LA VERITE, L’APRE VERITE

PrinceLaurent2 « La vérité n’a pas d’heure, elle est de tous les temps, précisément lorsqu’elle nous paraît inopportune » (Albert Schweitzer, A l’orée de la forêt vierge)… et c’est pourquoi nous la demandons au Palais, à propos du Prince Laurent ! En effet, celle-ci est comme la religion ; elle n’a que deux ennemis : le trop et le trop peu. C’est par ces deux côtés qu’ont péché les communiqués relatifs à l’état de santé du frère de notre Roi. On nous a d’abord annoncé – après son hospitalisation dans une unité psychiatrique – un « coup de fatigue ». Etonnant !  Ce genre de traitement est réservé aux cas lourds et non à une légère déprime passagère. Rectification du tir : il aurait s’agit d’une « dépression » qui se serait métamorphosée en « pneumonie » mettant sa vie en danger au point qu’il a fallu, pour y remédier, le plonger dans un coma artificiel et que le Père Gilbert a été convié d’urgence… peut-être pour lui apporter les Saints-Sacrements. Etrange ! Constatant « un état de fatigue », voire même ce qui aurait été « une dépression », il semblerait donc que les médecins ayant posé le diagnostic soient particulièrement incompétents car n’ayant pas repéré que cette « extrême lassitude » était due à un pneumocoque et non à une maladie mentale… ou alors, le Prince Laurent aurait été infecté, durant son court séjour à l’hôpital Saint-Luc, par une bactérie nosocomiale particulièrement rapide et virulente !? Cela, non plus, ne plaiderait pas quant à la qualité des soins dispensés par ce qui est l’un des meilleurs hostos du pays.

Nos confrères de la presse subventionnée et « aux ordres » semblent refuser de s’interroger plus avant, d’abord parce que les informations palatines qui leur sont fournies insistent sur le fait que « Il s’agit de sa vie privée ! », ensuite parce que – s’ils réfléchissaient un peu – force leur serait de se battre la coulpe. En effet, Ubu-Pan (Dont le père de l’éditeur responsable a été, en son temps, le précepteur de Laurent, ce qui préjuge de la qualité des informations !), affirme dans son numéro de cette semaine que « Certaines sources affirment même qu’il aurait tenté de se suicider »… et cela expliquerait tant le passage par les services psychiatriques que les soins intensifs et le coma artificiel nécessaire pour soigner une grave blessure. Une telle révélation, si elle s’avérait exacte, ferait sortir le cas du domaine de la « vie privée » car découlant des attaques régulières dont les médias ne cessent  de le harceler depuis de nombreuses années. Trop facile de pousser un homme à bout quand, vu son rang et son obligation de réserve, il ne peut se défendre ! Car le Prince Laurent, n’a pas fait sien le conseil de Machiavel : « Qui veut se faire entièrement homme de bien, il ne peut éviter sa perte parmi tant d’autres qui ne sont pas bons. Aussi est-il nécessaire au Prince qui se veut conserver, qu’il apprenne à pouvoir n’être pas bon… » (Nicolas Machiavel, Le Prince).

Proche du peuple, simple et entier, le cœur sur la main, il n’a pu résister au venin – savant mélange de séparatisme, de populisme et de marxisme – inoculé par la plume acérée de journaleux plus préoccupés de réduire nos valeurs patriotiques en miettes que d’éthique. Leur encre empoisonnée l’a défiguré jusqu’à en faire accroire, même à ses parents, qu’il était pestiféré, donc infréquentable, au point de le priver de paraître à leurs côtés un jour de fête nationale ! Ces derniers, d’ailleurs, ont préféré rester en vacances à l’étranger plutôt que de se précipiter à son chevet… ce qui est, à mon humble avis de citoyen belge contribuant également à leur liste civile, assez choquant. En lui souhaitant un rapide et prompt rétablissement, nous espérons (On peut toujours rêver !) qu’à sa sortie de l’hôpital les responsables médiatiques – particulièrement ceux qui sont chargés de vérifier la déontologie et le bien-fondé des dits et écrits de leurs subordonnés – se jetteront à ses pieds et, au travers de larmes d’un sincère repentir, diront : « Pardon, Monseigneur ! »

Philippe MICHIELS

Un commentaire

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s