Water City Story et Capitales Européennes de la Culture

Merry-Making on the Ice  Robert Griffier (London, 1688-1750) – Jan Muller Antiques.

Au « Centre Culturel de Chine », les 2 et 3 Janvier 2018

Le « Centre Culturel de Chine » étant fermé jusqu’au lundi 1er janvier 2018 inclus, l’actuelle exposition, « Les Immortels d »une Ville, Photos de Sculptures urbaines des « Capitales Européennes de la Culture » réouvrira ses portes pour deux jours seulement, les mardi 02 et mercredi 03.

Comme toujours, en ce lieu si accueillant, les invités au vernissage purent prêter l’oreille à une musique classique fort bien interprêtée par un sympathique quatuor, l’exposition, présentée sur deux étages, mettant à l’honneur nombre de sculptures urbaines, qui valorisent l’identité particulière de quinze des plus de 50 Villes qui furent « Capitales Européennes de la Culture », ces oeuvres pouvant produire un effet significatif sur la perception que les visiteurs gardent de tel ou tel autre lieu. Non seulement elles contribuent au paysage culturel d’une ville, mais elles restent également ancrées comme souvenirs pour les générations futures, … de « Silvius Brabo«  – le légendaire soldat romain qui tua le géant Druon Antigone – d’Antwerpen, capitale en 1993, sujet choisi pour l’affiche de la présente exposition, à la « Petite Sirène », de Copenhague, capitale en 1996, en passant par bien d’autres sculptures moins connues, mais qui sont tout aussi intéressantes à découvrir.

Copenhague (c) Edvard Eriksen (sculpteur)

Les treize autres villes sélectionnées, illustrées chacune par un minimum de trois photographies, en noir-et-blanc ou en couleurs, sont Amsterdam (capitale en 1987), Athènes (1985), Berlin (1988), Dublin (1991), Florence (1986), Glasgow (1990), Lisbonne (1994), Luxembourg (1995), Madrid (1992), Paris (1989), Salonnique (1997) et Weimar (1999).

C’est en 1983 que Melina Mercouri (1920-1994), alors Ministre grecque de la Culture, eut l’idée, sous le titre de « Ville européenne de la Culture », de promouvoir les Cultures européennes au sein des Etats membres de l’ « Union Européenne », la première ville désignée, en 1985, étant Athènes, alors que c’est dans la ville allemande de Weimar, en 1999, que l’appelation « Capitale européenne de la Culture » prit son envol. Ayant évoqué Melina Mercuri, il est à signaler que La « Fondation Melina Mercouri » s’occupe, aujourd’hui, de la préservation des monuments grecs antiques.

Chaque année, deux villes sont retenues, leur désignation se faisant quatre ans avant leur année événementielle comme « Capitales européennes de la Culture », cette période permettant aux villes sélectionnées de préparer leur programmation culturelle, dont les résultats sont ensuite évalués par la « Commision Européenne », ce qui va être le cas pour Paphos et Aarhus, qui terminent leur année 2017, comme « Capitales européennes de la Culture », La Valette et Leeuwarden ayant été désignées pour 2018, alors que, comme chacun s’en souvient, vu son exceptionnelle programmation, la dernière ville belge retenue, fut Mons, en 2015.

… Et si ces villes européennes sont, ainsi, mises à l’honneur par le « Centre Culturel de Chine », par 50 clichés réalisés, durant trois mois, par les photographes chinois Zeng Yi et Zhou Yin Shuang, ainsi que leurs collègues italiens  Michele Stanzione et Alessandra Combatti, c’est dans l’idée d’une bonne entente culturelle entre la Chine et l’ « Union Européenne », cette exposition ayant récolté un immense succès lorsqu’elle fut programmée à Beijing (300.000 visiteurs/13 Ambassades représentées), Qingdao (50.000 visiteurs) et Tianjin, les visiteurs chinois ne s’étant jamais rendus en Europe, ayant pu apprécier les aspects historiques, culturels et exotiques représentés par ces sculptures urbaines, des ateliers de peinture sur cette  thématique ayant été organisés, en Chine, en marge de cette exposition.

 

Mais revenons dans les locaux du « Centre Culturel de Chine », où nous découvrons, au rez-de-chaussée une fort intéressante exposition de duos de photographies en couleurs, intitulée « Water City Story »(« Histoire de Ville d’Eau »), oeuvres exclusives de Steve Zhao (né Zhao Hui), nous présentant en vis-à-vis, sur un même cadre, des clichés pris à Venise et à Suzhou, ville sise sur le cours du cours d’eau Yangzi Jiang, à une centaine de kilomètres de Shanghai, dans la Province de Jiangsu, une Province qui le vit naître.

« Lange Wapper »/Antwerpen (c) Albert Poels

Ayant eu l’occasion de le rencontrer lors de ce vernissage, nous l’avons interrogé sur sa carrière américano-chinoise. Gradué de la « Najing Normal University« , en 1985, Zhao Hui enseigna la physique durant deux ans, avant de gagner New York, … avec 60 dollars en poche, devant travailler, en vélo, comme livreur de nourriture, devenant élève particulier d’un photographe renommé, Peter Levy, dont il devint le premier assistant, responsable de son studio, durant quatre ans, sous son nouveau nom américain de Steve Zhao.

Soucieux de retrouver ses racines, il regagne la Chine, en 1994, et accepte la proposition du Gouvernement chinois de réaliser, en 1997, sponsorisé, notamment, par « Kodak » et « Nikon », un livre et une exposition de cent photographies, sous le titre de « China Story » (« Histoire de la Chine »), cette dernière ayant été présentée, en 2011, au « Parlement Européen », ainsi qu’en Australie, aux Etats-Unis, au Japon, en Russie, … , nous présentant de  remarquables portraits de Chinois, dans leur vie de tous les jours, pendant des représentations de l’ « Opéra Chinois », lors de combats de kungfu, …

Auteur d’une bonne vingtaine d’autres ouvrages photographiques, tels « China in Focus », « China Style », « Sushou » Style », « People to People », « Enduring Culture », « Grand Canal », « Nanjing Story » et « Guizhu Story », Steve Zhao était en partance, le 08 décembre, pour le « Chinesisches Kulturzentrum Berlin » (« Centre Culturel Chinois », à Berlin), à l’occasion du vernissage de son exposition « China Story vs Germany Story », ne comparant plus deux Villes d’Eau, comme à Bruxelles, mais proposant, à Berlin, sa vision de la Chine en comparaison à celle qu’il a de l’Allemagne.

… Et si, avec la présente exposition « Water City Story« , à Bruxelles, nous ne pouvons rester insensibles à cette comparaison photographique entre deux Villes d’Eau, l’une si connue dans nos régions et l’autre, chère à l’artiste, que nous découvrons grâce au travail de Steve Zhao, faisons nôtres ce qu’écrivit le savant malaisien-chinois Gu Hongming (1857-1928), ancien professeur, dans la capitale chinoise, de la « Peking University » : « Pour estimer la valeur d’une civilisation, la question que nous pouvons finalement nous poser n’est pas ‘quelles grandes villes, quelles superbes maisons, quelles joiles routes ont été construites ou vont l’être’, mais bien ‘quels types de femmes et d’hommes cette civilisation a pu produire’. »

Entrée libre, les mardi 02 et mercredi 03 janvier 2018, de 09h30 à 18h, rue Philippe le Bon, 02, face à la station de métro « Maelbeek », sortie « rue de la Loi ». Sites webhttp://www.cccbrussels.be et http://www.ichinastory.com.

Yves Calbert.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s