991), ayant fondé, également, la « Frairie royale des Masuis et Cotelis jambois », en 1960, deux ans après avoir créé le présent Festival.

Compagnies folkloriques présentes du vendredi 19 jusqu’au lundi 22 août :

*** Chili : « Ballet Folklórico de la Universidad San Sebastián », de Valdivia.

Chili © « Ballet Folklórico de la Universidad San Sebastián »

Au Chili, les premières manifestations liées à la danse remontent à celles pratiquées par les peuples indigènes, parmi
lesquels le peuple « mapuche ». D’origines ancestrales, de nombreuses danses insulaires se sont éteintes, partiellement censurées pour leur aspect érotique, lors de l’évangélisation catholique.

Chili © « Ballet Folklórico de la Universidad San Sebastián » © Photo : Yimel Rivera

La danse a un caractère rituel, d’harmonie entre l’homme et son environnement, et de relation avec le mystère de la foi. La « jota » et la « sajuriana », nous venant de la zone centrale, nous seront, entre autres, présentées.. Cette dernière étant une parade nuptiale, les époux levant leurs mouchoirs en l’air, le tapotement et le pas brossé étant fréquents. La « cueca » est une danse nationale, qui prend des formes diverses d’une région à l’autre, alors que le « gato » est une danse joyeuse et agile, au rythme vif et à l’expressivité picaresque, l’homme poursuivant la dame avec élégance et prudence.

*** Colombie : « Compañía Bailarte Creativos », de Bogota.

Colombie © « Compañía Bailarte Creativos » © Photo : Vincent Cochain

De retour à Jambes, où elle presta déjà en 2018, cette compagnie folklorique nous présentera une Colombie en Fête. Leur programme se compose de plusieurs tableaux, comme ceux des Fêtes de Saint-Pierre et de la Saint Jean, avec l’exécution du « bambuco », déclaré « Patrimoine culturel de la Nation », qui peut être chanté, dansé et/ou interprété au moyen d’un instrument de musique. Il est le fruit du mélange de plusieurs danses issues du métissage ethnique, consécutif à l’arrivée des Espagnols sur le continent américain.

Colombie © « Compañía Bailarte Creativos » © Photo : Vincent Cochain

Autre tableau, celui du « Festival Petronio Álvarez », plus simplement appelé « El Petronio ». On y danse au rythme de la contredanse, de la « jota », de la « currulao » , une danse issue de la culture africaine, les percussions prédominant , au niveau musical, ainsi que de l’ « abozao », une danse de rite érotique, entre couples exécutant des gestes provocateurs et divers jeux de jambes, exécutés à l’occasion du festival le plus important et le plus représentatif du folklore colombien de la région du Pacifique.

*** Kenya : « African Tumbas of Kenya », de Nairobi.

Kenya © « African Tumbas of Kenya »

La danse culturelle est un mode de vie, au Kenya. Toutes les danses exécutées ont des significations différentes ou sont exécutées a différentes occasions, telles que la naissance, l’attribution du nom, la circoncision, le mariage et la mort. Cette tradition trouve ses racines dans le rôle des chasseurs tribaux, alors qu’ils racontaient des histoires de chasse à leur communauté, par le chant et la danse.

Kenya © « African Tumbas of Kenya »

Dans leur programme, une danse, issue de la tribu des « Masai », des danses « isukiti », représentant la tribu « luhya », exécutées à des occasions, telles que des combats de taureaux ou des cérémonies de bienvenue et de mariages. La danse « muchung’ua » est une danse cérémoniale de la tribu « kikuyu », exécutée pour accueillir le retour des guerriers ayant remporté une bataille. Quant à la danse « nyatiti » , elle est interprétée pour amuser les anciens, par les femmes « luo », de la région des lacs. Notons encore les danses « borane », du peuple « borana » ; « sengenya », du peuple « digo » ; « ngutha », exécutée par les jeunes guerriers « embu » ; « kalungombe », interprétée par de jeunes bergers « ndorobo« , de la Vallée du Rift. Parmi leurs instruments, notons le « tung », une corne de gazelle du peuple « nilot », qui servait à faire passer différents messages, compréhensibles selon le rythme et les sons soufflés. Calebasses, tambours et … objets en fer sont, également, utilisés.

*** Mexique : « Ballet Folklórico Tzontémoc » et « Colectivo Tradicional Son Aguardiente », de Mexico.

Mexique © « Ballet Folklórico Tzontémoc » et « Colectivo Tradicional Son Aguardiente »

Très riche en cultures, langues et traditions, le Mexique – représenté, ici, par le « Ballet Folklórico Tzontémoc », accompagné, pour la musique, par le « Colectivo Tradicional Son Aguardiente » – nous offre nombre de danses typiques, représentatives de chaque état mexicain.

Mexique © « Ballet Folklórico Tzontémoc » et « Colectivo Tradicional Son Aguardiente »

Nous retrouvons ainsi le « jarabe tapatío », de Jalisco ; la « polka du nord« , d’une région jouxtant les États-Unis ; la « bamba », à la tenue vestimentaire très travaillée et élégante, de la région de Veracruz ; la « danse traditionnelle des vieillards », de la région de Michoacán ; la « jarana mestiza », du Yucatán ; la célèbre « danse du cerf », une danse rituelle, célébrée par les peuples indigènes des régions de Sinaloa et Sonora ; ainsi que la « danse mexica » ou « danse aztèque », exécutée avec des mouvements corporels, accompagnée d’une musique rythmique, caractéristique de la « culture mexica », produite essentiellement par des instruments à percussion ; la traditionnelle musique des « mariachis » n’étant pas oubliée.

*** Pologne : « Zespół Pieśni i Tańca ‘Mały Śląsk’ », de Radzionkow.

Pologne © « Zespół Pieśni i Tańca ‘Mały Śląsk’ »

Cet ensemble folkloriqueaccompagné par une chorale et des musiciens, jouant de l’accordéon, de la clarinette, de la contrebasse, de la trompette et du violon – nous proposera les danses les plus représentatives de la Pologne, comme la « polonaise », à l’origine dansée parmi le peuple ; la « mazurka », issue de la région de Mazowsze ; la « krakowiak », danse dite nationale, en provenance de Cracovie ; sans oublier les danses issues des Beskides silésiennes, de la région frontalière avec la République tchèque et la Slovaquie ; ou encore celles de la région de Lublin, les danseuses et danseurs portant l’un des costumes parmi les plus caractéristiques du pays.

Pologne © « Zespół Pieśni i Tańca ‘Mały Śląsk’ »

*** Thaïlande : « Triam Nom Samut Prakan Folk Dance Group », de Samut Prakan.

Thaïlande : Danse du « Khon » (« Ramakien ») © « Triam Nom Samut Prakan Folk Dance Group »

Certaines danses sont inspirées du Ramayana hindou, le Roi Rama s’opposant aux forces maléfiques, dans sa
version thaïlandaise
: le Ramakien, cet ensemble folklorique présentant, notamment, le « khon », un théâtre dansé et masqué, un art du spectacle, qui associe des éléments artisanaux, chorégraphiques, littéraires, musicaux, rituels et vocaux, les premières partitions musicales du « khon » remontant à l’époque de l’ancien Royaume de Sukhothaï (1238-1438). La « lakhon » est un terme général, faisant référence à de nombreuses formes de danses dramatiques. La plus classique est la« lakhon nai », développée dans les cours royales des anciens Royaumes d’Ayutthaya (1350-1767)
et de Thonburi (1767-1782), qui, jadis, était interprétée par des jeunes filles des familles royales, tandis que la
forme populaire « lakhon nok » était, alors, interprétée par des hommes.

Thaïlande © « Triam Nom Samut Prakan Folk Dance Group »

Appelée « pleng phua bahn », la musique folklorique thaïlandaise forme une mosaïque de styles, sachant que 61 dialectes sont reconnus en Thaïlande. Ainsi, nous pourrons découvrir les chants et danses des tribus montagnardes du Nord : les Akha, Karen, Lisu, Meo, Yao ; ainsi que la danse du Nouvel An ; les joutes chantantes des Mor Lam Glawn ; la musique vocale poétique « mae tae« , de l’ethnie Karen ; le très ancien « bong lang » ; ainsi que les vocalises musulmanes, intitulées « likay wol ». Parmi les instruments thaïlandais, on retrouve le « piphat », qui comprend des instruments à vent : un « pi », de la famille du hautbois à anche double ou quadruple, sans oublier un « khlui », une flûte à conduit vertical, généralement conçue en bambou, voire en bois dur, ou encore des percussions rythmiques et mélodiques, comprenant de un à quatre xylophones « ranat », aux lamelles en bois ou en métal, un ou deux gongs métalliques, des cymbales et un « taphon » (grand tambour).

Si le folklore, en Belgique, n’est pas enseigné dans nos écoles, soulignons que dans cerains pays, des sections folkloriques existent au sein de différentes Universités. Cette année, c’est le cas des groupes chiliens et thaïlandais, les danseuses et danseurs de ce dernier groupe étant des étudiantes et étudiants, âgés de 16 à18 ans, … ce qui n’empêche pas que le cadet de cette 60è édition, soit un tout jeune enfant, âgé de 2 ans, présent au sein de la compagnie folklorique nous venant du Mexique.

Un Folklore qui se pratique à tout âge © « Masuis et Cotelis Jambois » © Photo : Albert Bouchat/« SOFAM »/2019

A noter que davantage d’informations, historiques notamment, nous sont proposées au sein d’un programme, qui, abondamment illustré, sera vendu au prix de 3€50.

Groupes belges présents :

*** Flandres : « Folklore Ensemble Gelmel », de Schoten, le dimanche 21, à 15h, ce groupe étant la plus ancienne compagnie folklorique de Belgique, créée un an avant le Festival de Jambes-Namur.

Flandres © « Folklore Ensemble Gelmel »

*** Wallonie : « Ensemble Pas D’la Yau », de Quevaucamps, le samedi 20, à 19h30.

Wallonie © « Ensemble Pas D’la Yau » © Photo : « Capteur Nature »

*** Wallonie : « Frairie Royale des Masuis et Cotelis Jambois », de Jambes-Namur, le vendredi 19, à 13h30, avec sa section « enfants », et à 19h30, le dimanche 21, à 15h, et le lundi 22, à 19h30.

Wallonie © « Frairie Royale des Masuis et Cotelis Jambois » © Photo : J.-M. Schneider

Programme des cinq spectacles :

  • Vendredi 19 : « Namur, Intergénérationnelle », à 13h30 (idéal en famille, avec enfants, petits-enfants et seniors).
  • Vendredi 19 : Avant Première « Namur, Ville ouverte sur le Monde », à 19h30.
  • Samedi 20 : Gala d’Ouverture « Hymne à la Paix », à 19h30.
  • Dimanche 21 : « Panorama », à 15h (idéal en famille).
  • Lundi 22 : Gala de Clôture « Éclats de Fête », à 19h30.

Moments conviviaux :

  • Vendredi 19 : réception officielle au Palais provincial (exclusivement sur invitations).
  • Samedi 20 : – défilé au coeur du « Marché de Namur » (de la Confluence à l’Hôtel de Ville, via la rue du Pont, la place d’Armes, la rue de Marchovelette, la place de l’Ange et la rue de Fer), dès 11h30, à la Confluence. – réception officielle, dans les « Jardins du Maïeur » (aubade et verre de l’amitié, offert à tous, par la Ville), à 12h.
  • Dimanche 21 : – cérémonie œcuménique, à l’église du Sacré-Cœur (Jambes/Velaine), avec interventions de tous les groupes, à 10h. – défilé au coeur de la « Brocante de Jambes » (entre les place Saint-Calixte et de Wallonie, via la rue Mottiaux, le boulevard de Meuse et l’avenue Jean Materne), dès 11h15, à la place Saint-Calixte. – aubade, sur la place de Wallonie, à 11h30, chaque groupe interprétant une danse.
Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est mail
Avec la Citadelle, en toile fond, défilé au coeur de la brocante de Jambes/2018
  • Lundi 22 : au sein de différentes « Maisons de Repos », spectacles privés d’un groupe en chaque lieu.

« Bal du Monde », animé par les musiciennes et musiciens des différentes compagnies folkloriques :

** Dimanche 21, à 20h : une bien sympathique occasion, pour nous tous, de partager des pas de danses, avec les danseuses et danseurs des différents pays. Un moment convivial inoubliable ! A recommender au jeunes Namurois, vu qu’il s’agit d’une belle occasion d‘échanger avec des jeunes venus d’ailleurs. Participation aux frais : 8€ (0€, pour les moins de 12 ans).

Bref historique :

  • 1958 : création du Festival, à la demande du Bourgmestre de Jambes, avec la France et la Suisse au programme.
  • 1960 : 2è édition, en extérieur, dans la nouvelle section du Parc Astrid.
  • 1978 : 1ère présence intercontinentale, avec le Pérou.
  • 1979 : après l’Europe et l’Amérique latine, l’Asie est représentée par l’Inde. / 20è édtion, placée « Sous le Haut Patronage de Sa Majesté le Roi Baudouin ».
  • 1980 : présence des 2 Amériques, avec le Canada, pour le Nord, et la Bolivie, pour le Sud.
  • 1985 : reconnaisance par le C.I.O.F.F., comme étant le 5è Festival intercontinental en Europe.
  • 2012 : création de l’asbl « Festival de Folklore de Jambes-Namur ».
  • 2016 : nouvelle appelation de l’asbl : « Festival mondial du Folklore de Jambess-Namur », alors qu’en raison de l’organisation, à Namur, de la 53è « Européade », le Festival est remplacé par un week-end de « Fiesta Latina », avec l’Equateur et le Mexique.
  • 2017 : création de l’actuel logo, par le graphiste local Richard Frippiat.
  • 2019 : le 10 octobre 2019, le Festival reçoit, l’autorisation de la Maison du Roi, de placer la 60è édition, qui aurait dû se dérouler en 2020, « Sous le Haut Patronage de sa Majesté le Roi Philippe ».
  • 2021 : nouvelle remise, en dernière minute, de la 60è édition, dont le proramme avait été établi.
  • 2022 : le 27 avril, réception au Palais provincial, pour recevoir le Brevet de « Société Royale », cette célébration ayant dû être postposée à deux reprises, en rainson de la crise sanitaire. / le 23 avril, le Gouverneur de la Province, Denis Mathen, la Députée provinciale à la Culture, Geneviève Lazaron, le Bourgmestre, Maxime Prévot, et le graphiste, Richard Frippiat, reçoivent leurs diplômes de membres d’honneur.
Remise du Brevet de « Société Royale », par le Gouverneur à Ann Leon © Photo : André Dubuisson

Sécurité sanitaire :

Tous les participant.e.s venant de l’étranger on dû fournir la preuve qu’ils.elles sont bien vacciné.e.s. Dans le Hall sportif de l’ « Athénée Royal », du gel hydroalcoolique sera disonible, tant pour le public que pour les bénévoles et les participant.e.s.

Quelques statistiques de la 60è édition :

1.590 petits-déjeuners, repas de midi, repas du soir & collations d’après spectacles / 5.000 boissons soft, 1.600 bouteilles d’eau de 33cl, 500 l de café, 300 l de lait et de thé / 225 lits, paires de draps & couvertures / 7 pays – 4 continents représentés / 60 bénévoles / 1.000 programmes / 45.000 « flyers » / 1.500 affiches / 50 oriflammes / …

A souligner que 3.000 spectateurs étaient présents, lors de la précédente édition, en 2019. La nouvelle salle, équipée de gradins, à l’ « Athénée Royal », étant plus grande, ce chiffre devrait être dépassé.

Lisons encore ce que nous confient Anne Léon et Teresa Rodriguez : « L’attrait de l’autre, l’ouverture des différentes cultures, la richesse des rencontres, font que notre motivation ne diminue pas ! Fidèle à la tradition, Jambes accueille des compagnies folkloriques authentiques, choisies pour leur très haute qualité artistique, dans le cadre du plus ancien Festival de Danses Folkloriques de Wallonie. Vous découvrirez des peuples parfois peu connus, qui vous feront partager leurs danses et leurs chants traditionnels. Vous serez charmés par des spectacles époustouflants et la beauté de leurs costumes colorés. Vous voyagerez sur des rythmes et couleurs dumonde et serez gâtés par ces moments riches en émotion. »

« En ces temps difficiles, où chaque jour la paix dans le Monde est mise en danger, notre Festival se veut être un havre de paix. Aussi, nous insistons sur le fait qu’il est bon de s’ouvrir et de s’enrichir de la culture des autres. Un Festival avec un mélange de rêves, d’imaginaire, à travers lequel nous parcourons les couleurs du monde, via les danses, les chants et les contes folkloriques traditionnels. Notre Festival se veut familial, convivial et rassembleur. Sa devise est « Folklore = Amitié ». »

© « Festifolkjambes » © Graphisme : R. Frippiat

Lieu d’organisation des 5 spectacles et du bal du monde : « Athénée Royal » (Hall sportif), rue de Géronsart, 150, à 5100 Jambes. Prix d’entrée par spectacle (sur place, pas de « Bancontact ») : 18€ (15€, à partir de 65 ans, pour les personnes porteuses d’un handicap et les membres de la « DAPO » / 12€, pour les membres d’un groupe de minimum 12 pers. / 11€, de 08 à 12 ans / 0€, pour les moins de 8 ans / « Art. 27 » bienvenus. Prix d’un abonnement aux 5 spectacles : 72€ (60€, pour les seniors, les personnes porteuses d’un handicap et les membres de la « DAPO » / 44€, de 08 à 12 ans / 0€, pour les moins de 8 ans). Prix unique d’accès pour le « Bal du monde » : 8€ (0€, pour les moins de 12 ans). Ventes en ligne : https://www.librairie.be/billetterie/festivalfolklore/. Points de vente : « Office du Tourisme », place de la Station, à 5000 Namur (7 j./7, de 09h30 à 18h / 081-24.64.49/ jusqu’au jeudi 18 août inclus) / Magasins « Night & Day » Press (7 j./7, jusqu’au lundi 22 août inclus) / « Athénée Royal » (caisse ouverte 01h avant chaque spectacle). Prix du Programme (72 pages, avec une présentation détaillée de ensembles folkloriques et de très nombreuses photographies) : 3€50. Contacts : info@festifolkjambes.be & 0479-06.02.02. Site web : http://festifolkjambes.be/.

© « Festifolkjambes »

Prenons déjà nos agendas, pour noter que le 61è « Festival mondial de Folklore de Jambes-Namur » est programmé du vendredi 19 au lundi 21 août 2023.

Yves Calbert.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s