Les Misérables, Citadelle de Namur du 10 au 19 Août

Jean VaLJean (Anthony Molina-Diaz)

Soucieux de sublimer le patrimoine exceptionnel que représente la Citadelle de Namur, l’Echevin de la CitadelleArnaud Gavroy et son équipe d’animation de la Citadelle, coordonnée par Christine Laverdure, va organiser, pour la douzième fois, un spectacle en plein airen plein été.

Après l’indéniable succès remporté, en 2017, par « Vauban est son Double », la confiance en son metteur-en-scèneJacques Neefs, a été renouvelée, ce dernier nous revenant, du vendredi 10 au dimanche 19 août, à 20h30 (relâche le lundi 13 août) avec une pièce  inspirée de l’une des oeuvres majeures de Victor Hugo (1802-1885), « Les Misérables »  (1862), qu’il décrit en ces mots : « C’est l’histoire mêlée au drame, c’est le siècle. C’est un vaste miroir reflétant le genre humain pris sur le fait, à un jour donné de sa vie immense. Ce roman évoque un message qui me tient à un cœur, celui de la rédemption. Un homme peut ne pas être étiqueté comme étant ‘mauvais’, toute sa vie durant. Il peut changer et faire entendre ces mots, aujourd’hui, à la population, ce qui est salvateur…»

Il poursuit : « Depuis la parution de cette histoire devenue légende, nous avons changé deux fois de siècle. Et pourtant, déclinée en multiples versions parlées, filmées et chantées, cette histoire remue toujours autant nos passions. C’est qu’à travers ‘Les Misérables’Victor Hugo nous fait les légataires d’une certaine idée de l’homme. Il nous valorise, nous tire vers le haut. Dans la noirceur des siècles qui se répètent, cette idée tenace traverse le temps, et permet, encore aujourd’hui, d’éclairer l’avenir et de continuer à croire en l’homme. Souvent en travaillant aux ‘Misérables’, j’ai retrouvé des émotions du film « Daens », de Stijn Coninx, d’après le roman de Louis Paul Boon, avec le tout jeune acteur Matthias Schoenaerts… »

Devant la Cathédrale St.-Aubain

« Dans cette version des ‘Misérables’, j’ai voulu miser sur une distribution jeune, avec, dans le rôle de Jean Valjean,   Anthony Molina-Diaz (ndlr : lauréat du Prix du meilleur Acteur, à Bruxelles, en 2017, au 3ième« Festival Faire un Film en 48h », pour son interprétation  dans« Le Buffle du  Hainaut », de G. Vanev)…Car, dans un siècle où l’on meurt jeune, on sent souffler le vent de l’histoire sur des hommes et des femmes exploités par un système capitaliste, qui les broie, et des valeurs politiques et idéologiques, qui les oppriment. A l’heure de la mondialisation, et du règne des virtualités, ce vent se lève aussi sur notre siècle et c’est notre jeunesse actuelle qui lui donnera sa direction. C’est à cette jeunesse, à ces jeunes acteurs professionnels passés par le ‘Conservatoire royal de Bruxelles’ où j’enseigne, que j’ai voulu confier la délicate mission de réveiller la légende pour l’incarner. »

« Grâce à leur fougue, dans le merveilleux écrin de la Citadelle, l’Histoire devient combat. Entre le Bienet le Mal. Entre l’ombre et la lumière. A travers les destins croisés de Jean Valjean, de l’inspecteurJavert, de FantineEponineCosetteGavrocheles Thénardier, ils frappent à la porte de la fiction, laissons encore une fois ce soir, leur histoire devenir la nôtre… »

Jacques Neefs

Diplômé du « Conservatoire royal de Bruxelles », où il étudia dans les classes d’André Debaar et deCharles Kleinberg, y enseignant, à son tour, Jacques Neefs est le fondateur, à Namur, en 1991,de la « Compagnie Act-Hours ».

Ayant signé des mises-en-scènes, à Bruxelles, au « Café-Théâtre La Samaritaine », au « Théâtre des Martyrs » et au « Théâtre du Parc », il est un habitué de la Citadelle de Namur, y ayant mis en scène, outre « Vauban est son  Double »(2017), « Dom Juan »  (2012), de « Molière » (né Jean-Baptiste Poquelin/1622-1673) et « Sambre » (2010), une  théâtralisation de la bande dessinée due au Bruxellois « Yslaire » (né Bernard Islaire, en 1957), une BD qui reçut plusieurs Prix (St.-Michel/Bruxelles/1986, « des lecteurs de  Libération  »/« Festival d’Angoulême »/1987 et « Haxtur du meilleur Dessin »/« Festival international de la BD de la Principauté des Asturies »/1998).

Avec l’un de ses acteurs (le soir) de « Sambre », par ailleurs … facteur « B Post » (le matin), le bien connu namurois Vincent Pagé, il crée, à l’attention de ce dernier, le « seul en scène »  « C’est ma Tournée », qui connu quelques 170 représentations en Belgique et dans le Nord de la Francealors que Vincent Pagé présentait, en Avignon,  jusqu’au dimanche 29 juillet, son dernier spectacle « Tronches de Vie ».

Acteur lui-même, dans trois villes du Brabant WallonJacques Neefs vient de jouer, en ce mois de juillet 2018, dans « Quatre Guitares pour Zorro », avec « Vivre en Fol Cie », à l’occasion du centième anniversaire, en 2019, de la création de Don Diego de la Vegaalias  « Zorro », par l’Américain Johnston McCulley (1883-1958).

Acteur encore, il joua, notamment, à l’ « Abbaye de Villers-la-Ville », à l’ « Atelier St.-Anne », à la « Comédie Claude Voltaire » et au « Théâtre National de la Communauté française ».

(c) « L’Avenir »

A notre collègue Françoise Oitwaschkau, il rapporta le propos de l’un de ses principaux pédagoguesFrédéric Latin « Nous faisons le plus beau métier du monde, car, même quand on réussit une chose, pour la suivante qu’on entreprend, rien n’est assuré, jamais. Mon avenir, je le vois toujours comme ça, comme la mer ‘toujours recommencée’ … »

Notons, au passage, qu’en 2018, Namur est vraiment la Ville des « Misérables », la « BBC »fin mars, ayant tourné, dans plusieurs rues et sous le Pont de Jambes – avec l’appui de l’asbl « Clap! »bureau d’accueil wallon pour les tournages cinématographiques ou télévisuels -, des séquences de sa série consacrée au roman de  Victor Hugo.

Mais revenons au spectacle de la Citadelle de cet été, pour évoquer son co-adaptateur  (avec Stephen Shank) et  scénographePatrick de Longréeco-fondateur, en 1987, de  « DEL Diffusion », afin de co-produire les représentations théâtrales à l’ « Abbaye de Villers-la-Ville » ; co-directeur, depuis 2001, de l’ « Aula Magna », à Louvain-la-Neuve ; et  directeur, dès 2019, de « La Sucrerie », le futur hall culturel polyvalent de Wavre.

Pour le théâtreil a adapté, entre autres :  « Amadeus »« Don Camillo »« La Fugue du Petit-Poucet« , « Le Discours d’un Roi »« Le Nom de la Rose »« Peter Pan » et  « Pinocchio ».

Sur le site du « Hangar aux Affûts »en contrebas de l’ancienne caserne « Terra Nova », nous retrouverons, parmi les 17 comédiensdeux Français déjà présents dans la production  de « Vauban est son double », à savoir Lou Chavanis (Simplice) et Quentin Juy (Javert). Du côté des figurants namurois, notons la présence de membres du « Bataillon des Canaris de Dumonceau », représentant des volontaires namurois de la Révolution Belgique (1789-1790), unité reconstituée en 1972 et, désormais, réputée dans le milieu du folklore local.

Victor Hugo

Signalons enfin que ce spectacle, « Les Misérables », fait suite à une collaboration, entammée il y a trois ans, avec une autre Citadelle, celle de Besançon. Ensemble, les deux  Citadelles produirent, ainsi, « Vauban est son double »,  interprété, en 2017, à la Citadelle de Namur, par les acteurs français de la « Compagnie Keichad » et leurs collègues namurois de la « Compagnie Act’hours », cette pièce ayant d’abord été présentée, en 2016, à la Citadelle de Besançon, … une dernière représentation ayant eut lieu au « Manège », à Givet, dont le Maire, Claude Wallendorff, vient régulièrement à Namur, notamment à l’occasion des « Fêtes de Wallonie » ou de la célébration namuroise de la Fête nationale française.

De là est née la rencontre entre les élus de la « Communauté de Communes Ardenne Rives de Meuse » de Givet et du « Comité d’Animation de la Citadelle de Namur », avec son dynamiqueEchevin, Arnaud Gavroy, à l’issue de laquelle la Citadelle de Givet a souhaité s’associer à la coproduction du spectacle, avant de l’accueillir, les samedi 1er, à 16h et 20h30, et dimanche 2 septembre à 16h, après les représentations aoûtiennes namuroises, soulignant, ainsi, la dimension internationale de l’événement, Besançon, ville natale de Victor Hugose devant, aussi, d’accueillir« Les Misérables ».

Cette coopération transfrontalière permet de sublimer le patrimoine, tout en favorisant la création, la coopération artistique et culturelle, le travail entre les structures institutionnelles, et en générant une coopération renforcée,  porteuse d’animations culturelles et historiques originales, entre les Citadelle de Besançon, Givet et Namur.

Mais évoquons Victor Hugo, concernant son roman « Les Misérables » : « On a tant abusé du regard dans les romans d’amour qu’on a fini par le déconsidérer. C’est à peine si l’on ose dire maintenant que deux êtres se sont aimés parce qu’ils se sont regardés. C’est pourtant comme cela qu’on s’aime et uniquement comme cela. Le reste n’est que le reste, et vient après. Rien n’est plus réel que ces grandes secousses que deux âmes se donnent en échangeant cette étincelle… »

… En ne pouvant oublier la réplique de son personnage centralJean Valjean (Anthony Molina-Diaz), d’une actualité brûlante, en 2018, avec la problématique des migrants refoulés :« J’ai frappé à toutes les portes. Et partout on m’a chassé… », ce qui fut écrit, en 1862, par Victor Hugo

Quand au mot de la fin, laissons le à Arnaud Gavroy, l’Echevin de la Citadelle : « Victor Hugo s’est exilé à Namur, une ville qu’il a donc connu à l’époque… des ‘Misérables’, ce roman étant un monument, en termes d’humanité et de littérature. Assurément, ce genre d’adaptation ne court pas les rues…  Il n’y a désormais plus qu’à attendre le souffle de Victor Hugo sur la Citadelle… »

A Namur, Prix d’entrée, sur place : 20€ (15€, pour les + de 65 ans et – de 26 ans / 0€, jusqu’à 5 ans inclus). En préventejusqu’au mercredi 08 août, à minuit : 16€ (12€, pour les + de 65 ans et – de 26 ans). Réservations : au 081/24.73.70 et sur le site web  http://www.citadelle.namur.beNavettesgratuites : du parking au lieu du spectacle (« Hangar aux Affûts »).  Parking : sur le site de « Terra Nova » (possibilité pour les « PMR » à proximité des gradins, mais uniquement sur réservation).

Yves Calbert.
Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s