« Wallywood on Tour(ne) », ces 27 et 28 Avril, et son Application à télécharger

Philippe Reynaert, Directeur de « Wallimage », lors de la conference de presse presentant « Wallywood »
Après « Hollywood », « Bollywood », … voici, plus près de chez nous, « Wallywood », … « Wally » nous faisant, bien sûr penser à la Wallonie et à « Wallimage », un « Fond Régional d’Investissement dans l’Audiovisuel », dont le Directeur, Philippe Reynaert, nous invite à participer, ces samedi 27 et dimanche 28 avril à « Wallywood on Tour(ne) ».
… Et oui, on tourne à « Wallywood », qui nous invite, Bruxellois et Wallons, sur six lieux de tournage, pour un week-end de découverte du cinéma « made in Wallonia », un événement devant valoriser l’industrie audiovisuelle du sud du pays, organisé en vue de célébrer le lancement de l’application « Wallywood », destinée à nous révéler tout ce qu’il convient de savoir sur les films tournés en Wallonie
Veerle Baetens et Anne Coessens, dans « Duelles » (Olivier Masset-Depasse) (c) « Haut et Court »
Synopsis de ce film qui fut, au « Théâtre de Mons », à l’affiche de la Soirée d’Ouverture du 34ème « Festival International du Film de Mons » : « Au début des années 1960, Alice (Veerle Baetens) et Céline (Anne Coesens) vivent avec leurs familles dans la banlieue de Bruxelles. Alice épie, derrière ses rideaux, les allées et venues de ses voisins. Dès que la voie est libre, elle s’introduit prestement dans leur demeure, semblant y être comme chez elle… Que fait-elle ? Que cherche-t-elle, alors que Céline, la voisine, passe récupérer leurs deux garçons à l’école ?… Elles sont les meilleures amies du monde, … jusqu’au jour où survient un événement tragique qui vient bouleverser leur univers quotidien… »

Une équipe enthousiate (c) Gaëtan Chekaiban/ »Versus Production »

Inspiré d’un roman de Barbara Abel« Derrière la Haine » (Ed. « Pocket« /2013), où l’histoire se passe à l’époque contemporaine, ce réalisateur a souhaité transposer le récit dans les années ’60. Ce concernant, il confiait à « Cinévox » : « C’est une histoire très sombre, à laquelle je voulais apporter un contrepoint esthétique fort. Les scènes se passent sous le soleil, dans des décors beaux et soignés, les moments les plus durs sont filmés avec douceur, j’avais envie de jouer avec les contrastes. »
Liste des 12 salles où ce thriller hitchcockien « Duelles » sera projeté, en soirée, le samedi 27 :
« Acinapolis » (Jambes-Namur), « Cinéscope » (Louvain-la-Neuve), « Imagibraine » (Braine l’Alleud), « Imagix » (Mons et Tournai), « Kinepolis » (Laeken-Bruxelles et Rocourt-Liège), « Moviemills » (Malmédy), « Pathé » (Charleroi et Verviers), « Quai 10 » (Charleroi), ainsi que « UGC-Toison d’Or » (Ixelles). 
Résultat de recherche d'images pour "duelles film photos"
« Duelles » (Olivier Masset-Depasse) (c) « Haut et Court »
Durant ces deux journées, pas moins de 20 entreprises de l’industrie audiovisuelle (« Digital Graphics », « KeyWall », « Pix & Real », « Pôle Image », …) nous ouvriront leurs portes. Diverses animations, ateliers et démonstrations seront proposées aux quatre coins de la Wallonie, avec, notamment, six vrais faux tournages au cours desquels, chacun parmi nous pourra donner la réplique à ses comédiens favoris.
A Charleroi, « Dreamwall » dévoilera la technique du « green key », ce fond vert utilisé, notamment, pour la présentation des bulletins météo. Au « Pôle Image », à Liège, c’est le son qui sera mis à l’honneur, avec un atelier de bruitage, qui sera présenté par « Cob Studios », alors que « Digital Graphics » présentera des animations allant du théâtre de rue  aux séances de dédicaces, en passant par une rencontre avec Thierry Coppée, l’auteur de la série animée « Les Blagues de Toto », dont les premières images nous seront présentées.
Quant à l’acteur Jean-Jacques Rausin, il fera le déplacement vers Saint-Hubert, pour y coacher les apprentis acteurs sur le tournage d’une scène tirée de la série « Ennemi Public »
Entre autres activités, une autre scène, celle d’un long-métrage « Les Visiteurs : la Révolution » (Jean-Marie Poiré/Fra.-Bel.-R. Tch./2016/110’/ avec Sylvie Testud, Christian Clavier, Frank Dubosc et Jean Reno) pourra être rejouée, à Namur, où le « Musée des Arts Décoratifs » mettra en lumière le métier de costumier, nous invitant à participer à une séance photo en tenues d’époque, alors que chacun pourra donner la réplique à Christan Clavier et Jean RenoRésultat de recherche d'images pour "visiteurs 3 à Namur photos"
Jacquouille la Fripouille et Godefroy de Montmirail dans la cuisine de l’ « Hôtel Groesbeeck de Croix »
A noter qu’une partie de ce film fut tourné à Namur, dans l’enceinte de l’ « Hôtel Groesbeeck de Croix/Musée des Arts décoratifs », édifié au XIIIe siècle et réaménagé au XVIIIe, des décorateurs tchèques ayant créé des décors, objets divers, pièces de mobilier, …, dont 80% furent légués au Musée par la production. Pour l’anecdote, en rue, où arrivait aune calèche, les parcmètres du 20e siècle avaient été recouverts de petites fontaines d’époque, sachant que pour les besoins du film, nous étions, en fait, à Paris, en 1789, en pleine Révolution Française, dans la résidence de la famille de Montmirail

Dans le jardin de l’ (c) « Hôtel de Croix »

Décor créé dans l’ (c) « Hôtel de Croix »

Par ailleurs, à Liège, au « Pôle Image », revenant au thriller « Duelles », sur inscription préalable, chacun pourra donner la réplique à Anne Coessens :
  • l’acteur d’un jour :« Céline! Qu’est-ce qu’il se passe ? On dirait que tu m’évites. »
  • Anne Coesens : « Tu n’aurais jamais dû le quitter des yeux. Tu devais rester près de lui. »
  • l’acteur d’un jour  : « Il ne m’écoutait pas. Je l’ai appelé, il ne m’écoutait pas. Je ne pouvais pas rester là, à le regarder tomber. Il fallait que je te prévienne. Céline, vraiment, j’ai fait tout ce que j’ai pu.
  • Anne Coesens : « Ça n’a pas suffit… ».

Chez « Pix & Real », à Louvain-la-Neuve, ce seront Catherine Deneuve et Fabrice Luchini qui donneront une réplique – issue du film « Potiche » (François Ozon/Fra./2010/103’/avec les deux acteurs précités, Gérard Depardieu et Jérémie Regnier, lauréat du « Prix Magritte du meilleur Acteur dans un second Rôle ») -, qui sera proposée aux différents acteurs d’un jour.
Tant pour Liège, Namur, ou Louvain-la-Neuve, il convient de s’inscrire à l’avance, via le site, les performances de chaque duo étant filmée, l’événement se déroulant le samedi 27, de 10 à 16h.
…Mais n’oublions pas que cet événement est organisé en vue de célébrer le lancement de l’application « Wallywood », destinée à nous révéler ce que nous devons savoir sur les films tournés en Wallonie.
         Utilisation de l’application devant un site de tournage, en Wallonie     
 
Dédiée autant au grand public qu’aux cinéphiles, « Wallywood » permettra tant aux Belges qu’aux touristes étrangers de découvrir l’envers du décor par le biais d’articles de fond, de scènes géolocalisées, de photos et vidéos exclusives, voire encore de contenus en 360° ou en réalité augmentée
Par ailleurs, si nous le souhaitons, nous  pourrons recevoir des notifications, lorsque nous passerons à proximité de lieux ayant accueilli des techniciens, acteurs et réalisateurs, sans mentionner les tournages en cours, soucieux de ne pas perturber le travail des équipes de tournages.
… Et ette application innovante et immersive pourra être téléchargée gratuitement, sur« Apple Store » et « Google Play », ces dizaines de longs métrages ou de séries n’étant pas toujours cofinancés par « Wallimage ». A noter que c’est l’agence de communication « Emoticom » qui a remporté l’appel d’offres, sa jeune équipe étant au travail depuis de longs mois
Lieu de tournage du film « Rien à déclarer » de Dany Boon
Lieu de tournage du film « Rien à déclarer » (Dany Boon/Fra.-Bel./2010/108′) (c) « BelgaImage »
Notons que les bureaux de tournage, au rôle essentiel en Wallonie, tel « Clap ! », font, désormais, partie de « Wallimage », basés à Liège pour sa Province), Namur (pour sa Province et celle duLuxembourg) et Mons (pour les Provinces  du Brabant Wallon et du Hainaut), les équipes et les compétences de ces indispensables équipes restant inchangées.
Soulignons enfin que depuis sa création, en 2000, à la suite de la « Palme d’Or » du« Festival de Cannes » décernée à « Rosetta » (Jean-Pierre et Luc Dardenne/Bel.-Fra./1999/95’/avec Emilie Dequenne, Olivier Gourmet et Fabrizio Rongione), « Wallimage » a financé 400 coproductions, dont 195 tournées, en tout ou en partie, en Wallonie.
De fait, ne l’oublions pas, le Cinéma est, aussi, une industrie, qui – grâce à « Wallimage » et au « Tax Shelter » fédéral – attire de nombreux producteurs étrangers, qui, fréquentant nos hôtels, brasseries et restaurants, engagent des coproducteurs belges, des techniciens wallons, des acteurs de chez nous, réalisant une partie, souvant importante, de leur postproduction dans notre région, dont, trop souvent, nous oublions l’attractivité.
Yves Calbert.

 

 

 

 

 

 

 

.

 

Publicités

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s