« Shakespeare à la Folie », à La Louvière, jusqu’au 08 Janvier

 

(c) "Carte Culture"

(c) « Carte Culture »

Le « Centre de la Gravure et de l’Image imprimée » de La Louvière, agrandi en 2011, nous présente, jusqu’au 08 janvier 2017, trois intéressantes expositions temporaires, avec, au rez-de-chaussée, « Shakespeare à la Folie, Affiches internationales », organisée en collaboration avec le « Centre du Graphisme et de la Communication visuelle », d’Echirolles, à l’occasion du 400ème anniversaire de la mort de ce célèbre dramaturge. Au nombre de 80, les affiches nous sont proposées, regroupées en fonction des différentes pièces de théâtre (accompagnées par un court synopsis), dont il est supposé être l’auteur.

bb-la-louviere-affiche

L’affiche se doit de susciter l’imaginaire, de déranger le quotidien du passant, devant l’amener à réfléchir avant et après la représentation, son rapport avec le théâtre étant donc évident. Tous deux, partageant l’espace public, créent les conditions du débat social lorsqu’ils touchent à l’universel. Ces affiches nous disent l‘état de la société, célébrant la rencontre du temps présent et du passé.

A gauche, en entrant, la 1ère affiche exposée nous rappelle qu’à l’époque de l’écriture de la pièce qu’elle annonce, tout comme aux « Jeux Olympiques » dans l’antiquité, les femmes n’étaient pas admises sur la scène. Ainsi, les rôles féminins étaient tenus par des hommes, d’où l’idée de l’artiste, Maciej Urbaniec (Pologne/1925-2004), d’annoncer la pièce, « La Nuit des Rois », par une affiche banche (1980),  seulement décorée par deux plumes noires, aériennes, synonymes de légèreté, peintes en forme de moustaches, proches de lèvres féminines sensuelles à souhait, telles celles créées par Salvatore Dali. L’actrice féminine est donc un homme, … tout comme cette oeuvre peut évoquer une rencontre amoureuse.

"Tius Andronicus" (c) Stasys EIdrigevicius

« Tius Andronicus » (c) Stasys EIdrigevicius

A ces lèvres passionnelles suivent l’évocation de « Titus Andronicus », telle que vue, de manière sanglante, par Stasys Eidrigevicius (Lituanie/°1949/oeuvre de 1987), et Michal Batory (Pologne/°1959), cette dernière ayant été créée pour le « Théâtre National de Chaillot » (2003).

"Titus Andronicus" (c) Michal Batory

« Titus Andronicus »
(c) Michal Batory

De ce même artiste, nous retrouvons son affiche pour « Hamlet », avec un crâne couronné (2006) comme élément principal, … un crâne qui s’affiche de nombreuses fois dans cette salle, vu par différents artistes, pour illustrer les pièces de Shakespeare (1564-1616).

"Hamlet (c) Michal Batory

« Hamlet (c) Michal Batory

Pour « Macbeth », parmi onze affiches exposées, nous retrouvons une autre couronne, mais sur un visage aux yeux fermés (1985), cette fois, une création de Wiktor Sadowski (Pologne/1956).

"Macbeth" (c) Wiktor Sadowski

« Macbeth » (c) Wiktor Sadowski

Venons en, parmi 8 affiches présentant cette pièce, à « Otthello », l’Africain, et à son amour improbable entre un général de race noire, d’origine mauresque, et la fille d’un sénateur vénitien. Pour Erhard  Grüttner (Allemagne/°1938), le verbe provoque la colère, qu’on lit dans les pupilles rouges des yeux d’Othello, une déchirure étant présente au niveau de la bouche (1990), … mais il ne s’agit là qu’une des 15 visions d’artistes illustrant cet hymne à la jalousie.

"Othello" (c) Erhard Grüttner

« Othello » (c) Erhard Grüttner

Mais revenons à « Hamlet », la pièce la plus longue du dramaturge britannique, l’une d’elles nous vient même du Japon. Due à Eriko Hasumi, elle se caractérise, sobrement, par une silhouette en trait blanc sur fond noir, avec, dans le coin supérieur gauche la mention d’une des phrases les plus célèbres de l’histoire du théatre: « To be or not to be, that is the question ».

"Hamlet" (c) Eriko Hasumi

« Hamlet » (c) Eriko Hasumi

"Roméo et Juliette" (c) Lanny Sommesse

« Roméo et Juliette »
(c) Lanny Sommesse

En opposition à cette oeuvre japonaise Lanny Sommesse (Etats-Unis/°1943) nous offre un fond blanc sur lequel se détachent deux silhouettes, vues de profil, laissant apparaître un coeur surmonté d’un poignard, en papier découpé noir, l’union des corps des amants de Vérone (1994),  pour lesquels, conforme à sa scénographie habituelle, le « Centre de la Gravure et de l’Image imprimée » a prévu un espace rectangulaire, mini salle dans la grande salle, présentant 15 affiches, tantôt consacrées au couple, tantôt aux deux clans s’opposant, si bien illustrés (1985, avec deux regards amoureux au bas de formes géométriques symbolisant la puissance des familles aristocratiques de la Renaissance italienne) par Andrzej Pagowski (Pologne/°1953), lauréat à plusieurs reprises du « Key Art Award, Posters », à Los Angeles, ayant été, dès 1992, directeur de l’édition polonaise de … « Play Boy ».

"Roméo et Juliette" (c) Andrzej Pagowski

« Roméo et Juliette » (c) Andrzej Pagowski

… Mais puisque nous venons d’évoquer l’un des nombreux artistes polonais sélectionnés pour cette intéressante exposition, quittons les amours tragiques de « Roméo et Juliette », pour signaler que les travaux des affichistes de ce pays étaient tolérés par le régime communiste, qui laissaient libre cours à leur imaginaire et donnaient aux opposants au régime la possibilité de s’exprimer par affiches interposées. La double lecture de l’affiche nous ramenait au jeu du chat et de la souris, entre censeurs et affichistes, soulignant son importance politique.

… Et à ceux qui ne connaissent pas suffisamment Shakespeare, nous terminons par le prologue du catalogue, rédigé par Diego Zaccaria, espérant qu’il donne à chacun l’envie de découvrir ces superbes affiches: « Shakespeare ne conte pas seulement une histoire. Ses comédies sont celles de la vie; ses grandes tragédies, de pouvoir et de passions entremêlés, touchent à l’universel; ses drames historiques conjuguent l’Histoire des puissants et celle des valets, et participent au récit de la nation anglaise. Les grands mythes théâtraux fondent notre mémoire collective. Ils nous parlent de légitimité du pouvoir, de séduction, de jalousie, d’amours incestueuses ou impossibles. Shakespeare c’est tout cela », … ce qui est fort bien démontré par la puissance de l’affiche, à La Louvière, jusqu’à la fin des vacances de Noël.

A noter encore cette phrase attribuée à William Sakespeare, figurant sur le frontispice du « Théâtre du Globe », à Londres« Le monde entier est un théâtre, et tous, hommes et femmes n’en sont que les acteurs ».

centre-gravure-25-ans

Par ailleurs, lancé en 1989, pour encourager les jeunes créateurs (de 25 à 45 ans) de la « Fédération Wallonie-Bruxelles » (résidents en Communauté française depuis minimum un an), le « Prix de la Gravure et de l’Image imprimée » fête ses 24 éditions précédentes en réservant un étage aux 25  lauréats (il y en avait 2 en 2003), de Kiki Crêvecoeur, en 1989, à Kevin Britte, en 2015.

Comme l’écrit Pierre-Jean Foulon, Président du Jury international: en 2004 et de 2006 à 2016: « Au cours des 25 années, les choix effectués par les jurys successifs se sont révélés particulièrement judicieux: tous les lauréats de ce Prix ont continué, avec succès, leur parcours au sein du monde de l’art contemporain, que ce soit en tant que graveur, bien sûr, mais aussi comme galeriste, éditeur, décorateur, graphiste, professeur, peintre ou, même, sculpteur, certains d’entre eux jouissant, déjà maintenant, d’une réputation dépassant nos frontières ». A noter qu’en 25 ans, 4 personnes, seulement, ont assuré la Présidence du Jury international, 12 Ministres de la Culture s’étant succédés pour octroyer ce « Prix ».

… Et, bien sûr, un autre étage est consacré à la 25ème édition du « Prix de la Gravure et de l’Image imprimée », les jeunes artistes exposés démontrant la richesse de l’expression graphique actuelle au sein de la « Fédération Wallonie-Bruxelles », le « Prix » revenant, cette année, à Guillaume Boutrolle,  une  mention étant décernée à Valentin Capony, 39 artistes ayant été retenus parmi 69 inscrits.

Ouverture des expositions: du mardi au dimanche, de 10 à 18h. Prix d’entrée: 7€ (5€ pour les enseignants & seniors / 4€ pour les Louviérois / 3€ pour les étudiants, demandeurs d’emplois et PMR / 0€ le mercredi après-midi pour les familles avec enfants / « Article 27 » acceptés).

Catalogue de « Shakespeare à la Folie, Affiches internationales » (Diego Zaccaria, Docteur en Histoire/Direction artistiqueAzadeh Yousefi/Conception graphique: Noémie Court-Picon/Ed. du Limonaire/160 p./13cm50 x 19 cm/incluant les synopsis de 20 comédies et tragédies): 20€.

Catalogue de « Que sont-ils devenus? – 25 Ans du Prix de la Gravure et de l’Image imprimée » (60 p./15 x 21 cm): 10€

centre-gravure-affiche-rouge

Du mardi 27 au jeudi 29, de 14 à 17h. activité familiale basée sur les masques tragi-comiques. Prix par après-midi et par famille ou groupe d’ami(e)s: 30€ (entrées aux 3 expositions incluses, quelque soit le nombre de personnes). Avec nos animateursOcéane Vallot et Rostislav Pospíšil, vous vous inspirerez de l’univers de William Shakespeare  afin de créer vos masques… Comme l’écrivent les responsables du « Centre »: n’hésitez pas à « emmenez tonton, tata, papy, mémère, la grande sœur, le petit neveu, …, et découvrez les bonheurs qu’offre l’estampe ». Réservation souhaitée  auprès de leur service éducatif: edu@centredelagravure.be ou 064/27.87.21.

Yves Calbert.

 

 

 

 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s