Cinéma : 1ers Evénements des « Grignoux » en 2019/Liège-Namur

Les vacances de Noël étant terminées, comme 1er événement des « Grignoux », en 2019, nous aurons, ce lundi 07  janvier, à 20h, au « Sauvenière », en avant-première liégeoise, le film « Higgi Inspiring Voices » (Bel./2018/98′) dont la projection sera suivie par un rencontre avec les deux réalisateurs, Philippe Reypens et Loïc Porcher.

En avant-première namuroise, au « Caméo », ce documentaire est programmé le lundi 14, à 20h, également en présence des deux réalisateurs, ce film étant repris en séances ordinaires, dans ce même complexe, entre le samedi 19 et le lundi 21, ainsi qu’à Liège, au« Churchill », entre le mercredi 09 et le mardi 15.Résultat de recherche d'images pour "Higgi Inspiring Voices photos"

« Higgi Inspiring Voices » (Philippe Reypens et Loïc Porcher )

Synopsis : « De 1976 à 2014, Edward Higginbottom, surnommé ‘Higgi’, dirigeait le chœur du renommé ‘New  College Choir’ d’Oxford, ce documentaire nous dévoilant sa pédagogie et son art, à un moment particulièrement émouvant de sa vie, alors qu’il s’apprête à prendre sa retraite et que ses anciens élèves se réunissent pour un concert d’adieu en son honneur… »

Notons que, grâce à ce pédagogue, dont la méthode a fait école un peu partout dans le monde, ce Collège, vieux de 600 ans, accueille aujourd’hui, par un système de bourses scolaires, des élèves moins aisés, qui, autrefois, n’auraient jamais eu accès à un tel enseignement. La classe d’ « Higgi » accueillait seize élèves par an, âgés de 8 à 13 ans, qui, sous sa tutelle, donnait, chaque semaine, cinq concerts de 45 minutes. En voyant ce film, nous serons en pleine immersion  dans les sommets de la musique chorale occidentale.Résultat de recherche d'images pour "Les Chatouilles photos"

« Les Chatouilles » (Andréa Bescond et Éric Métayer )

De retour au « Sauvenière », à Liège, le mardi 08, à 20h, nous aurons, en avant-première, « Les Chatouilles » (Fra./2018/103’/film lauréat, en 2018, du « Prix d’Ornano-Valenti », à Deauville, au« Festival du Cinéma américain » /avec Andréa Bescond, « Molière de la meilleure seule en Scène, au théâtre, en 2016 ; Karin Viard, « César de la meilleure Actrice »  et « Prix Lumières de la Presse étrangère », en 2000, pour « Haut les Coeurs », de Solveig Anspach ; Clovis Cornillac, « César du Meilleur Acteur dans un second Rôle », en 2005, pour « Mensonges et Trahisons », de Laurent Tillard ; et Pierre Deladonchamps, « César du meilleur Espoir  masculin », en 2014, pour « L’Inconnu du Lac », d’Alain Giraudie).         

Cette projection sera suivie d’une rencontre avec les réalisateurs Andréa Bescond et Éric Métayer. A souligner que ce film sera le sujet de deux autres événements, dans cette même salle, le mardi 15, à 20h, et au « Caméo », à Namur, le lundi 14, à 20h, ces deux projections étant suivies d’une rencontre dont le thème sera : « Trauma et résilience chez les victimes de pédophilie ».

A Namur, cette rencontre se fera avec la participation de Josée Pelzer, pédopsychiatreFrançoise Dorange, juriste, et Damien Favresse, sociologue pour le « Centre Local de Promotion de la Santé« .

A Liège, les intervenants seront Gabrielle Scantamburlo, cheffe du Service de psychiatrie au CHU local ; Mélody Peusens, infirmière dans cette même Ville, au « Centre de prise en charge des violences sexuelles »  ; et Fabienne Morisse, enquêtrice à la section « Jeunesse » de la brigade judiciaire de la police locale.Résultat de recherche d'images pour "Les Chatouilles photos"

« Les Chatouilles » (Andréa Bescond et Éric Métayer )

Synopsis : « « Le film s’ouvre sur une scène de malaise absolu. Gilbret entre dans la chambre d’Odette, huit ans, elle dessine sagement. Il lui propose de jouer à un nouveau jeu ensemble, il veut jouer à la poupée avec elle, mais la poupée serait Odette… »  (Gael Benaim).

Parcourons quelques critiques de presse :

– Pour « Le Monde », Thomas Sotinel écrit : « Présenté à Cannes, dans la section ‘Un certain Regard’, la version cinématographique des ‘Chatouilles’ est un film hétérogène qui passe de l’affrontement direct avec la réalité à la fantaisie, de la comédie à la confession à vif, sans toujours négocier très gracieusement ses transitions. Reste que le cœur du film bat si puissamment, qu’il exige et obtient l’attention… »

– Pour « Première », Anouk Féral écrit : « Andréa Bescond réussit l’adaptation à l’écran de sa pièce de théâtre coup de poing, créée pour tenter de soulager une plaie béante : les violences sexuelles qu’elle a subies dans son enfance… »Résultat de recherche d'images pour "Les Chatouilles photos"

Andréa Bescond, dans son interprétation théâtrale des « Chatouilles », « Prix Molière de la seule en scène »

– Pour « Télérama », Guillemette Odicino écrit : « D’une enfance traumatisée par le viol, Andréa Bescond tire un récit alerte sur la résilience et la joie de vivre malgré tout. Un tour de force… »

– Pour « La Croix », Céline Rouden écrit : « Un film coup de poing qui déborde de l’énergie de la colère de sa réalisatrice et parvient avec virtuosité à reconstituer les méandres de sa reconstruction… »

– Pour « Les dernières Nouvelles d’Alsace » , la rédaction écrit : « Pour aborder ce sujet extrêmement difficile, les réalisateurs ont tablé sur une mise en scène à la fois énergique, empathique et sans pathos… »

– Pour « L’Express », Eric Libiot écrit :« Ces ruptures de ton – humour, drame, danse- apportent de la douceur dans un monde de brutes et crée l’empathie nécessaire pour instaurer cette émotion intelligente qui fait souvent défaut à ce type de films… »

– Pour « aVoir-aLire.com », Claudine Levanneur écrit : « L’art de traiter en toute légèreté un sujet horriblement lourd. Les Chatouilles est une oeuvre lumineuse qui aborde aussi la renaissance de ceux qui, avec courage, apprennent à remonter la pente de leur vie… »

– Pour « Voici », A. V. écrit : « Andréa Bescond raconte avec rage, pudeur et grâce son enfance saccagée, et sa  reconstruction… »

– Pour « CNews », la rédaction écrit :« Derrière un titre qui amuse, « Les Chatouilles » est une œuvre bouleversante et nécessaire… »Résultat de recherche d'images pour "Les Chatouilles photos"

« Les Chatouilles » (Andréa Bescond et Éric Métayer)

– Pour « Le Figaro »Etienne Sorin écrit : « Andréa Bescond ne triche pas. Avant la résilience, elle montre les abîmes de sa vie d’adulte… »

– Pour « Télé 7 Jours« , Isabelle Magnier écrit : « Un film solaire et plein de vitalité… »

Qu’écrire de plus, un film à voir, assurément, … inspirant des rencontres de qualité…

Toujours au « Sauvenière », à Liège, ce mercredi 09, à 14h, « Pour vivre heureux » (Salima Sarah Glamine  Dimitri Linder/Bel.-Lux./2018/88′), une fiction qui figurait, en décembre 2018, au programme du 18ème  « Med »  (« Festival du Cinéma Méditerranéen »), à Bruxelles, après avoir remporté trois Prix, à Namur, lors de le 33ème édition du « FIFF »  (« Festival International du Film Francophone ») : ceux « du Public » ; « de la Critique » (attribué par un jury de l’« Union de la Critique de Cinéma » et de l’« Union de la Presse Cinématographique Belge ») ; et « Cinévox ».Résultat de recherche d'images pour "Pour vivre heureux film photos"

« Pour vivre heureux » (Salima SarahGlamine et Dimitri Linder)

Synopsis : « Amel et Mashir, deux jeunes Bruxellois, s’aiment en secret. Ni leurs parents, ni leurs amis ne se doutent de leur relation. Le jour où la famille de Mashir décide de le marier à sa cousine Noor, qui est aussi l’amie d’Amel, c’est tout leur monde qui s’écroule. Comment pourront-ils sauver leur amour sans faire souffrir ceux qui les entourent ?…

Résultat de recherche d'images pour "Pour vivre heureux film photos"

« Pour vivre heureux » (Salima Sarah Glamine et Dimitri Linder)

Après la projection, rencontre avec Salima Sarah Glamine et Dimitri Linder, les deux réalisateurs qui confiaent à la presse« Avec  ‘Pour vivre heureux’, nous avons construit une mise en scène du regard. Qui voit quoi, et que voit-on des rap­ports amoureux et familiaux ? Dans cette idée, les gros plans et plans serrés sont les outils de notre langage élémen­taire ; nous éprouvons l’énergie de ce jeunesse, nous appréhendons leurs craintes et leurs élans. Notre caméra, mobile, oscille entre une proximité intime avec les personnages et une distance permettant d’embrasser les rapports complexes entre eux. » 

33rd Namur International French-Language Film Festival -FIFF : Day Three : Photo d'actualité

S. Lesaffre et C. Zeerak/«Pour vivre heureux» (S. S. Glamine et D. Linder ) (c) S. Lefevre/«Getty Images»

« ‘Pour vivre heureux’ nous immerge d’emblée dans le tourbillon d’une jeunesse européenne issue de l’immigration, écartelée entre des cultures et des traditions différentes. En tant que spectateur, nous aurons l’occasion de découvrir différentes facettes de l’immigration, trop souvent représentée d’une manière uniforme et caricaturale. Ici, il n’est pas question de porter de jugements. Chaque protagoniste véhicule avec un mélange de ferveur et ’humilité son idée du bonheur, de l’équilibre et de l’épanouissement. Pourtant tous convaincus que, d’une manière ou d’une autre, ces choix pourront être douloureux » (« Les Grignoux »).

A noter qu’en séances ordinaires, ce film sera au programme du « Caméo », à Namur, et du « Churchill », à Liège, dès ce lundi 07 et ce jusqu’au mardi 15.

Alors commençons bien cette année 2019, en découvrant quelques excellents films, notamment lors d’événements, aux rencontres des plus intéressantes…

Site web, avec conditions d’accès et programmation détaillée : http://www.grignoux.be.

Yves Calbert.

 

 

 

 

 

 

 

Publicités

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s