En Quête d’Harmonie , au Centre Culturel Chinois

Une fois encore, jusqu’au 29 novembre, le « Centre Culturel de Chine » nous propose toute la finesse de l’art chinois, au travers d’une petite exposition intitulée « En Quête d’Harmonie », montée en leurs locaux, face à une sortie de la station de métro « Maelbeek ».

« Les Quatres Trésors du Lettré » (文房四宝) – que les lettrés chérissaient, eux qui étaient connus, dans l’ancienne Chine, pour consacrer leur vie aux études, mais aussi pour leurs passe-temps élégants – étaient le papier (宣纸), l’encre (墨), le pinceau (毛笔) et la pierre à encre (砚台) ; les « Quatre Talents» étaient la maîtrise du guqin (古琴/un instrument de musique), du jeu du go (围棋), de la calligraphie (书法) et de la peinture (绘画); enfin, les  « Quatre Passe-Temps distingués » (四雅), parfois également appelés « arts de vivre », se référaient à l’appréciation de l’encens, de la peinture, le plaisir de boire du thé et de créer descompositions d’art floral.

Sur deux étages, remontant le temps jusqu’à la Chine de jadis, nous découvrons les passe-temps des intellectuels de cette époque reculée, ayant, ainsi, un apperçu du style de vie traditionnel chinois, … un mode de vie bien disparu de nos jours.

En outre, au premier étage, les visiteurs peuvent également admirer une sélection très intéressante d’objets culturels, créés spécialement pour l’occasion, sur le thème du paysage chinois et de la culture du thé.

Le 02 novembre, à l’occasion du vernissage – en présence de Mr. Li JianminMinistre Conseillé à la Mission de la République populaire de Chine auprès de l’U.E., de Mr. Xiang ShihaiConseiller culturel à l’Ambassade de Chine en Belgique, et Mr. Tan Shu, Directeur du « Centre Culturel de Chine » -, Mme Zhao Jingcommissaire de l’exposition et directrice du « Wu Zuo Ren International Foundation of Fine Arts Young Curators Fund« , et Mr. Qiu Ting, Professeur de peinture de paysages à l’ « Académie centrale des Beaux-Arts de Chine », ont déclaré, aux nombreux invités, qu’ils espéraient que  leur exposition aiderait à améliorer, en profondeur, lesrelations entre la nature et l’humanité, permettant au patrimoine culturel traditionnel de leur pays de se mêler à notre art de vivre occidental actuel.

Notons encore que ce soir là, Mr. Huang Yiconservateur du « Tianjin Agalloch Eaglewood Art Museum », avait initié une vingtaine de participants à l’histoire et à l’utilisation de l’encens, considéré comme un élément important pour les échanges commerciaux et culturels, le long de la « Route de la Soie ». Par ailleurs, lors d’un atelier, les participants ont pu créer leur propre sceau d’encens et le brûler, libérant ainsi un doux parfum dans la pièce.

Le 03 novembre, la Commissaire de l’expositionMme. Zhao Jing, offrait à une quarantaine de personnes, outre son atelier, sa conférence « Le Parfum enivrant du Thé », mettant en valeur les effets bénéfiques des six familles de thé chinois et nous en apprenant davantage sur l’histoire et l’évolution de ces thés des plus réputés… Et, grâce à ses instructions, les participants purent mettre la main à la pâte, en créant eux-mêmes leur mélange de thés.

D’un autre côté, le Professeur chinois, Mr Qiu Ting, a donné une conférence culturelle sur le thème des peintures de paysage,, expliquant aux participants comment les artistes pouvaient exprimer, avec leur seule encre, leurs sentiments intérieurs, tout en se montrant ainsi particulièrement poétiques sans utiliser le moindre mot.

… Ce qui nous est prouvé par l’actuel accrochage au « Centre Culturel de Chine », avec des oeuvres de Qiu Ting,  Zhao Jinhe, Zeng Jianyong, Chen Shuxia, Li Zhongguo et Li Yingjie, ce dernier – Président du « Beijing Yingjie Museum of Dtone Art » et Directeur du magazine « Design » et Professeur d’Art -, nous propose deux oeuvres sur roches, un étonant travail géologique et artistique d’exploration de la nature, qu’il désigne comme illustrant « la beauté écologique, que l’on trouve entre ciel et terre…

Regrettant que, dans la société contemporaine, ce mode de vie semble s’éloigner de plus en plus, rendez-vous donc, jusqu’au 29 novembre, au « Centre Culturel de Chine », afin d’aquérir une meilleure connaissance du raffinement de l’art de vivre traditionnel chinois, incluant le parfum de l’encens, le goût du thé, les couleurs des fleurs et la conception artistique des peintures, tant appréciés par les lettrés chinois d’autrefois.

Yves Calbert.
Photos (c) Laszlo Arany.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s