Du 28 Septembre au 05 Octobre, le 33ème « FIFF », à Namur

Résultat de recherche d'images pour "logo fiff"

  • Explorer des univers cinématographiques
  • Eduquer au cinéma et par le cinéma
  • Encourager et soutenir la création cinématographique
  • Fêter le cinéma

Tels sont les objectifs du « FIFF » (« Festival International du Film Francophone »), créé en 1986, à Namur, qui se consacre à la diffusion du cinéma francophone, œuvrant ainsi à la promotion de la diversité culturelle. De réputation internationale, il promeut les œuvres des cinéastes qui partagent l’usage ou la défense du français. Son
but est de mettre en exergue une francophonie vivante et dynamique, forte de ses richesses pluriculturelles.

Pour délimiter l’espace francophone, le « FIFF » s’appuie sur l’ « Organisation Internationale de la Francophonie », qui réunit 84 Etats et gouvernements (57 membres, 4 membres associés et 26 observateurs) issus des cinq continents et comptant  plus de 900 millions d’hommes et de femmes ayant en partage la langue française et les valeurs universelles.

Nos batailles : Photo Laetitia Dosch, Romain Duris

« Nos Batailles (Guilaume Senez ) (c) « Haut et Court »

En guise de « Gala d’Ouverture », à l’occasion de sa 33ième édition, le « FIFF » nous propose d’assister, ce vendredi 28 septembre, à la projection de « Nos Batailles » (Fra.-Bel./2018/98′), du réalisateur bruxellois, à la double nationalité franco-belge, Guillaume Senez, qui signe, ici, son second long-métrage, ayant obtenu un immense succès avec sa première réalisation, « Keeper » (Bel.-Fra.-Sui./2015/96′), lauréat, à Namur, en 2015, du « Prix de la Critique » décerné par l’ « U.C.C. » (« Union de la Critique du Cinéma ») et l’ « U.P.C.B. » (« Union de la Presse Cinématographique Belge » ), ce film ayant remporté, en 2017, trois « Magritte du Cinéma », du « meilleur premier Film », de la « meilleure Actrice dans un second Rôle », pour Catherine Salée, et du « meilleur Montage », pour Julie Brenta, de nombreux autres Prix lui ont été offert, de Marrakech à Taipei, en passant par Hambourg, Kiev, Locarno, Minsk, Varsovie, …

A noter que Guillaume Senez remporta, déjà, trois Prix à Namur, un en 2012, ayant reçu le « Prix du Jury » du « FIFF », pour son court-métrage  » U.H.T. » (Bel./2012/18’/avec Catherine Salée, présente dans « Nos Batailles »), ainsi que deux en 2009, mais à « Média 10/10 », un « Festival du Court-Métrage » qui était organisé par la Province de Namur, pour son autre court-métrage « Dans nos Veines » (2009), à savoir le « Prix du meilleur court-métrage de fiction  » et le « Prix UNICEF », ce film ayant reçu, aussi, entre autres, deux « Prix du meilleur Film international », au Brésil et au Danemark, ainsi que celui de la « meilleure Interprétation masculine », en 2010, au « BSFF » (« Brussels Short Film Festival » ), pour François Civil.

Retour à « Nos Batailles », présenté, cette année, à la « Semaine de la Critique » du« Festival de Cannes », avec, dans le rôle principal, celui d’Olivier, Romain Duris, lauréat de deux « Globes de Cristal », en 2006 et 2008, et de deux « Prix Lumières », en 2000 et 2006, nommé à cinq reprises aux« César », entre 1999 et 2015.

A Namur, le vendredi 28, avec la complicité de « Cinéart « , l’équipe du film viendra le défendre dans différentes salles. Sont annoncés pour une rencontre avec le public, outre le réalisateur, les acteurs Laeticia Dosch, Rain Durisnet et Basile Grunberger, ainsi que la productrice Isabelle Truc.

Synopsis : « Olivier se démène au sein de son entreprise pour combattre les injustices. Mais du jour au lendemain quand Laura, sa femme, quitte le domicile, il lui faut concilier éducation des enfants, vie de famille et activité professionnelle. Face à ses nouvelles responsabilités, il bataille pour trouver un nouvel équilibre, car Laura ne revient pas… »

« Nos Batailles » ayant été présenté, cette année, au « Festival de Cannes », ce film reçut cet avis du Délégué Général de la « Semaine de la Critique »  : « Le magnifique portrait d’un homme à la recherche d’un équilibre entre vie familiale et engagement syndical, porté par un Romain Duris, d’une justesse bouleversante. »

Résultat de recherche d'images pour "Les Invisibles film photos"

« Les Invisibles » (Louis-Julien Petit )

Pour le « Gala de Clôture », le vendredi 05 octobre, après la remise des « Bayards d’Or », le vendredi 05 octobre, à 18h30, au « Théâtre Royal », nous pourrons découvrir « Les Invisibles » (Fra./2018/82′), réalisé par Louis-Julien Petit, qui reçut, en 2014, le « Valois du Public », du « Festival du Film Francophone d’Angoulème », pour son film « Discount » (Fra./2014/95′), avec Audrey Lamy, « meilleure Actrice française », du « Grand Prix des Séries », en 2012, pour « Scènes de Ménage » et « Globe de Cristal », en 2011, pour « Dernière avant Vegas », son « seule en scène », au théâtre.

Synopsis du film « Les Invisibles » : « Suite à une décision municipale, l’Envol, centre d’accueil pour femmes SDF, va fermer. Il ne reste plus que trois mois aux travailleuses sociales pour réinsérer coûte que coûte les femmes dont elles s’occupent : falsifications, pistons, mensonges… Désormais, tout est permis !… »

Pour défendre ce film, sur scène, nous pourrons applaudir, outre le réalisateur, l’actrice Déborah Lukumuena et la productrice Liza Benguigui. A noter que les films d’ouverture et de clôture seront projetés, presque simultanément, dans quatre salles, offrant à chacun la possibilité de les découvrir.

Entretemps, près de 150 films auront été projetés, à l’ « Acinapolis »  Jambes), au « Caméo », au « Palais des Congrès » et au « Théâtre Royal », le « Quai 22 » de l’Université de Namur étant réservé aux visions de presse, le « FIFF » devant bénéficier, dès 2019, de trois salles, dont deux nouvelles, au sein de la « Maison de la Culture » de la Province de Namur, qui est, depuis l’an dernier, en pleine rénovation.

Résultat de recherche d'images pour "un amour impossible film photos"

« Un Amour impossible » (Catherine Corsini)

Pour la Compétition officielle, outre « Nos Batailles » déjà cité, douze autres films ont été retenus

« Alice T » (Radu Muntean/Rou.-Fra.-Suè./105′)
« Un Amour impossible » (Catherine Corsini/Fra./Bel./135′)
« Charlotte a du Fun » (Sophie Lorain/Québec/82′)
« En Liberté ! » (Pierre Salvadori/Fra./107′)
« Fortuna » (Germinal Roaux/Sui.-Bel./106′)
« Genèse » (Philippe Lesage/Québec/131′)
« M » (Yolande Zauberman/Fra./105′)
« The Mercy of the Jungle » (Joel Karekezi/Belg.-Fra.-Rwanda/90′)
« Mitra » (Jorge León/Bel.-Fra./80′)
« Pupille » (Jeanne Herry/Fra.-Bel./110′)
« Les Tombeaux sans Noms » (Rithy Panh/Cambodge-Fra./115′)
« Weldi » (Mohamed Ben Attia/Tun.-Bel.-Fra.-Quatar/104′)

Résultat de recherche d'images pour "les tombeauxsans nom film photos"

« Les Tombeaux sans Nom » (Rithy Panh)

Sept autres Compétitions sont au programme, celles de la « première oeuvre de Fiction », « nationale du Court/Fédération Wallonie-Bruxelles » « internationale du Court », du« Prix du Jury Cantillon » , du« Prix Junior » , du« Prix de la Critique » et du« Prix Cinévox ».

Pour la première fois, le « FIFF » offrira un grand écran à une série belge de télévision, avec la « Saison 2 » de « La Trêve », le mardi 02, à 20h, au « Caméo 1 »

Depuis 2006, le cinéma néerlandophone, qui vient de célébrer ses « Ensor », l’équivalent de nos « Magritte du Cinéma », est, également, présent au « FIFF », au sein de sa section « Cap sur la Flandre », avec, cette année, cinq courts-métrages et trois longs-métrages :

« Bastaard » (« Bâtard »/Mathieu Mortelmans/Bel./105′)
« Niet schieten » (« Ne pas tirer »/Stijn Coninx/Bel.-P.B./139′)
« Rosie & Moussa » (Dorothée Van Den Berghe/Bel./90′)

Soulignons que l’un de ces trois réalisateurs, Stijn Coninx, nommé Baron par le Roi Albert II, en 1993, fut nommé, en cette même année, à l’ « Oscar du meilleur Film », pour « Daens » (Bel./1992/118′), son film « Marina » (Bel./2013/ 118′) ayant reçu, en 2015, trois « Magritte du Cinéma », ceux du « meilleur Film flamand en coproduction », des « meilleurs Costumes » (pour Catherine Marchand) et des « meilleurs Décors » (pour Hubert Pouille), ce même film ayant remporté, aussi, en 2013, le « Prix du Jury Etudiant » du « Festival International du Film de Valladolid », et, en 2014, le « Prix de la Jeunesse » du « Festival du Film de Cabourg ».

… Et n’oublions pas que « Marina » fut primé, également, à sept reprises, la même année, aux « Ensor », remportant ceux du« meilleur Film », du « meilleur réalisateur », du « meilleur Scénario », des« meilleurs Costumes »  et des « meilleurs Décors », ainsi que l’« Industry Award » et le tant apprécié« Prix du Public ». Concernant ce dernier film, Stijn Coninx déclara :« Financièrement, tout comme pour le thème, c’était un projet difficile. Il n’est pas évident de raconter une histoire sur l’ immigration en ces temps-ci. » 

Résultat de recherche d'images pour "niet schieten film photos"

« Niet Schieten » (« Ne pas tirer »/Stijn Coninx)

« Last but not least » concernant ce talentueux réalisateur, il sera, cette année, le « parrain » du « FIFF Campus » et, à ce titre, une rencontre avec son jeune public sera organisée le jeudi 4 octobre, à 13h, sous le chapiteau de la Place d’Armes, à l’issue de la projection de son dernier film « Niet Schieten », évoquant l’une des plus grandes
affaires criminelles qu’ait connu la Belgique, les tueries du Brabant, et ce en transposant à l’écran le livre autobiographique de David Van de Steen, devenu orphelin suite à l’attaque, en 1985, d’un supermarché, Stijn  Coninx étant le premier réalisateur à se positionner du côté des victimes.

Mais, de cette évocation des « Ensor » et de Stijn Coninx, revenons au cinéma francophone, avec un « Focus » qui lui est consacré, à l’initiative de la « Fédération Wallonie-Bruxelles », qui nous propose une sélection de six  longs-métrages sortis en salles au cours de ces douze derniers mois, l’occasion de découvrir un film que nous n’aurions pu voir, tel « Insyriated » (« Une Famille syrienne »/Philippe Van Leeuw/Bel.-Fra.-Liban/2017/86′), qui, en 2018, remporta pas moins que cinq « Magritte du Cinéma », ceux du « meilleur Film », du « meilleur réalisateur », du « meilleur scénario original ou adaptation », de la« meilleure image » (pour Virginie Surdej ), de la « meilleure musique originale »  et du « meilleur son » (pour Jean-Luc Fafchamps), de même que le « Prix Lumière du meilleur Film francophone, deux Prix à la « Berlinale » et trois Prix au « Festival du film francophone d’Angoulème ».Résultat de recherche d'images pour "insyriated film photos"

« Inyriated » (« Une Famille syrienne »/Philippe Van Leeuw)

Synopsis : « Une journée d’une famille enfermée dans un appartement des environs du quartier du Mazzeh, à Damas, au cours de la guerre civile syrienne. Sous les bombardements et cernés par les ‘snipers’, des hommes demandent alors à entrer dans l’appartement… »

Egalement à l’affiche de ce « Focus » :

« Manu » (Emmanuel Bonmariage/Bel./documentaire/92′)
« Mon Ket » (François Damiens/Bel.-Fra./89′)
« Ni Juge, ni Soumise » (Yves Hinant & Jean Libon/Bel./99′)
« Troisièmes Noces » (David Lambert/Bel.-Lux.-Québec/98′)
« Tueurs » (Jean-François Hensgens et François Troukens/Bel.-Fra./89′)Résultat de recherche d'images pour "tueurs film photos"

« Tueurs » (Jean-François Hensgens François Troukens)

Concernant ce dernier film, soulignons la distribution belgo-belgeLubna Azabal, lauréate de deux « Magritte de la meilleure Actrice dans en second Rôle » (2012 et 2015) ; Olivier Gourmet, lauréat du« Prix d’Interprétation masculine », au « Festival de Cannes » (2002) et du« Magritte du meilleur Acteur »  (2013) ; et Bouli Lanners, lauréat de 21 Prix, dont, comme acteur, le « Magritte du meilleur Acteur dans un second Rôle » (2013), ainsi que, comme réalisateur, deux « Magritte du Cinéma », ceux du « meilleur Film «  et du « meilleur Réalisateur » (2012), pour son film « Les Géants » (Bel./2011/85′) remportant, en 2011, trois autres « Magritte », deux Prix au« Festival de Cannes » et, à Namur, au « FIFF », deux « Bayards d’Or » , ceux du « meilleur Acteur » (pour P. Bartel, Z. Chasserlaud & M. Nissen) et de la « meilleure Photographie » (pour J.-P. de Zaeytijd ).

Pour son dernier film « Les Premiers les Derniers » (Bel./2016/97′), Bouli Lanners obtint, également, en 2017, cinq« Magritte du Cinéma », ceux du « meilleur Film », du « meilleur Réalisateur », du « meilleur Acteur dans un second Rôle » (pour David Murgia), des « meilleures Costumes » (pour Elise Ancion) et des « meilleurs Décors » (pour Paul Rouschop), après avoir reçu deux Prix, en 2016, à la « Berlinale ».

… Et du Cinéma belge francophone passons au Cinéma français, avec le « Coup de Coeur  » du « FIFF », qui nous propose, ce samedi 29, à 14h, au « Théâtre Royal », une rencontre, animée par notre collègue Eric Russon, qui recevra l’acteur fançais Lambert Wilson , qui, six fois nommé aux « César », entre 1985 et 2011, fut le lauréat, en 1990, du « Prix Jean Gabin », le film « Des Hommes et des Dieux » (Xavier Beauvois/Fra./2010/ 120′) ayant remporté, en 2011, trois « César »  et deux « Prix Lumières ».

En outre, ce dernier film et deux autres, dont il fut l’un des acteurs, seront projetés, ces derniers étant :

« Au Bout des Doigts » (Ludovic Bernard /Fra./2018/105’/avec Kristin Scott Thomas)
« La Princesse de Montpensier » (Bertrand Tavernier/Fra./2010/139′)Résultat de recherche d'images pour "lambert wilson dans au bout des doigts photos"

Lambert Wilson (c) Valery Hache/ »AFP »)

A noter que Lambert Wilson, possédant son double en cire, au « Musée Grévin », depuis 2012, fut le « Maître de Cérémonie » du « Festival de Cannes », en 2014 et 2015. en outre, il prêta sa voix pour différents dessins animés, dont : « Tous à l’Ouest » (aventure de Lucky Luke/Olivier Jean-Marie & Jean-François Henry/2007/85′) et « Ernest et Célestine » (Stéphane Aubier, Vincent Patar & Benjamin Renner/Bel.-Fra.-Lux./2012/80’/un film lauréat, en 2013, du « César du meilleur Film d’Animation », et, en 2014, de trois « Magritte du Cinéma » ), de même pour différentes fictions, doublant les voix de Richard Gere et Jef Goldblum.

Décoré comme « Officier de l’Ordre National du Mérite », en 2010, et « Officier de l’Ordre des Arts et Lettres », en 2006, il est, aussi, comédien au théâtre, nommé deux fois aux « Molière », en 1991 et 1992, et … chanteur, ayant enregistré plusieurs albums, dont l’un, en 2015, où il interprête les chansons d’Yves Montant, lui ayant consacré, en 2017 un spectacle qu’il présenta sur différentes scènes, à Paris et en tournée.

Le « FIFF », tenant à promotionner notre Cinéma , à faire connaître nos films, nos réalisateurs, nos acteurs, …  propose plusieurs ateliers et rencontres réservés aux professionnels., histoire qu’ils puissent échanger et confronter leurs points de vue pour mieux envisager l’avenir du Cinéma belge et favoriser sa diffusion à l’international. Toujours au cœur de l’actualité cinématographique, le « FIFF » est plus que jamais un espace d’expression et de rencontres incontournables, un catalogue spécial « FIFF Pro » étant édité à leur attention.

Ainsi, avec « Wallimage » et « Clap », une « Journée de l’Industrie audiovisuelle wallonne » est programmée, de même qu’une« Journée du Cinéma francophone », qui permettra aux professionnels de discuter de leur métier et de leurs perspectives d’avenir. Par ailleurs, une rencontre des auteurs et des autrices sera consacrée à l’écriture et à la réalisation de comédies, tandis qu’avec l’appui du« FIFA » (« Festival International du Film d’Aubagne » ), de la « SACEM » (« Société des Auteurs, Compositeurs et Editeurs de Musique ») et de la « Sabam » (société gérant les droits d’auteurs), un atelier sera dédié à la composition de musiques de films, réunissant compositeurs, producteurs et réalisateurs autour d’une partition composée sur un extrait de scénario d’un court ou d’un long-métrage, cet atelier s’appelant « Le 3ème Personnage », en référence à Federico Fellini (1920-1993) qui désignait ainsi la musique d’un film.Résultat de recherche d'images pour "fortuna germinal roaux film photos"

« Fortuna » (Germinal Roaux)

Aussi, un atelier de tournage réunira une vingtaine de comédiens belges, une quinzaine de réalisateurs, réalisant un film durant le Festival, tout en rencontrant plusieurs agents et directeurs de castings ; alors que le « Forum de Namur » permettra à six longs métrages de fiction de bénéficier d’expertises afin d’évaluer et de renforcer la qualité et la faisabilité de leur projet analysant quatre domaines d’expertises : le développement, l’écriture, la production et la vente.

Le lundi 01, à 13h, au « Palais des Congrès », en partenariat avec la « SACD », une leçon de scénario sera donnée par Pierre Salvadori, dont le film « En Liberté ! », présent à Cannes, participera à la Compétition officielle.

Une visite d’un plateau de tournage prendra place, à l’église St.-Loup et dans le piétonnier, le mercredi 03, entre 09h et 16h, alors qu’une découverte du travail de restauration cinématographique nous sera présentée par la « Cinémathèque royale de Belgique », le samedi 29, entre 11h et 17h, sous le Chapiteau (« Espace Ciné Fabrique »).

La remise des « Prix Off », aura le Chapiteau pour cadre, le jeudi 04, à 18h30, alors que nous sommes tous conviés à « L’Apéro du 33ième FIFF », dans les « Jardins du Maïeur », le samedi 29, à 12h, acteurs, réalisateurs et membres des jurys nous étant présentés.

… Et si certains d’entre nous rêvent de devenir acteurs, sous le Chapiteau, un « Casting de Figurants » sera organisé le samedi 29, de 15h30 à 17h30, et le mercredi 03, de 14h à 16h.

Quant aux étudiants des écoles de cinéma, ils ne seront pas oubliés, notamment grâce à la « Manufacture de Namur », créée en 2015, ce atelier rassemblant 30 étudiants en réalisation et formateurs, en provenance de 15 écoles francophones de Cinéma, les objectifs étant de contribuer à renforcer un véritable réseau d’écoles de cinéma en Francophonie et de favoriser les échanges entre étudiants.

Le mardi 02, à 13h30, au « Caméo 3 », en partenariat avec « Point Culture », quatre jeunes acteurs belges (Bwanga Pilipili, Salomé Richard, Roda Fawaz et Yoann Zimmer), à travers des extraits de films, échangeront autour de leur métier, des obstacles et plaisirs qu’ils rencontrent.

De son côté, le « Service Culture » de la Province de Namur proposera, sur l’espace « Ciné Fabrique », sous le chapiteau de la Place d’Armes, divers ateliers pour tous les jeunes, chacun pouvant se photografier grâce  à sa borne à selfies. Au programme :

Maquillage effets spéciaux (les vendredis 28 septembre et 5 octobre)
Réalisation de courts-métrages à partir d’objets immobiles (samedi 29 et dimanche 30 ; mercredi 3 et jeudi 4)                                                                                                                                                       Animation « actor’s studio », face à une équipe de tournage et à une caméra (lundi 1 et mardi 2 )

Expositions accessibles gratuitement :

« Caféo »  (la brassserie du « Caméo » ), Chapiteau (stand « IATA »), Espace « BNP Paribas » (rue de l’Ange, 2) et Palais des Congrès : « Le Regard des Regards », portraits du Cinéma belge, réalisés, entre 1980 et le début des années ‘2000, par Jean-Michel Vlaeminckx.

« Galerie du Beffroi »  : « Les Gens », portraits des Wallons, réalisés par Olivier Gilgean, une expo conçue par le « Service public de Wallonie »  et le « FIFF ».

Résultat de recherche d'images pour "Frères lumières sortie d'usine photos"

« La Sortie de l’Usine » (Auguste et Louis Lumière/1895)

« Confluent des Savoirs » (rue Godefroid, 5) : « L’histoire du Cinématographe », une approche épistémologique du Cinéma, se concentrant sur l’évolution des techniques qui ont donné naissance au Cinéma moderne. Une impressionante exposition d’une soixantaine de « folioscopes », « kinétoscopes », « lanternes magiques », « thaumatropes » et autres ancêtres des projecteurs qui précédèrent l’arrivée du numérique, avec une présentation des hommes et des femmes qui écrivirent l’histoire du Cinéma, tels les réalisateurs de « La Sortie de l’Usine », en 1895, les frères Auguste (1862-1954) et Louis Lumière (1864-1948), Alice Guy-Blaché (1873-1968/première réalisatrice, avec « La Fée aux Choux », en 1896) et George Méliès (1861-1938), ce dernier ayant incroyablement terminé sa carrière comme simple commerçant, lui qui réalisa « Le Voyage dans la Lune », en 1902…

« Espace Wallonie » : « Paris Cinéma » (jusqu’au vendredi 09 novembre), avec une évocation d’une quinzaine de films ayant Paris pour cadre, dont ceux du Parisien Marcel Carné (1906-1996) ; suivie d’une préentation de lieux de tournages, à Namur, tel le « Théâtre Royal », où fut tourné « Le Roi de Paris » (Dominique Maillet/Fra.-UK/1995/97′) ; l’expo se terminant par un focus sur les films inspirés des enquêtes de l’inspecteur Maigret, créé le Liégeois George Simenon (1903-1989).

« Clap ! », le « Bureau d’Accueil des Tournages en Wallonie », nous propose une balade de 90 minutes dans Namur, sur le thème du Cinéma, au travers de la visite de lieux et de bâtiments remarquables ayant accueilli le tournage d’un film. L’occasion de découvrir la Capitale wallonne sous l’angle du 7ème art (les mardi 2 et jeudi 4 octobre, à 10h et à 14h).

De retour à la programmation du « FIFF », notons, enfin, que plusieurs films seront projetés en décentralisation, à Bruxelles, Liège et Mons.

Prix du « FIFF Pass » pour les 8 Jours : 35€ (30€ pour les – de 25 ans, à partir de 65 ans, demandeurs d’emplois et enseignants. Prix du « FIFF » Pass d’une Journée : 10€ (8€ en tarif réduit / 1€25 pour les « Article 27 »). Prix par Séance : 6€ (hors Ouverture, Clôture, « FIFF Campus », sur invitation et « Cinéma Parents non admis »). Prix pour les Séances d’Ouverture et de Clôture : 10€. Prix pour le Séances « Cinéma Parents non admis » : 5€. Catalogue : 3€ (des livrets-programmes étant disponibles, gratuitement, au bureau d’acccueil et aux entrées des salles). Site web : http://www.fiff.be.

Résultat de recherche d'images pour "the mercy of the jungle film photos"
« The Mercy of the Jungle » (Joël Karekesi)

Remarques :

De 15 à 20 ans, pour les séances entre 15h et 20h, l’accès est gratuit, grâce à « Solidaris ». Se rendre au bureau d’accueil, sous le chapiteau avec sa carte d’étudiant, afin d’obtenir son bracelet NFC.

– Les « FIFF Pass » offrent un accès gratuit aux Musées provinciaux « Félicien Rops » et « des Arts Anciens », de même que pour voyager à bord des bus « TEC P + R », ainsi qu’une réduction de 10% pour tout achat dans les boutiques  participant à l’action « Les Commerçants font leur Cinéma ».

– Tout détenteur d’un « FIFF PASS » ou d’une place pour une séance doit impérativement se présenter au bureau
d’accueil, sous le Chapiteau, afin d’échanger son ticket PDF contre une carte d’accès rechargeable, avant de se rendre dans une salle pour la première fois.

– Cette carte d’accès rechargeable est, aussi, destinée, une fois chargée, à payer les boissons et les « snacks », sous le Chapiteau, où des concerts seront organisés.

Yves Calbert.

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s