DIDIER GOSUIN: VISION LARGE ET ESPRIT CRITIQUE

DidierGosuin

Quand l’on a l’occasion de rencontrer Didier Gosuin, plus que jamais candidat ministre-président en 2014 -mais pas à n’importe quelles conditions et avec n’importe qui- on se rend vite compte qu’il a un avis sur l’ensemble des sujets qui sont les défis de la région, une vision large mais aussi un esprit critique bien nécessaire lorsqu’on mène l’opposition régionale.

En 1989, Bruxelles avait mal à sa ville. Aujourd’hui, Bruxelles a mal à ses habitants.

Pas de politique politicienne pour ce « vieux briscard » de l’institution régionale bruxelloise, lui qui fut ministre dès 1989. Plutôt des directions, des lignes de conduite qu’il s’efforce passionnément de transmettre et un rappel constant aux règles qui sont la base d’un Etat de droit et du fonctionnement démocratique d’un pays ou d’une région. C’est pourquoi il s’est ému souvent de procédés soit d’urgence, soit de projets introduits  via le parlement mais qui viennent en fait du gouvernement régional pour court-circuiter le Conseil d’Etat et l’avis de la Cour des Comptes. C’est le cas par exemple pour cet important projet Neo dans lequel la région; avec la ville de Bruxelles, va engager des montants colossaux, quasi sans débat au parlement régional. Didier Gosuin rappelle que la transparence et les avis des institutions concernées forme le rempart du citoyen contre l’arbitraire et doivent permettre le strict respect de la légalité.

En 1989, ce sont des hommes entre qui ça fonctionnait, pas des partis qui ont donné forme à cette région

Tous les sujets ont été abordés lors de cette rencontre avec Didier Gosuin commencée par un bref constat sombre à propos de la dette de la région; le logement, la congestion automobile, l’emploi, la démographie à Bruxelles qui perd des habitants au pouvoir contributeur.

Quelques aspects développés par Didier Gosuin:

– la mobilité: la STIB doit développer de nouvelles lignes de métro vers le nord, c’est sûr. il faut multiplier les sites propres. Par contre, la STIB ne doit pas trouver autour d’elle de concurrents privés. la privatisation des transports en commun ne fonctionne pas selon le bourgmestre d’Auderghem. le péage urbain: un cynisme des partis de la majorité, ils étaient tous pour et aujourd’hui ils se chamaillent sur le nombre d’euros à réclamer.

– le logement. On a crû longtemps que multiplier les logements a raison de plusieurs milliers par an allait tout solutionner. Ce n’est pas le cas. il faut des politiques qui aident les gens réellement à se loger, comme l’allocation-logement ou allocation-loyer encadrée.

– la périphérie et le droit des francophones: le combat a été mené et perdu. Le FDF est resté inflexible sur la question et cohérent. Les institutions européennes joueront dans l’avenir un rôle encore plus important pour protéger le droit des minorités. Le gouvernement flamand sera censuré comme ça le fut pour le « wooncode ». Cela pourrait l’être pour les bourgmestres non nommés.

– la classe moyenne quitte la région. Son exode est trop important. Il faut maintenir dans la région de Bruxelles-Capitale les ménages à bonne capacité contributive.

– la laïcité politique. Elle est nécessaire pour assurer le vivre ensemble dans une région dont les gens ont des origines très diverses.

Une entrevue avec Didier Gosuin est toujours un passage en revue haletant et passionnant des enjeux de cette région. Depuis 1989, l’homme n’a rien perdu de sa détermination et de sa foi à faire avancer sa région.

MD DESNERCK

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s