Palmarès des 6èmes « Magritte du Cinéma »

En présence du Prince Laurent, de plusieurs Ministres et de très nombreux acteurs et réalisateurs, les 22 « Magritte du Cinéma » (21 étant décernés sur la base des votes des membres de l’ « Académie André Delvaux ») ont été remis au « Square », le 06 février, lors de la 6ème Cérémonie, présidée par Marie Gillain (qui ne manqua pas de rendre hommage à Chantal Ackerman, décédée en octobre dernier, regrettant que le Cinéma belge ne soit pas davantage présent en France, où elle réside), la soirée étant présentée par Charlie Dupont et  organisée par cette même  Académie.
Magritte 2016 2
Saluons trois grands vainqueurs pour cet événement dédié au Cinéma belge francophone, … mais pas seulement … D’abord , deux films récompensés par 4 « Magritte du Cinéma » et ensuite, … nos amis néerlandophones, grâce aux « Magritte de la Meilleure Actrice », attribué à Veerle Baetens, et du « Meilleur Acteur », remis à Wim Willaert, tous deux étant originaires du nord du pays, … un surréalisme à la belge que René Magritte (1898-1967) aurait assurément apprécié, d’autant lors d’une Cérémonie portant son propre nom…
N’oublions pas, néanmoins, qu’ils sont bien des interprètes de films soutenus par la « Fédération Wallonie-Bruxelles », ceci expliquant cela…, à savoir: « Un Début prometteur » (Emma Luchini/Fra./2015/90′), pour Valérie Baetens, et « Je suis mort, mais j’ai des Amis » (Guillaume et Stéphane Malandrin/Bel.-Fra./2015/96′), pour Wim Willaert, les co-réalisateurs étant deux frères belges francophones qui commencent à se faire connaître à l’étranger, à l’image des Dardenne, grands vainqueurs de l’édition 2015, avec 3 « Magritte du Cinéma », pour « Deux Jours, une Nuit » (Bel.-Fra.-Ita./2014/95′).
… Mais venons en maintenant au grand vainqueur 2016, « Le tout nouveau Testament » (Bel.-Fra.-Lux./2015/113′), repartant avec 4 « Magritte », dont les 2 principaux, ceux du « Meilleur Film » et du « Meilleur Réalisateur », pour Jaco Van Dormael, ainsi que ceux de la « Meilleure Musique originale », pour Ann Pierlé, qui déplore qu’à Cannes sur 100 films, il n’y avait que 4 femmes compositrices, et du « Meilleur Scénario original ou Adaptation », pour Thomas Gunzig et Jaco Van Dormael, ce dernier ayant déjà obtenu ce même « Magritte », en 2011, pour son film « Mr. Nobody » (Bel.-Fra.-All.-Can./2009/141′). Mais, à cette époque, en panne d’idées, il déprimait dans sa solitude. « Ici, au moins, étant deux, on peut ne pas avoir d’idées mais au moins on passe une bonne journée parce qu’on n’est pas tout seul », dit-il, s’adressant à un public conquis.
6 "Magritte" pour 3 Films (Wim Willaert, Veerle Baetens & Jaco Van Dormael) (c) "Académie André Delvaux"

6 « Magritte » pour 3 Films (Wim Willaert, Veerle Baetens & Jaco Van Dormael) (c) « Académie
André Delvaux »

Autre grand lauréat, également honoré de 4 « Magritte »: « Alleluia » ( Fabrice Du Welz/Bel.-Fra./2014/95′), lauréat de ceux des « Meilleurs Décors », pour Emmanuel de Meulemeester, de la « Meilleure Image », pour Manu Dacosse, qui récidive, puisque déjà lauréat de ce même « Magritte », en 2015, pour « L’étrange Couleur des Larmes de ton Corps » (Hélène Cattet et Bruno Forzani/Bel.-Fra.-Lux./2014/102′), du « Meilleur Montage », pour Anne-Laure Guégan, qui tient à souligner, avec modestie, qu’être monteuse ce n’est que sculpter de la matière faite par d’autres, et du « Meilleur Son », pour Emmanuel de BoissieuFred Meert et Ludovic Van Pachterbeke, autres récidivants, puisqu’ils avaient déjà remporté ce même « Magritte », en 2014, pour « Ernest et Célestine » (Stéphane Aubier, Vincent Patar et Benjamin Renner/Bel.-Fra.-Lux./2012/80′).
Pour « Tous les Chats sont gris » (Bel./2015/84′), 2 « Magritte » sont décernés, ceux du « Meilleur premier Film », pour Savina Dellicour, et de « Meilleure Actrice dans un second Rôle », pour Anne Coesens. Quant au « Magritte du Meilleur Acteur dans un second Rôle », il est attribué à Laurent Capelluto, dans « L’Enquête » (Vincent Garenq/Bel.-Fra.-Lux./2015/106′), les « Magritte des Meilleurs Espoirs féminin et masculin » étant respectivement décernés à Lucie Debay, dans « Melody » (Bernard Bellefroid/Bel./2014/90′) et  à Benjamin Ramon, dans « Etre » (Fara Sene/Fra./2015/84′).
Un 3ème « Magritte » est offert à un Néerlandophone, ce qui était prévu dès le départ, puisqu’il s’agit du « Magritte du meilleur Film flamand », pour « D’Ardennen » (Bel./2015/93′), de Robin Pront, ce « Magritte » prouvant qu’en matière de Culture, Néerlandophones et Francophones peuvent cohabiter, comme le fait le « FIFF » (« Festival International du Film Francophone »), à Namur, qui, à l’occasion de sa 30ème édition, en 2015, ouvrait son « Focus Cinéma belge flamand » à 4 longs métrages flamands, sans oublier la belle initiative du « Théâtre national de la Communauté française » qui, cette année, propose une programmation jumelée à celle du « KVS » (« Koninklijke Vlaamse Schouwburg » ou « Théâtre royal flamand »). A noter que « D’Ardennen » devrait faire l’objet d’un « remake » aux Etats-Unis, ce qui tente à prouver que la qualité du cinéma flamand est, désormais, reconnue Outre-Atlantique.
De retour aux « Magritte du Cinéma », notons encore ceux:
du « Meilleur Film étranger en Coproduction », pour « La Famille Bélier » (Eric Lartigau/Fra./2014/105′), un film qui permit à Louane Emera de décrocher, en 2015, les « César » et « Prix Lumière » de « Meilleur Espoir féminin »;
du « Meilleur Documentaire », pour « L’Homme qui répare les Femmes » ( Colette Braeckman et Thierry Michel/Bel./2015/115′), enfin autorisé à être projeté en République Démocratique du Congo, ayant reçu le Prix Humanum, décerné par l’ « Union de la Presse cinématographique belge »;
des « Meilleurs Costumes », pour Pascaline Chavanne, dans « La Dame dans l’Auto, avec des Lunettes et un Fusil » (Joann Sfar/Fra./2015/93′);
du « Meilleur Court Métrage de Fiction », pour « L’Ours Noir » ( Méryl Fortunat-Rossi et Xavier Seron/Bel.-Fra./2015/15’20 »), les co-réalisateurs, au passage, remerciant « les Belges qui acceptent que l’on fasse des films avec des ours qui décapitent des touristes » (sic)!
… Et si l’an dernier, nous écrivions: « A quand un « Magritte du Meilleur Film d’Animation » »?, cette année l’ « Académie André Delvaux » a décidé d’octroyer, pour la 1ère fois, un 22ème « Magritte », celui du « Meilleur Court Métrage d’Animation ». Et l’heureux vainqueur, déjà lauréat, en 2015, à « Anima », du « Grand-Prix du Meilleur Court Métrage de la « Fédération Wallonie-Bruxelles », est: « Dernière Porte au Sud » (Bel.-Fra./2015/14’30 »), de Sacha Feiner, qui s’inspira d’une bande dessinée de David Forstent. Et, cerise sur le gâteau, ce sont Stéphane Aubier et Vincent Patar, qui remettent ce nouveau « Magritte », le rebaptisant « Magritte du Bricolage ». Déjà 5 fois « magrittisés », 3 x en 2014, pour  leur film « Ernest et Célestine » (cfr. plus haut) et 2 fois en 2011 (« Meilleur Son » et « Meilleurs Décors »), pour « Panique au Village » (Bel.-Fra.-Lux./2009/76′), nos 2 réalisateurs furent récompensés de nombreuses autre autres fois, pour leurs courts métrages, entre autres: au « Média 10/10 », à Namur, pour « Pic Pic André, the First » (Bel./1995/7’30 ») et « Pic Pic André, the Second » (Bel./1997/11’30 »), à « Anima », en 2014, avec le « Prix de la SABAM », pour « La Bûche de Noël » (Bel./2013/26′).
Vincent Lindon (c) fr.wikipédia

Vincent Lindon
(c) fr.wikipédia

Retour en 2016, pour le « Magritte d’Honneur », attribué par le C.A. de l’ « Académie André Delvaux », succédant à Pierre Richard, en 2015, il a été remis par Charlie Herscovici, président de la « Fondation Magritte », au dernier lauréat du Prix d’Interprétation du Festival de Cannes, dans « La Loi du Marché » (Stéphane Brizé/ Fra./2015/93′), un certain Vincent Lindon, qui, particulièrement ému, nous dit tout son amour de notre plat pays: « Je suis dingue de vous, les Belges, … et sans cette image désastreuse des impôts, je viendrais travailler ici ». Dénonçant le manque de liberté d’expression, voire même la censure de certains films dans leur propre pays, il ajoute: « On veut nous mettre un préservatif géant sur le cerveau »! …
Notons que plusieurs acteurs, tels Lucie Debay et Benjamin Ramon, profitant du micro qui leur était tendu et de la présence de Joëlle Milquet, Ministre régionale de la Culture, et de Didier Reynders, Vice-Premier Ministre, en charge des Insititutions culturelles fédérales, ne manquèrent pas d’évoquer  la difficulté qui est la leur d’obtenir le statut d’artiste, même si l’on est reconnu dans la profession, notamment par l’attribution de l’un ou l’autre « Magritte ». Puissent nos Ministres avoir prêté une écoute attentive à leurs propos.
Et si un Parisien, des Néerlandophones et des Francophones se succédèrent sur la scène, celle-ci accueillit, aussi, un Chti, en la personne de Danny Boon – qui vit son film « Bienvenue chez les Chtis » (Fra./2008/106′) recevoir le Prix du Public tant à Séville, qu’à Hambourg et au « City of Lights, City of Angels » ….
d’Hollywood – il nous régale d’un sujet d’actualité: la simplification, discutable, de l’orthographe de la langue française.
Quant à Charlie Dupont, accompagné par une fanfare, il étale toute sa « belgitude », n’hésitant pas à entraîner le nombreux public dans un vibrent « Tata Yoyo », en hommage à l’inusable Annie Cordy, qui, cette année encore, figurait parmi les nominés pour le « Magritte de la Meilleure Actrice ». Quelle ambiance!
… Mais peut-être sa présentation fut-elle un peu longue, avec des moments parfois peu convaincants! … Autre regret, sans doute, celui de voir Yolande Moreau et Bouli Lanners repartir les mains vides, Benoît Poelvoorde n’ayant même pas figuré parmi les nominés au titre « Meilleur Acteur » lui qui n’était autre que Dieu, lui-même, dans « Le tout nouveau Testament », le film, nominé pour le « César du meilleur Film étranger », étant reparti, cette année, avec 4 « Magritte ». 
Rendez-vous en février 2017, pour la 7ème Cérémonie qui récompensera ce que le Cinéma belge francophone aura produit de meilleur durant cette année.
Yves Calbert.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

.

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s