6èmes « Magritte du Cinéma » #cinema #bruxelles #culture

« Dérisoire… et essentiel! A l’heure où j’écris ces lignes, des attentats endeuillent la France, l’Europe, le monde. Bruxelles vient de vivre une semaine sous la menace terroriste, des écoles, des universités, des cinémas fermés, des concerts annulés, des militaires dans les rues. Des images que notre génération n’a jamais connues… A l ‘heure où j’écris ces lignes, deux images me viennent en tête. La première, ce sont les visages de ces gens heureux de se retrouver dans une salle de cinéma après quatre jours de fermeture qui leur ont paru une éternité, heureux de retrouver ensemble le sens de la dérision, du rire, du partage d’émotions. La deuxième, c’est cette scène du film « Timbuktu » (lauréat, entre autres, en 2014, de 2 prix à Cannes & de 3 prix, dont 2 « Bayards d’Or », au « FIFF », à Namur, et en 2015, de 7 « Césars », de 2 « Prix Lumière » et du « Globe de Cristal du Milleur Film », ndlr), d’Abderramahne Sissako, où des jeunes d’une ville qui vit sous l’emprise des djihadistes, et où la culture et le sport sont interdits, dépassent grâce, à la force de leur imagination, le carcan des interdits en jouant au football sans ballon ».

 

… « C’est une évidence : la première réponse à la barbarie et à ces obscurantismes qui sapent les fondements de notre vivre ensemble, ce sont l’intelligence, l’esprit critique, le savoir, la culture en ce qu’elle promeut l’imagination et la mise à distance par rapport au réel, en ce qu’elle montre toute la richesse de l’altérité. Et les Magritte du Cinéma dans tout cela ? C’est une affirmation d’un cinéma pluriel, une voix non formatée d’artistes de chez nous. C’est un hymne à la créativité et à la diversité, un patchwork qui nous ressemble et nous rassemble. C’est une affirmation de la richesse et de l’importance de la diversité culturelle… Restons vigilants, mais aussi curieux, ludiques et inventifs. Longue vie aux « Magritte du Cinéma »… » (Frédéric Delcor, Secrétaire général de la « Fédération Wallonie-Bruxelles »).

Cette année, c’est à Marie Gillain – présente à l’écran dès ses seize ans, en fille espiègle, dans « Mon Père, ce Héros », de Gérard Lauzier, et lauréate, en 2015, au théâtre, du « Molière de la Meilleure Comédienne », dans « La Vénus à Fourrure » – que revient l’honneur d’être la Présidente de la Cérémonie, Charlie Dupont – acteur, scénariste et réalisateur, dont la prestation aux « Magritte » 2015 avait su allier sourire, humour et impertinence, portant haut notre « Belgitude » – étant confirmé dans ses fonctions de Maître de Cérémonie.

Magritte 2016

  • Meilleur Film:                                                                                                                                                                                               « Je suis mort mais j’ai des Amis » (Guillaume et Stéphane Malandrin),                                                                                                   « Le tout nouveau Testament » (Jaco Van Dormael),                                                                                                                                   « Melody » (Bernard Bellefroid),                                                                                                                                                       « Préjudice » (Antoine Cuypers),                                                                                                                                                                   « Tous les Chats sont gris » (Savina Dellicour).
  • Meilleur 1er Film:                                                                                                                                                                                       « L’année prochaine » (Vania Leturcq),                                                                                                                                                           « Préjudice » (Antoine Cuypers),                                                                                                                                                                     « Tous les Chats sont gris » (Savina Dellicour).
  • Meilleur Film flamand:                                                                                                                                                                             « Brabançonne » (Vincent Bal),                                                                                                                                                                         « Cafard » (Jan Bultheel),                                                                                                                                                                                 « D’Ardennen » (Robin Pront),                                                                                                                                                              « Waste Land » (Pieter Van Hees).
  • Meilleur Réalisateur:                                                                                                                                                                                  Fabrice Du Welz, pour « Alleluia »,                                                                                                                                                                Jaco Van Dormael, pour « Le tout nouveau Testament »,                                                                                                                            Bernard Bellefroid, pour « Melody »,                                                                                                                                                    Savina Dellicour pour « Tous les Chats sont gris ».
  • Meilleur Film étranger en Coproduction (films non éligibles aux « Magritte du meilleur film » ou « de la meilleure coproduction » mais dans lesquels des acteurs belges tiennent des rôles importants):                                                                           « La Famille Bélier », d’Eric Lartigau,                                                                                                                                                             « Le Chant de la Mer », de Tomm Moore,                                                                                                                                                     « Marguerite », de Xavier Giannoli,                                                                                                                                                             « Ni le Ciel, ni la Terre », de Clément Cogitore.
  • Meilleur Scénario original ou Adaptation:                                                                                                                                     Fabrice Du Welz & Vincent Tavier, pour « Alleluia »,                                                                                                                   Guillaume & Stéphane Malandrin, pour « Je suis mort, mais j’ai des Amis »,                                                                                           Thomas Gunzig & Jaco Van Dormael, pour « Le tout nouveau Testament »,                                                                                             Antoine Cuypers & Antoine Wauters, pour « Préjudice ».
  • Meilleure Actrice:                                                                                                                                                                                      Veerle Baetens, dans « Un Début prometteur »,                                                                                                                                     Annie Cordy, dans « Les Souvenirs »,                                                                                                                                                             Christelle Cornil, dans « Jacques a vu »,                                                                                                                                             Yolande Moreau, dans « Le voyage en Chine ».
  • Meilleur Acteur:                                                                                                                                                                                           François Damiens, dans « La Famille Bélier »,                                                                                                                                           Bouli Lanners, dans « Tous les Chats sont gris »,                                                                                                                                           Jérémie Renier, dans « Ni le Ciel, ni la Terre »,                                                                                                                                             Wim Willaert, dans « Je suis mort, mais j’ai des Amis ».
  • Meilleur Documentaire:                                                                                                                                                                           « Bureau de Chômage » (Charlotte Grégoire et Anne Schiltz),                                                                                                                     « I don’t belong anywhere – le Cinéma de Chantal Akerman » (Marianne Lambert),                                                                             « L’homme qui répare les Femmes » (Thierry Michel),                                                                                                                             « La Nef des Fous » (Eric D’Agostino et Patrick Lemy).

Outre ces 9 « Magritte », 10 autres seront décernés, ceux des « Meilleures Actrice & Acteur dans un second Rôle », « Meilleurs Espoirs féminin & masculin », « Meilleurs Costumes », « Meilleure Image », « Meilleure Musique originale », « Meilleur Montage » et « Meilleurs Courts-Métrages d’Animation & de Fiction ». Pour l’attribution de ces derniers « Magritte », nous trouvons les films ou personnes nominés sur le site: http://www.lesmagritteducinema.com. En outre un « Magritte d’Honneur », désigné par le C.A. de l’ « Académie André Delvaux », créatrice des « Magritte », sera attribué à une personnalité du cinéma belge ou international. A ce jour, André Delvaux, Nathalie Baye, Costa-Gravas, Emir Kusturica et Pierre Richard ont déjà été célébrés.

Cette année, 87 films reconnus par la « Fédération Wallonie-Bruxelles »,  sortis en salles entre le 16 octobre 2014 et le 15 octobre 2015, étaient en compétition. Pour les « Magritte du Cinéma » 2016, cela représente 18 films majoritaires belges et 25 coproductions minoritaires, la section «films majoritaires» reprenant les longs métrages de réalisateurs belges et la section «coproduction», les films présentés par des réalisateurs étrangers. Par ailleurs, 16 courts métrages et 10 documentaires ont été retenus par les comités de sélection, l’attribution du « Magritte du Meilleur Film flamand », se disputant entre 18 films de réalisateurs flamands.

A noter encore qu’en six années d’existence des « Magritte du Cinéma », ce sont plus de 400 films, tous genres confondus (fictions, documentaires, courts métrages, coproductions et films flamands), qui ont été soumis aux regards et aux votes des quelques 800 professionnels qui animent l’ « Académie André Delvaux », qui, co-présidée par Luc Jabon et Patrick Quinet, offre un réel coup de projecteur sur un an de cinéma belge, remerciant ainsi tous ces créateurs et acteurs, tout en attirant le regard des médias et du public. De fait, selon un récent sondage, 75% des Belges francophones savent ce que sont les « Magritte du Cinéma », pouvant, dès lors, identifier le meilleur de notre cinéma.

Retrouvons-nous donc, en direct, à l’ « UGC-De Brouckère », dans une ambiance festive de circonstance, ou devant notre téléviseur, sur « Be TV (diffusion en clair), le samedi 06 février, dès 20h., la cérémonie, exclusivement sur invitation, se déroulant, pour la 6ème année consécutive, au « Square », introduite par ses mots, désormais traditionnels, qui seront prononcés par Marie Gillain: « Je déclare la 6ème Cérémonie des Magritte du Cinéma ouverte ». Et vive le Cinéma belge!

Yves Calbert.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s