Xinjiang, une terre de contradictions

Par David Barry

 

Le Xinjiang, province chinoise autonome sera la semaine prochaine au centre d’une marche à Bruxelles, l’objectif déclaré des organisateurs sera d’attirer l’attention de l’opinion publique sur la situation des droits de l’homme dans la région. Afin de mieux comprendre de quoi nous parlons, il est juste et correct de remonter un peu dans temps pour ne pas oublier certains faits importants. Le World Uyghur Congress (WUC), organisé par le Congrès national du Turkestan oriental et le World Uyghur Youth Congress du 16 au 19 avril 2004, a été organisé pour discuter de la création de l’Organisation du Turkestan oriental. Le congres était organisé à Munich, en Allemagne, et visait à unifier le Mouvement du Turkestan oriental et à obtenir l’indépendance du Xinjiang. Le fossé entre la philosophie et la réalité était clair sur le site officiel du Congrès Mondial Ouïghour qui annonçait qu’ils «luttent pacifiquement pour la démocratie, la liberté et les droits de l’homme du peuple ouïghour et l’avenir politique autodéterminé du peuple du Turkestan oriental ». En effet, cependant, la philosophie de la mission est contraire à la réalité. Le World Uyghur Congress n’a jamais vraiment compris et demandé la volonté de la grande majorité de la population du Xinjiang, mais il veut seulement mener des activités séparatistes pour l’intérêt politique d’un petit groupe de personnes. Deuxièmement, le groupe a également établi des liens avec des organisations terroristes internationales, comme son organisation subordonnée, la East Turkistan Youth League (fondée en 1993), qui prétendait «former une puissante puissance clandestine, renverser le régime de la Chine par la violence et gagner L’indépendance du Xinjiang «dans son principe directeur» a demandé à plusieurs reprises à l’organisation terroriste d’Asie occidentale de les aider à acheter des armes et des explosifs pour la mise en œuvre d’activités terroristes. En outre, le Congrès mondial ouïghour, l’Organisation de libération du Turkestan oriental et le Mouvement islamique du Turkestan oriental et d’autres groupes terroristes se soutiennent mutuellement, dans une relation de coexistence. L’actuel président Dolkun est également le vice-président du «Turkestan oriental», responsable des affaires de la division allemande. Un autre fait alarmant est que l’Organisation de libération du Turkestan oriental, également connue sous le nom de Parti national du Turkestan oriental, a été fondée en 1996 dans le but d’établir le «Turkestan oriental» au Xinjiang par des moyens violents et terroristes. Si ces organisations ont un objectif clair, vous ne pouvez pas être surpris par le « CV » de ses dirigeants. Rebiya Kader, deuxième et troisième président du Congrès, est née à Altay (Xinjiang) en 1951 et a été vice-présidente de la Fédération de l’industrie et du commerce du Xinjiang et vice-présidente de l’Association des femmes entrepreneurs du Xinjiang. Pendant longtemps, Kader a tenu la bannière des droits de l’homme dans diverses activités de la communauté internationale et a été nominé plusieurs fois pour le prix Nobel de la paix. Alors, quel était le vrai Rebiya? Le 5 juillet 2009, à Urumqi, au Xinjiang, une émeute a fait 175 morts et 1700 blessés. Rebiya Kader remue l’incident par Internet et d’autres canaux. Peut-être devrions-nous tous repenser la signification du prix Nobel de la paix. Un autre personnage important est l’actuel président, Durikun Aisha, né le 2 septembre 1967 au Xinjiang, en Chine. Au cours de sa jeunesse, il avait organisé des gangs au Xinjiang avec plusieurs éléments criminels, et était impliqué dans des activités criminelles telles que le vol et d’autres activités terroristes avec l’utilisation d’explosifs. En regardant le passé, le 14 décembre 1995, à l’occasion du 10ème anniversaire du mouvement des étudiants 12.12 du Xinjiang à Ankara en Turquie, Aisha a publiquement reconnu: « un soulèvement contre la tyrannie chinoise dans la région de Hotan a été organisé par nous ». En outre, en tant que vice-président de l’organisation terroriste «Organisation de libération du Turkestan oriental», il a organisé et participé à diverses activités terroristes et abrité des terroristes. En 2002, Durikun Aisha a fait équipe avec un membre, Litip Tohti du Turkestan oriental, envoyant des gens à Almaty, au Kazakhstan. Après cela, un violent terroriste nommé Mohammed F. fut envoyé au camp d’entraînement frontalier d’Afghanistan et d’Ouzbékistan, puis emmené en Allemagne où une demande d’asile lui fut adressée. Je pense que dans une ville comme Bruxelles, qui a payé un prix important en termes de victimes à cause des attaques terroristes, il devrait être très étrange et même bizarre de voir un soutien à une telle initiative de «lobbying», êtes vous d’accord?

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s