8ème « Millenium International Film Festival », jusqu’au 27 Mars

Comme à l’occasion de ses 7 précédentes éditions, le 8ème « Millenium International Documentary Film Festival » nous présente, jusqu’au dimanche 26 mars, avec une caméra proche des gens, les grands enjeux de notre époque, nous permettant de mieux les comprendre, avec des films en quête de sens, incitant à la réflexion, essentiels à la construction d’une meilleure vie future souhaitée.

"Life is Sacred" (c)"Bozar.be"

« Life is Sacred » (c) »Bozar.be »

Ayant connu sa Soirée d’Ouverture dans la Salle « M » de « Bozar », ce vendredi 19, avec, après de nombreux discours, la projection du film « Life is Sacred », (Andreas Dalsgaard/Dan./2015/103′), qui nous plonge au coeur de la réalité politique colombienne actuelle, le réalisateur ayant suivi, pendant 5 ans, la jeunesse colombienne en quête de profonds changements dans leur société ravagée par la corruption et la violence… Et, preuve d’actualité de ce document, une photo publiée ce même vendredi 19, en page 13 de « L’Avenir », que l’on croirait extraite du film, illustrant un article titré: « Le chaos s’installe dans le pays », les manifestants souhaitant la destitution de la Présidente! …

En course pour l’obtention de l’ « Objectif d’Or », dénomination du Grand-Prix du Festival, 13 films, dont celui qui ouvrait, devant une salle comble, l’édition 2016 du « Millenium International Documentary Film Festival ». Voici les 12 autres films retenus, qui, pour la plupart, sont projetés à deux reprises, au « Cinéma Aventures » ou au « Cinéma Galeries »:

  • « Above and Below » (Nicolas Steiner/Suisse/2015/118’/5 Américains vivant en dehors du monde moderne);
  • « A Family Affair » (Tom Fassaert/P.-B./2015/116’/le réalisateur retrouve sa grand-mère en Afrique du Sud));
  • « A Haunting History » (Ilse & Femke van Velzemse/P.-B./2015/69’/difficultés de vivre au Sud-Soudan);
  • « Ghostland » (Simon Stadler & Catenia Lermer/All./2015/88’/membres d’une tribu namibienne découvrant l’Europe);
  • « Homme Less » (Thomas Winthensohn/Aut./2014/83’/ancien mannequin dormant à la belle étoile);
  • « Lampedusa in Winter » (Jakob Brossmann/Aut.-Ita.-Sui./2015/93’/conflits propres aux habitants face aux migrants);
  • « Llevate Mis Amores » (Arturo Gonzales Villasenor/Mex./2014/84’/nourriture fournie aux migrants mexicains);
  • « Look Love » (Yun Ye/Chine/2015/148’/éducation d’enfants de la campagne et de la ville en familles monoparentales);
  • « On her Own » (Morgan Schmidt-Feng/USA/2015/80’/conséquences de l’économie moderne sur le monde rural);
  • « Reveka » (Benjamin Colaux & Christopher Yates/Bel./2015/76’/dans une mine d’argent bolivienne);
  • « Salto Mortale » (Borislav Kolev/Bul./80’/2015/dopage d’un sportif bulgare à Séoul, aux J.O. de Séoul);
  • « The Queen of Silence » (Agnieszka Zwiefka/Pol.-All./2014/80’/l’importance de la danse pour une Rom muette).
"Look Love" (c) "Yeyun Studio"

« Look Love » (c) « Yeyun Studio »

 

La tâche ardue de départager ces 13 documentaires revient un jury de 3 personnes: Zlatina Rousseva, directrice artistique du Festival, Nicolas Bole, rédacteur en chef de plusieurs médias documentaires, et Matthieu Lietaert, auteur, ainsi que réalisateur d’un projet « cross-media » (« RTBF » – « ARTE »).

Le festival ne se limitant pas à ces 13 films, bien loin de là, 4 autres jurys sont constitués pour les compétitions « Vision Jeune » et « Travailleurs du Monde », ce dernier jury étant constitué d’ingénieurs, travailleurs et chômeurs de la « CSC »), sans oublier celui chargé d’attribuer le « Prix de la Trois », ce dernier lauréat voyant son film diffusé dans le cadre de la « Collection Millenium », sur la « RTBF ». Quant à l’ultime jury, il se compose nous tous, les spectateurs, chargés d’octroyer le « Prix du Public », celui-ci étant projeté dans la Salle 1 du « Cinéma Galeries », le dimanche 27, à 14h.

Cette projection sera suivie, dans la même salle, à 16h., de celle du film ayant reçu l’ « Objectif de Bronze » (meilleur film sur le « Développement durable »), à 18h., pour l’ « Objectif d’Argent » (meilleur film sur les « Droits de l’Homme ») et à 20h., pour l’ « Objectif d’Or » (« Grand-Prix du Festival »). A noter que ce dernier film aura déjà été projeté le samedi 26, après la remise des 6 prix, incluant le « Prix spécial du Jury », récompensant le film le plus original et innovant, cette « Soirée de Clôture » débutant à 20h.

Si un seul film belge, « Reveka », figure au sein des participants à la compétition internationale, notons qu’une journée du « Cinéma belge » était à l’affiche de ce dernier samedi 19, dès 10h.30, au « CIVA », à Ixelles, avec un atelier sur les stratégies à adopter pour réaliser un documentaire dans les meilleures conditions possibles, précédant une rencontre entre nos jeunes réalisateurs et les acteurs de l’audiovisuel soutenant ou finançant les projets au sein de la « Fédération Wallonie-Bruxelles », elle-même suivie de la projection de 4 courts métrages documentaires belges.

"A Syrian Love Story" (c) "Screendally.com"

« A Syrian Love Story »(c) « Screendally.com »

Par ailleurs, à « Bozar », une « master class » est offerte, en anglais, le samedi 26, à 18h.30, par le réalisateur britannique Sean McAllister, avant la projection, à 20h., de son film « A Syrian Love Story » (UK/2015/79′), relatant une odyssée de 5 ans de deux personnes s’étant rencontrées dans une prison syrienne, en quête d’une liberté politique et spirituelle. Soulignons qu’un autre de ses documentaires, « The Liberace of Bagdad » (UK/2004/74′) sera projeté, également en sa présence, le samedi 26, à 16h.30, au « Cinéma Galeries ».

Dans la section « Travailleurs du Monde », nous pouvons vivre: la vie, dans les forêts colombiennes, de la communauté Tamaquito, menacée de délocalisation (« La Buena Vida »/Jens Schanze/All.-Sui./2015/94′), la phase pilote, en Inde, d’un déplacement de 500 millions de personnes (« Jungle Sisters »/Chloe Ruthven/UK-Inde/2015/80′), l’occupation, à Thessalonique, d’une usine grecque lors de sa fermeture, par 70 employés qui continuent à la faire fonctionner (« Next Stop: Utopia »/Apostolos Karakasis/Grè./2015/91′), l’ingéniosité et la créativité de l’économie africaine  (« Tiroirs-Caisses, Tontines et Solidarité »/Gilbert Kelner/Fra./2015/56′), les visions écologiques qui pourraient définitivement changer la vie des habitants des îles Féroé (« The Archipelago »/Benjamin Huguet/UK/2015/41′), …

Une autre section, « Panorama connaître l’Autre », programme, entre autres: « No Land’s Song » (Ayat Najafi/Fra.-All./2014 /91’/en Iran, des femmes défient la censure de ne pouvoir chanter en public), « Hija de la Laguna » (Ernesto Cabellos Damian/Pérou/2015/87’/dans les Andes, au sujet de la destruction d’un lac situé sur une importante réserve d’or), « Guru, une Famille Hijra »/Laurie Colson & Axelle le Dauphin/Bel./2016/75’/en Inde, au sein d’une communauté transgenre), « Les derniers Nomades » (Hamdi Ben Ahmed/Tun./2015/54’/dans le désert tunisien, de la cuisson de la galette à la musique traditionnelle, avec les Rebayaa), « The Hospice »/Chang-Jae Lee/Corée du Sud/2014/95’/où le sujet de la mort imminente est abordé avec douceur), sans oublier « The Land of many Palaces » (Song Ting/Chine-UK/2014/60’/à Ordos, où une ville étant construite en 2 ans, en plein champs, des centaines de fermiers sont relogés par le Gouvernement chinois dans des appartements, où l’on doit leur apprendre comment allumer une gazinière, faire fonctionner la chasse d’eau d’une toilette moderne ou une douche, ce nouveau confort imposé ne les empêchant pas de regretter leur mode de vie antérieur).

Song Ting, réalisatrice, et Adam Smith, producteur, pour "The Land of Many Palaces"

Song Ting, réalisatrice, et Adam Smith, producteur, pour « The Land of Many Palaces »

Citons encore, dans d’autres sections: « Cartel Land » (Matthew Heineman/Mex.-USA/2015/98’/un documentaire nommé aux « Oscars », en relation avec les cartels de la drogue), « Among the Believers » (Hemal Trivedi & Mohammed Ali Naqvi/ USA /2015/84’/sur une école islamique radicale, au Pakistan) et « La Chambre vide » (Jasna Krajinovic/Bel./2016/58’/plus près de nous, de Bruxelles, Sabri, 19 ans, est parti « faire le djihad » en Syrie, 3 mois avant que ses parents n’apprennent son décès).

Mais surtout, n’oublions pas que le « Millenium International Documentary Film Festival » n’est pas qu’un lieu de projection, tous les films étant sous titrés en français et en anglais, mais avant tout un espace de rencontres avec de nombreux réalisateurs issus de différents pays et ce dans une ambiance simple et détendue.

Laissons la conclusion de cet article aux organisateurs: « Parce que l’information ne suffit plus, le cinéma documentaire n’a jamais été plus indispensable à l’appréhension de notre époque. Pour ressentir, pour connaitre et pour comprendre, nous avons besoin de films documentaires: ils amènent chaque spectateur à réfléchir à son rapport au monde, mais aussi nous parlent des grands enjeux de ce 21ème siècle, de par leur complexité et leur richesse. Depuis 2009, le « Festival International du Film Documentaire Millenium » est un lieu de découvertes cinématographiques, un lieu de rencontres et de dialogue ».

Prix par séance: 6€ (étudiants & seniors: 4€). Pass de 10 séances: 40€. Programmes gratuits à l’accueil des différentes salles. Ce même programme, avec les horaires, lieux de projections et synopsis des films étant disponible sur le site: http://www.festivalmillenium.com.

Yves Calbert.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s