PAUVRE MARTIN, PAUVRE MISERE

BigLoulou

Ainsi devait soliloquer Martin Schulz, au vu de l’avis du comité consultatif du Parlement européen qui a estimé que Louis Michel « n’a pas respecté le code de conduite de l’assemblée » ! Ployant sous le faix de sa charge présidentielle, il savait bien que « un homme n’est jamais soupçonné d’une chose s’il ne l’a pas faite au moins en partie, sinon c’est qu’il avait au moins l’intention de la faire, et s’il n’a pas eu l’intention de la faire c’est qu’il a dû se réjouir de voir les autres la faire. » (Talmud, Moed Katan 18b.) Et pourtant… Pourtant, plutôt que de marcher sur des charbons ardents, il a préféré se plier aux us et coutumes de l’eurocratie, où « l’âne frotte l’âne », et a décidé que « l’erreur ayant été reconnue et rectifiée, une sanction n’était point nécessaire. » Hé, quoi ! Entre ânes bien nés (Oups ! Faute de frappe : « âmes », voulais-je écrire.), on ne crie pas haro sur son congénère.

 

Force nous est cependant de constater (comme le faisait remarquer, dans ces colonnes, mon confrère Pol Hémickh : https://brussels-star.com/2014/03/17/cetait-lamer-michel/ ) que « l’erreur » n’a été ni reconnue, ni rectifiée ! Et d’ailleurs, à raison de 158 amendements déposés – « cent cinquante huit », vous avez bien lu – issus de lobbies et défavorables à la protection de la vie privée, est-ce sérieux que de minimiser cela en simple « erreur » ? On peut se demander ce que le responsable des dépôts de ces amendements (Quel qu’il soit !) a reçu en échange de ses services mais – Chuuuttt ! – il ne faut pas trop examiner le fromage car cela pourrait dégager des odeurs nauséabondes particulièrement dérangeantes en cette période électorale. Pas d’enquête judiciaire donc, pas de corrupteurs inculpés, pas de responsable sanctionné non plus car – même en admettant, contre toute vraisemblance, que celui-ci était Luc Paque – une « démission » (Gageons, cependant, que le « démissionnaire » retrouvera une bonne place, dans le même bâtiment, après le 25 mai.) n’est pas une « sanction » ! Quant au « Monsieur Afrique » (Que j’orthographierais autrement), il serait  tout au plus coupable d’une (petite) « négligence (bien pardonnable) dans l’organisation de son cabinet. »

 

S’étonner, après cela, que le peuple soit dégoûté de la politique politicienne !? Il fut un temps où les révolutionnaires français coupaient la tête aux « sangs bleus » (qui, eux aussi, se succédaient de père en fils) pour mettre fin à leurs prévarications. Nous sommes un peu plus civilisés mais rien n’empêcherait, pour ceux qui veulent absolument voter MR, de « couper la tête (de liste) » de ses fonctions en accordant leur voix de préférence à quelqu’un de plus « clean »… Frédérique Ries, par exemple !

 

Philippe MICHIELS

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s