« Le Fruit défendu », à Namur. #art #culture

 A la « Galerie du Beffroi », face au Beffroi de Namur, reconnu comme « Patrimoine mondial de l’UNESCO », nous pouvons découvrir, jusqu’au 29 mars, une exposition autour d’une artiste namuroise trop tôt disparue, Evelyne Axell, qui, en 2014, serait devenue octogénaire. D’elle-même, nous retrouvons une seule oeuvre accrochée aux cimaises, tout au fond de la galerie, « Le Peintre » (1970), une peinture emblématique, où elle se représente nue, tenant un pinceau à la main gauche.Pers.Photo Axell
Née Evelyne Devaux, « Evelyne Axel » (Namur/1935-Zwijnaarde/1972), décédée accidentellement à 37 ans, sera reconnue internationalement, bien après sa tragique disparition, comme l’une des principales figures belges du « pop’art », étant exposée dans des lieux phares de l’art contemporain, comme à Londres, en 2013-2014, à la « Barbican Art Gallery », où son oeuvre « Ice Cream » (1964) est reprise au sein de l’affiche officielle de l’exposition « Pop’Art Design ». Cette même « Ice Cream » fut choisie, en 2013, par un groupe musical de Broadway, « Lucius » (2 chanteuses, 2 guitaristes et 1 batteur/cfr. www.ilovelucius.com/music/), pour illustrer la pochette de leur album « Wilde Woman ».
Leur musique offre le fond sonore d’une très instructive vidéo nous permettant de mieux appréhender le parcours de cette artiste féminine hors du commun, qui, se ressentant femme-objet dans ses fonctions de speakerine ou d’actrice (1955-1962), se lança dans la peinture. Interrogée à l’écran, l’une des chanteuses de « Lucius » explique qu’ils ont choisi « Ice Cream » pour sa sensualité et ses couleurs, appréciant également l’artiste-peintre pour ses recherches de symétrie dans plusieurs de ses créations.
En nous rendant sur www.youtube.com/watch?v=u0vbXavj4Xc, voyons une sélection de ses travaux et lisons cette phrase: « peintre pop’art belge étrangement méconnue »!!! … Plus vraiment aujourd’hui, ses oeuvres (certaines  avec une utilisation de peintures fluorescentes en sous-couche, afin d’augmenter leur luminosité) sont désormais présentées aux côtés de celle d’Andy Warhol (1928-1987) et de Roy Lichtenstein (1923-1997), dans d’importants musées et galeries d’art des grandes villes américaines, asiatiques et européennes.
Surnommée l' »Amazone du Pop Art » ou encore « la Warhol au féminin », elle fut la seule stagiaire féminine de René Magritte (1898-1967), après avoir suivi les cours de l' »Ecole des Beaux-Arts » de Namur et du « Conservatoire d’Art dramatique » de Bruxelles. A l’occasion d’une exposition « Axell-Warhol, un double Regard sur les Sixties », en septembre 2013, à Bruxelles, Claude Lorent, critique d’art, écrivait dans « La Libre Belgique »: « Le langage militant d’Evelyne Axell, qui a donné une dimension érotique à son engagement pour la libération sexuelle de la femme et au droit de disposer de son corps, dont elle fit le motif premier de ses peintures, ne pouvait, à l’époque, trouver écho favorable qu’auprès d’une petite minorité. Aujourd’hui, avec le recul, l’histoire lui donne raison, tant sur le plan du féminisme que dans ses avancées picturales expérimentales (nouveaux matériaux, peinture émail, …) mais abouties. Il est donc logique d’enfin considérer son oeuvre comme l’une des plus marquantes, novatrices, audacieuses, singulières et importantes du pop’art ». 
Sept ans de carrière seulement et voici qu’aujourd’hui son travail émigre vers les marchés de l’art américains et asiatiques. C’est ainsi un peu du patrimoine namurois qui prend le large. Comme le disait l’Echevine de la Culture, Cécile Créveoeur, lors de son discours inaugural: « Nous devons réagir avant qu’il ne soit trop tard… Récemment, le Bourgmestre a rencontré le veuf d’Evelyne Axell, Mr. Jean Antoine (ancien documentaliste à la « RTBF », ndlr)… Il a manifesté ses intentions de mettre son patrimoine lié à Evelyne Axell à la disposition d’une fondation privée et d’en confier la mise sur pied à Mme. Bernadette Bonnier (directrice du « Service de la Culture de la Province de Namur », ndlr)… Il lui tient à coeur que ce soit à Namur que son oeuvre soit entretenue… Cette exposition … est une autre étape vers la résurrection d’Evelyne Axell à Namur, dans sa ville natale et vers la revendication de son berceau d’origine! … Ce plongeon dans les années ’60, à travers le spectre de nos yeux contemporains est une bouffée d’air frais, de liberté et d’optimisme que seul l’art peut encore nous apporter. Comment ne pas être frappés par la modernité de son art, par l’actualité de ses revendications et de son discours? » …  
 
… Et l’Echevine de remercier l’hommage qui est rendu, utilisant des approches artistiques variées, à la peintre namuroise, autour de son oeuvre « Le Peintre », « sous les coups de pinceaux de 9 artistes contemporains », à savoir, Philippe Decelle, Syvie Macias Diaz, Benoît Félix, Nadja Verena Marcin, Karine Marenne, Jean-François Octave, Anne-Mie Van Verkhoven, Elisa Brune(°Bruxelles/1966) et Ulrike Bolenz (°Marburg/All./1958).
 
Cette dernière, alliant le plexiglas, la photographie, les peintures à l’huile et acrylique, se met, tout comme Evelyne Axell, elle-même en scène, présentant, ici, deux oeuvres, tout en relief, de sa série « Cocon » (. Davantage que l’envie de se représenter, l’artiste veut évoquer un état et des expressions, défendant le rôle spécifique de la femme dans notre société. Comme le pensait, à l’époque, la peintre namuroise, l’émancipation de la femme reste toujours une question
 d’actualité
.Pers.Photo.Bolenz
… Et comment, mesdames, ne pas rester insensibles aux aquarelles d’Elisa Brune, évoquant « le désir des femmes sur le corps des hommes, une version féminine de « L’Origine du Monde »… Docteur en gestion de l’environnement, journaliste scientifique et peintre à ses heures, Elisa Brune, aussi appelée « Elisa Else », est davantage connue comme romancière, primée, à Paris, par la « Société des Gens de Lettres », ayant rédigé (avec Yves Ferroul), « Le Secret des Femmes, Voyage au Coeur du Plaisir et de la Jouissance » (Ed. Odile Jacob/2010). 
 
Tout à l’entrée de l’exposition, jouxtant ses aquarelles, nous lisons un texte quelle a composé pour cette occasion: « J’ai toujours su que le corps des des hommes serait l’affaire de ma vie. C’est le regard qui me l’a dit… Les yeux vont, braquent, touchent, pilent, emballent et pointent au dehors ce que vise le désir touffu qui bruit au dedans. Désir inconnu de soi-même car on disserte à l’étage supérieur, de cerveau à cerveau. Mais les yeux, quand se relâche le contrôle, vont toujours là où ça désire à grand feu. Les mains, la hanche, la nuque, le torse, les fesses, les cuisses, le sexe. Surtout qu’il soit nu. Surtout qu’il soit offert. Surtout qu’il soit innocent. Il y a quelque chose de l’ancien sacrifice dans l’étalement du corps nu, quelque chose du pouvoir oublié, de la clémence acquise, mais où scintille encore, sous le regard ébranlé, un vestige de douleur »…
 
… Un texte qu’Evelyne Axell aurait apprécié! … Et l’Echevine de la Culture, en présence du Député-Président du Collège provincial et de la Députée en charge de la Culture, Geneviève Lazaron, de se réjouir de l’énergie mise par différentes personnes « pour ramener Evelyne à la maison… Quelle artiste, quelle femme! Combien j’aurais aimé la rencontrer, la côtoyer, prendre un café avec elle pour parler de son art » …
Exposition ouverte du mardi au samedi, de 09h. à 18h., le dimanche, de 12h. à 18h. Entrée libre. Site: http://www.lieuxcommuns.com.
Et si vous êtes de passage dans la capitale wallonne, n’oubliez pas d’admirer les sculptures dorées de Jan Fabre, dans le centre-ville et à la citadelle, ni de visiter les deux expositions « Facing Time – Rops/Fabre », au « Musée Félicien Rops » et à la « Maison de la Culture ».
Yves Calbert,
« Le peintre », d’Evelyne Axell,
« Cocon », d’Ulrike Bolenz.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s