Echos du « FIFF »

fiff-16-logo

« FIFFcampus »:

Dès 09h.45, ce vendredi 30 septembre, le film « Les Chevaliers blancs » (JoachimLafosse/ Bel.-Fra./ 2015/112’/avec Vincent Lindon/« Coquille  d’Argent du meilleur réalisateur » au « Festival International du Film de St.-Sébastien ») était présenté à de très nombreux étudiants du secondaire, dans le cadre du « FIFFcampus ».

"Les Chevaliers blancs" (c) "Versus Production"

« Les Chevaliers blancs » (c) « Versus Production »

A l’ « Eldo » 1, pendant près de 2 heures, pas un murmure, ni « pop corns », chips ou autres, ce qui démontre l’intérêt suscité chez ces jeunes par un sujet des plus sérieux, librement inspiré du roman « Sarkozy dans l’Avion? Les Zozos de la Françafrique », faisant suite, lui-même, à des faits bien réels, reprochés à des membres de l’ « ONG » « L’Arche de Zoé », qui, ayant fondé un orphelinat au Tchad, avaient tenté d’exfiltrer des enfants tchadiens en vue de les faire adopter par des familles françaises!

Etudiants du "FIFFcampus" au travail (c) "FIFF"

Etudiants du « FIFFcampus » au travail (c) « FIFF »

… Mais ce film présenté aux étudiants ne s’arrêtait pas à sa simple projection, son exploitation, dans l’après-midi, amenant un débat, un échange de vues, encadré par un animateur, afin d’amplifier la réflexion sur  un sujet humain qui fit l’actualité, il y a quelques années! Le but éducatif du « FIFFcampus » est ainsi parfaitement rencontré, en n’oubliant pas que, pour les jeunes, aller au cinéma, c’est avant tout l’occasion de se distraire entre copains et copines, sachant que les séries télévisuelles américaines qu’ils regardent chez eux n’amènent pas, non plus, cette seine réflexion sur un sujet des plus sérieux! Sans cette initiative du « FIFFcampus », bien acceptée par leur institution scolaire, la plupart d’entre eux n’aurait, sans doute, jamais pris l’initiative d’aller voir un tel film!

Rejoignons donc Sophie Verhoest, responsable du « FIFFcampus », dans ses propos: « A l’ère de l’omniprésence de l’image, de l’uniformisation des pensées et d’une montée des extrémismes de tout poil, il nous parait fondamental d’éduquer les jeunes par le biais du cinéma, de leur apporter des éléments de réflexion et de les inciter à développer un esprit critique. Le cinéma est là pour divertir mais pas uniquement. Le cinéma doit aussi faire réfléchir, agir, réagir »

Appel aux Sponsors:

… Hors cet intéressant projet pédagogique – bien exploité par les écoles namuroises, même pour les plus petits, dès 3 ans, avec des films et animations adaptées à leur âge – pourrait ne plus exister d’ici quelques années, faute d’argent, l’existence même du « FIFF » étant menacée, « L’Avenir » ayant, par ailleurs, consacré 2 pages de son quotidien sur ce sujet.

Hors, que faire lorsque d’un coup, 2 sponsors renoncent à leur appui, que l’organisation du « FIFF » se voit ainsi privée d’un apport de  plus de 80.000€…  Dès lors, comment envisager l’avenir si aucun nouveau sponsor ne se manifeste??? …

Lançons donc un vibrant appel auprès des sociétés privées, afin que le « FIFF » puisse continuer à attirer à la fois un nombreux public, mais également le monde professionnel du cinéma francophone, pour qui Namur est devenu, au fil du temps, un rendez-vous incontournable, … sans oublier ces étudiants, de 3 à 25 ans, pour qui  léducation par le cinéma a prit toute son importance, et ce grâce aux films retenus à leur attention et à l’équipe pédagogique du « FIFFcampus » les amenant à réfléchir davantage sur les sujets exposés! …

… Et interrogeons-nous, aussi, sur la place encore réservée à la Culture par la Ministre fédérale de la Politique scientifique »Elke Seurs, membre de la « NVA », un parti qui, s’intéressant fort peu à la Culture, s’intéresse davantage à une éventuelle future sission de notre pays. Hors, afin d’éviter que des jeunes puissent se radicaliser, il est indispensable de veiller à leur éducation par la Culture, ce que fait si bien le « FIFFcampus »! … Dans ce but, en remerciant à l’avance tout nouveau sponsor, souhaitons que le « FIFF » connaisse encore de fort nombreuses éditions! …

« Le Ciel attendra »:

"Le Ciel attendra" (c) "You Tube"

« Le Ciel attendra » (c) « You Tube »

… Tout à fait en écho au paragraphe précédent, ne manquez pas d’assister à la projection du film « Le Ciel attendra »(Marie-Castille Mention Schaar/Fra./2016/104’/avec Sandrine Bonnaire & Clotilde Courau), où toute l’angoisse de parents éclate face à la détermination de leurs filles, correspondant chacune, via internet, avec leur « prince » respectif, qui les enjoint à s’envoler au plus tôt pour la Syrie. Certes, il s’agit ici d’une fiction, … mais, fort malheureusement, si proche d’une bien triste réalité actuelle du danger de la radicalisation de jeunes, tant en France qu’en Belgique. A voir, ce lundi 3, à 09h.30, au « Caméo » 1 ou, en décentralisation, à Liège, au « Sauvenière », ce dimanche 2, à 20h.

"Le Ciel attendra" (c) "La Libre"

« Le Ciel attendra » (c) « La Libre »

Décentralisation:

Dans ce même « Sauvenière », à Liège, 2 autres films du 31ème « FIFF » seront projetés: « Heidi » (Mohamed Ben Attia/Tunisie-Bel./2016/90’/« Prix du meilleur 1er film » & « Ours d’Argent du meilleure Acteur » à Majd Mastoura , au « Festival de Berlin » 2016), ce mardi 4, à 20h., et « Une Vie » (Stéphane Brizé/Fra.-Bel./2016/119’/ »Prix Fipresci » au « Festival International du Film de Venise » 2016), ce mercredi 5, à 20h. Quant au film « Mal de Pierre » (Nicole Garcia/Fra./2016/120’/présenté au « Festival de Cannes »), il sera à l’affiche du « Palais des Beaux-Arts » (« Bozar »), ce lundi 3, à 20h.

fiff-16-mal-de-pierre

Coup de Coeur:

… Mais revenons à Namur, à 14h., au « Caméo » 4, ce dimanche 2, pour rencontrer Sergi Lopez, « Coup de Coeur » de ce 31ème « FIFF », en compagnie d’Hughes Dayez (« RTBF »). Présent cette année, au « FIFF », dans la distribution de 2 films présentés en compétition officielle: « En Amont du Fleuve » (Marion Hansel/Bel.-P.B.-Croatie/2016/93’/avec Olivier Gourmet) et « Orpheline » (Arnaud des Pallières/ Fra./ 2016/111’/avec Adèle Exarchopoulos & Adèle Haenel), il était déjà présent à Namur pour défendre « Une Liaison pornographique » (Frédéric Fonteyne, réalisateur belge/avec Nathalie Baye), en 1999, « La Maison » (Manuel Poirier, réalisateur français), en 2008, et « La Régate » (Bernard Bellefroid, réalisateur namurois/2009/« Magritte du meilleur Espoir Masculin » 2011, à Joffrey Verbruggen). Notons enfin que ce brillant acteur espagnol a été le 1er acteur étranger à décrocher  le « César du meilleur Acteur » pour son interprétation, en 2001, dans « Harry, un Ami qui vous veut du Bien »(Dominik Moll/« César du Meilleur Réalisateur »).

"En Amont du Fleuve" (c) "Cinergie"

« En Amont du Fleuve » (c) « Cinergie »

Courts-Métrages:

Habitués, ces dernières années, à nous rendre à la « Maison du Court », pour assister aux projections des courts-métrages, la « Maison de la Culture de la Province de Namur » étant fermée, pour cause de rénovation, c’est à l’ « Eldo » 2 que la compétition nationale sera présentée, en 4 séances, à 11h.15, 13h.45, 16h. et 18h.30, ce dimanche 2, avant, dans cette même salle, à 21h.15, une soirée « Bruxelles débarque à Namur », présentant 2 films belges réalisés par Jean Harlez, 1 court-métrage: « Les Gens du Quartier » (1955) et un long: « Le Chantier des Gosses » (76′), qui, tourné dans les Marolles avant l’ « Exposition universelle » de 1958, dût attendre l’obtention de moyens financiers indispensable à sa sonorisation, ne sortant en salles qu’en 1977. Selon notre collègue C. Biourge, il s’agit d’ « un petit bijou du cinéma belge ».

fiff-2016-le-chantier-des-gosses

Conditions d’Accès:

Prix d’un « FIFFPass » quotidien: 8€ (1€25 pour les « Article 27 »). « FIFFPass » hebdomadaire: 30€ (25€ pour les étudiants, demandeurs d’emploi et seniors. A noter, la gratuité, de 15 à 20h., pour les jeunes de 15 à 20 ans, sur présentation d’un bracelet, à retirer au stand « Solidaris », sous le chapiteau. Un programme gratuit est disponible sous le chapiteau et aux entrées de l' »Acinapolis », du « Caméo » et de l’ « Eldorado ». Le catalogue, de 280 pages – avec les synopsis de tous les films programmés et bien d’autres enseignements – est vendu, au bureau d’accueil du Festival, au prix de 2€.

Yves Calbert.

 

 

 

 

 

 

.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s