Le NAM-IP Computer Museum

Ce dernier 14 juin, au « Palais des Congrès », à Namur, le « Computer Museum NAM-IP »organisait, sous le titre « Des Pionniers de l’Informatique à la Smart City », une rencontre avecSir John Dermot Turing, neveu d’Alan Mathison Turing (1912–1954), venu spécialement du Royaume-Uni, à l’occasion de cette soirée, le frère Réginald-Ferdinand Poswick, de l’abbaye St.-Benoît de Maredsous, et Maxime Prévot, le Bourgmestre de Namur.

Alan Mathison Turing 

Considéré, par beaucoup, comme étant le père de l’informatiqueAlan Mathison Turing – travaillant au sein d’un Centre secret britannique, à  Bletchley Park, durant la seconde Guerre mondiale – parvint à “casser” la  machine de cryptage des nazis, l’ « Enigma »en inventant un  “supercalculateur”, ce qui, estime-t-on, permit d’écourter la guerre de près de deux années, épargant, ainsi, la vie de milliers de personnes…

… Mais celui qui aurait du être considéré comme un héros dans son propre pays, y fut condamné pour … “indécence manifeste”, en fait pour son  homosexualité, illégale, à lépoque, au Royaume-Uni, ce qui le poussa, fort malheureusement à se donner la mort, en croquant une pomme trempée dans le cyanure, … lui qui est considéré comme étant le premier à avoir conçu, réalisé et programmé unordinateur, suite à une demande du Gouvernement   britannique, faite juste après la fin du conflit mondial… A noter que sa vie fut portée à l’écran, en 2015, sous le titre « The Imitation Game » (Morten Tyldum/U.K.-U.S.A./115′).
Résultat de recherche d'images pour ""The Imitation Game" film photos"
« The Imitation Game »

Diplômé tant à Cambridge (« King’s College ») qu’à Oxford (« New College »), Sir John Dermot Turing, auteur d’ouvrages, publiés en anglais, tels que « The Story of Computing »« The Life of a Genius »,« Prof Alan Turing decoded », tint à répondre, à Namur, aux questions du public, après la fin de son exposé, cette rencontre étant programmée dans le cadre de l’exposition  « Codes & Couleurs – Turing & Zuse », ouverte jusqu’au  samedi 30 juin.

De même que cette expo temporaire évoque, parmi les personnalités qui furent à la racine de notre culture numérique, l’igénieur allemand Konrad Zuse(1910-1995), le frère Ferdinand Poswick prit ensuite la parole, au Palais des Congrès, afin d’évoquer cet inventeur, dès 1937, des premières  calculatrices électromécaniques à programme intégré , ainsi que, en 1941, du « Z3 », que certains estiment être le premier ordinateur. Quoique qu’ayant du travailler sous le régime nazi, il pourra créer, après la fin de la guerre, sa  propre société de machines à calculer programmables, revendant ses inventions, en 1964, à la firme « Siemens », avant de se consacrer à la  peinture à la l’huile, une sélection de copies de ses oeuvres étant exposées au « Computer Museum NAM-IP », jusqu’au samedi 30 juin, dans le cadre de son expo temporaire.

« Last but not least »Maxime Prévot, tint à insister sur l’importance pour  la Ville dont il est le Bourgmestre, d’être reconnue comme étant une « Smart City » (« Ville intelligente »), en ce moment même ou l’on a entammé la  reconstruction du « Pavillon belge de l’Expo universelle de Milan de 2015 », sur l’esplanade de la Citadelle de Namur, ce Pavillon étant destiné à devenir la vitrine des nouvelles technologies wallonnes.
Résultat de recherche d'images pour "Konrad Zuse photos"
Konrad Zuse (c) K. Staedele/ »Picture-Alliance
Concernant la création de leur Musée – et de leur collection permanente  intitulée “Aux Racines du Numérique : des Machines qui comptent” -, les organisateurs de cette rencontre ont écrit : « Il n’existe pas de vrai musée de l’informatique dans un rayon de plus de 375 km autour de Bruxelles/ Namur. Par ailleurs, il est urgent de préserver les traces des débuts de l’informatisation en Belgique« … D’où l’idée de la création, à Namur, de ce Musée, qui,trop peu connu, est destiné à « préserver, pérenniser, sensibiliser, mettre en évidence une Belgique pionnière ! » …

Ils poursuivent en ces mots : « Quatre collections privées ont été rassemblées grâce au soutien du Fonds ‘Informatique pionnière en Belgique’ de la  ‘Fondation Roi Baudouin’. Les appareils « Bull »« IBM »« Unisys » et autres sont exposés depuis octobre 2016 au sein d’un espace de 500 m². Si une ligne du temps parcourt l’ensemble du musée pour souligner chaque étape de l’évolution historique, les scénographes ont privilégié des  »mini-expos dans des containers », en isolant certaines parties du musée selon des thèmes précis. »

« L’investissement fait par la ‘Fondation Roi Baudouin’ souligne à quel point l’informatique fait partie désormais de notre patrimoine culturel. A ce titre, il semble important de préserver les traces de son évolution depuis les premières machines à calculer, les imprimantes jusqu’aux modèles compacts. L’exposition de ce matériel dans ce Musée de Namur joue également un rôle dans la transmission du savoir. Ainsi, les jeunes visiteurs, en particulier les enfants, sont systématiquement impressionnés par la taille des appareils qui imprimaient, classaient et utilisaient les cartes perforées… »

(c) « Computer Museum NAM-IP »

Profitons donc de ces derniers jours de juin pour « faire d’une pierre deux coups », en découvrant la collection permanente du « Computer Museum NAM-IP », tout en visitant, jusqu’au samedi 30 juin, son exposition temporaire « Codes & Couleurs – Turing & Zuse »… L’occasion pour les  jeunes de réaliser que le « smart phone » était bien loin d’exister dans les années ’40 !!! …

Ouverture : du mardi au samedi de 10 h à 17 h, ainsi que le premier dimanche du mois, de 14h à 17h (fermé les jours fériés), avec, sur réservation, une possibilité d’ouverture, en dehors des heures d’ouverture. Prix d’entrée  combiné (Musée + Expo) : 8€ (6€, jusqu’à 11 ans inclus, à partir de 65 ans et, par personne, pour des groupes, à partir de 5 visiteurs / 1€25, pour les « Article 27 ») et 18€, par famille de 2 adultes et 2 enfants (3€ étant demandé pour chaque enfant supplémentaire). Adresse : rue Henri Blès, 192-A, 5000 Namur, avec, au départ de la Gare de Namur, les bus N° 27/arrêt « rue Marinus ISAN »/et « Park and Ride »/arrêt « Namur Expo »/avec, dans les deux cas, l’obligation de se rendre, à pied, de l’autre côté des voies ferroviaires. Site web  http://www.nam-ip.be.

Yves Calbert.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s