La « Suédoise » honore le symbole de la monarchie et de l’unité du pays

OPINION/OPINIE

Noelle Paré

Noelle Paré

La « Suédoise » honore le symbole de la monarchie et de l’unité du pays

Par son mariage en 1969 et son amour pour le Roi Baudoin et tous les belges, notre chère Reine Fabiola née Fabiola de Mora y Aragon le 11 juin 1928 restera dans l’histoire de la Belgique la pierre angulaire du redressement de la royauté et du sentiment d’appartenance nationale.

A son arrivée en Belgique, la Reine Fabiola découvre cette monarchie fragilisée, par la question royale liée aux événements politiques qui eurent lieu entre le 7 mai 1945 et le 17 juillet 1951 à propos du retour au pays du roi Léopold III après la Seconde guerre mondiale, l’abdication de Léopold III puis les grèves générales. Plus tard, la Belgique sera encore secouée par l’indépendance du Congo belge et les difficultés économiques et communautaires.

A la mort du Roi Baudouin, ce couple aimant et attentif aux intérêts de tous les belges qui a eu à cœur de vivre cette vie exemplaire à notre service, la Belgique « du compromis » se retrouve dans une situation qui allie le respect des demandes de fédéralisme et de renforcement de l’unité autour d’une famille royale qui a retrouvé durant leur règne toutes ses lettres de noblesse et toute sa dignité.

Premier membre de la famille royale qui sera enterrée sous un gouvernement fédéral, la Reine Fabiola ouvre la voie à une monarchie capable de rester le principal ciment de l’unité nationale dans le respect de l’histoire et de la modernité.

Contre toute attente de leurs détracteurs qui taxent les Ministres de la « Suédoise » de séparatistes ou de républicains, le gouvernement respecte les sentiments du peuple qui l’a élu en proclamant le deuil et des funérailles nationales.

Bravo Monsieur Michel de nous montrer, une fois de plus, contre l’avis de tous vos opposants, que vous êtes notre Premier Ministre et que nous pouvons vous faire entièrement confiance. Merci à tous les Membres du Gouvernement Fédéral pour leur savoir-vivre et le respect de nos souverains.

Le temps de deuil est un temps d’arrêt où il convient que chacun se positionne et se projette sur l’avenir. Nous ne pourrons qu’espérer de « ceux » qui marchent dans nos rues en prétendant être les « seuls garants » de l’unité nationale et de la solidarité qu’ils puissent profiter du deuil national pour trouver assez d’humilité et de sagesse pour prendre ce temps d’arrêt indispensable à l’hommage de la personne de la Reine Fabiola qui, à jamais, symbolisera pour notre monarchie belge atypique : l’amour du prochain et de l’unité.

Noëlle Paré

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s