LE PREMIER MAAAAAIIIIIIIIIIIIIIIIIII

BILLET D’HUMEUR, BILLOT D’HUMOUR !

Le billet de POL HEMICK qu’il présente régulièrement, donnant son avis de polémiste et de critique sur l’actualité de notre pays, toujours avec humour.

« QUI SE FAIT BREBIS, LE LOUP LE MANGE ! »

1emai

Nous venons de fêter la « Fête du mouton ». Non ! Ne croyez pas à une erreur de datation… Je ne vous parle pas de cette charmante coutume de l’Aïd el Kébir, consistant pour chaque chef de famille musulman à égorger un ovin, mais bien de son pendant laïc : le « Premier Mêêê » ! Car, si les « Vacances de Pâques » sont devenues « Congés de printemps », je ne vois pour ma part aucune raison d’épargner, et de ne pas déplacer dans le temps, les jours sacrés autres que chrétiens. En effet, il existe pas mal de points communs entre ces deux jours festifs !

Ainsi que dans les « abattoirs provisoires » qui fleurissent, sans permis commodo-incommodo, lors de l’anniversaire commémorant le sacrifice manqué d’Ichmaël par Ibrahim, j’ai vu – en ce premier jour du mois de Marie – un troupeau assemblé sur la place Rouppe*. A sa tête, un ou deux de ces moutons à cinq pattes qui ont encore foi aux vertus socialistes d’antan mais aussi, paraît-il, maintes brebis galeuses.

Il y avait également, bien sûr, trois pelés et un tondu qui ne se sont jamais rendus compte qu’on leur avait mangé la laine sur le dos, moult pacifistes bêlants (« Je paix, tu paix, il paix… ») ruminant l’utopie selon laquelle les prédateurs sont aussi innocents que l’agneau qui vient de naître, de même que de nombreuses brebis égarées… par des promesses électorales jamais tenues.

Quelques tire-laine aux dents longues, connus comme le loup blanc, surveillaient cette transhumance en agitant – à l’instar de la muleta du matador – un torchon rouge dont la couleur noble et écarlate d’origine s’est affadie au point de devenir, aujourd’hui, aussi charismatique qu’un Herman Van Rompuy. Larme à l’œil (Mieux vaut l’avoir en cet endroit que « à gauche » !), j’avais envie de m’exclamer – tel Bismarck, à Sedan, regardant les Français monter à l’assaut et se faire massacrer inutilement les uns après les autres – « Ah, les braves gens ! »… car tous ces travailleurs n’ont pas encore compris que les barons socialistes leur mettent le couteau sous la gorge aussi sûrement que l’abatteur rituel le fait à l’animal sacrificiel du culte de Mahomet.

« Os vidés » (de leur moelle épinière), ils suivent comme la moutonnaille de Panurge le chemin tracé menant à leur mort sociale. Tout au souvenir d’Emile Vandervelde et à sa lutte finale, ils n’ont point encore compris que celle-ci s’est terminée, il y a quelque vingt-cinq ans, au seul profit de quelques « pâtres très cathodiques » qui, pour les avoir jusqu’à la gauche, pour éviter qu’ils ne deviennent chèvre, leur désigne régulièrement à l’extrême-droite du cheptel un bouc émissaire chargé de tous les péchés sociétaux… avant d’envoyer ce dernier dans le désert médiatique, entouré d’un joli « cordon sanitaire ».

Empathie empreinte de tristesse pour ces victimes consentantes qui, en ce joli mois où fleurit le muguet, lui ont préféré la rose et ses épines. Envoyés sur celles-ci depuis l’accession au pouvoir des « camarades », ils n’ont pas voulu découvrir le poteau rose qui leur aurait ouvert les yeux. Au « Grand méchoui » d’octobre, nous ne pourrons peut-être plus afficher notre « islamophobie » mais j’ose espérer que, aux proches scrutins, la « socialistophobie » sera de mise dans les urnes et que celles-ci contiendront potentiellement les cendres de ceux qui ont trompé le peuple… Alors, nous réveillant d’un affreux cauchemar, nous pourrons enfin plaisanter : « Et (la) Rose a vécu ce que vivent les roses, (juste) l’espace de faire tintin ! »

 

Pol Hémickh

 

* Pour cette « Fête du Travail », à Jodoigne, des comices pastorales ont également eu lieu. Touchés par la langue bleue et très éloignés du troupeau bruxellois, les participants de ces folies bergères – Qui, cette année, pour montrer patte blanche, se devaient d’exécuter des « french cancans » consistant à traiter un élu flamand par-dessous la jambe ! – étaient, paraît-il, atteints de la tremblante… à l’idée de la correction que pourrait leur infliger, le 25 mai, un jeune « pépé » à la redresse.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s