LE FESTIVAL NAMUR NATURE

Du 11 au 20 octobre 2013.
A peine le « FIFF » terminé que Namur accueille à nouveau les cinéphiles, du 11 au 20 octobre, au complexe cinématographique ‘ »Acinapolis », situé à Jambes, à proximité immédiate de la gare ferroviaire. Les vedettes à l’écran, cette fois, seront les animaux, des papillons aux éléphants, en passant par les oiseaux et les requins, sans oublier les volcans, les forêts, les océans et tout ce que la nature nous offre en partage. Nous évoquons, ici, la 19ème édition du « Festival Nature Namur », devenu le plus important Festival d’Europe consacré à la Nature.

Ecoutons son Président-Fondateur, Philippe Taminiaux : « Pour sensibiliser le public, il est essentiel de montrer à quel point notre environnement, immédiat ou lointain, est source de beautés innombrables. Mais si la nature est une beauté à contempler, c’est également une richesse à préserver. Emerveiller, interpeller, mais aussi éduquer le spectateur, tels sont les enjeux du Festival Nature Namur ».
running hareLe samedi 12/10, à 20h.00, ainsi que le 13/10, à 14h.00 et 17h.00, projection de 15 courts métrages de cinéastes amateurs, d’une durée maximale de 5′ chacun, avec remise de 11 prix, suite aux délibérations d’un jury placé sous la direction de Tanguy Dumortier, ancien présentateur de « JT » de la « RTBF », devenu un réalisateur professionnel de films sur la nature. Certains de ces films pourront être vus sur le « petit écran », au « Jardin extraordinaire »; les 15 courts métrages – nous permettant de voyager des Ardennes belges et de différentes régions de France, jusqu’en Alaska, en Indonésie, en Italie, au Japon, en Norvège et aux Philippines – étant réunis dans un DVD que l’on pourra se procurer sur place.
Depuis 2006, un concours réservé aux professionnels est également programmé. Pas moins de 115 films furent soumis à la sélection d’un jury dirigé par Guy Lemaire (« Télétourisme », « La Clef des Champs », …). Une soirée de gala, avec la projection du « Grand Prix » du Festival, leur sera consacrée, le 19/10, à 20h.00. Quant aux 15 films pros retenus, d’une durée de 22 à 90′, ils seront projetés, chacun, à deux reprises, entre le 13 et le 19/10 (cfr. programme détaillé sur http://www.naturenamur.be/).
Entre autres, Jean Haft (All.) nous apprend que la destruction des tourbières et marécages provoque une importante émission de gaz à effets de serre. De la « Vanoise » au « Grand Paradis », Anne et Erik Lapied (Fr.) nous rapportent de superbes images de l’aigle royal, du gypaète barbu, du renard, du bouquetin, du chamois et du loup, ce dernier étant le sujet du document tourné sur les toits de l’Abyssinie, en Ethiopie, par Laurent Joffrion (Fr.). En mer du nord, Klaus Muller (All.) nous montre, outre des phoques gris et des marsoins, des calmars géants, des requins pèlerins (jusqu’à 7 m de longueur) et les plus rares requins du Groenland. Filmé par Rita et Michaël Schlamberger (Autr.), le fascinant Danube et ses 3000 km, de la Forêt Noire à la Mer Noire. Après l’eau, de mer ou de fleuve, nous découvrons le feu de volcans, de l’Inde à la Réunion, avec François de Riberolles (Fr.). Adrian Bailey (Autr.) nous emmène au Botswana, à la découverte de la plus importante population de zèbres de l’Afrique australe. Changement radical de climat, en suivant une famille de chouettes, sous l’objectif de Matt Hamilton et Fergus Beeley (Autr.), dans l’Arctique, en Alaska. Aussi présents au programme, réalisés plus près de chez nous, des films consacrés à 4 espèces de papillons en voie de disparition, à l’écureuil, à l’oiseau papillon, à la huppe (un petit oiseau à la spectaculaire couronne de plumes), ainsi que la vie sauvage, filmée pendant les quatre saisons, au sein des 5440 ha du domaine de Chambord.
Hors compétition, ne pas manquer de découvrir « Congo Nature : Les Trésors de l’Est », tourné par Tanguy Dumortier (Belg.) dans 4 parcs nationaux classés au patrimoine mondial de l’humanité, ainsi que « Naturapolis New York, la Révolution verte », de Bernard Guerrini (Fr.), nous dévoilant que la faune et la flore investissent de plus en plus les milieux urbains, tant à New York, qu’à Rio de Janeiro, Tokyo et Paris. N’oublions pas, pour terminer, le « Gala d’Ouverture », le 11/10, avec « Il était une fois une Forêt », l’authentique poumon vert de la vie sur Terre nous étant dévoilé par Luc Jacquet (Fr.), et la « Soirée de Clôture », le 20/10, nous proposant « Afrique – Episode 1 », tourné au Kalahari, pourla « BBC », par Felicity Egerton (R.-U.).
A l »Acinapolis », notons que des séances solaires, avec animateurs, ainsi que des ateliers, sont programmés, tant pour le primaire que pour le secondaire. Un village nature
y présente de nombreux stands promotionnant tout ce qui peut intéresser tous ceux qui s’intéressent à la faune et à la flore, ainsi qu’à la prise de vue en milieu naturel. Des conférences y sont aussi proposées. Enfin, plusieurs intéressantes expositions de photographies sont à découvrir.
Parlant photographies, il convient de parcourir nombre d’expositions, à l’entrée gratuite, dans le centre-ville de Namur (au Palais Provincial et à la Brasserie François, Place Saint-Aubain, à l’Université de Namur, rue de Bruxelles, 61, et à la « Galerie S’Pace Louis XVI », Place l’Ilon,14) et tout au long de la route Merveilleuse, à l’assaut de la Citadelle (aux Tours aux Chartes et au Four, au N° 50, à la Parfumerie Delforge, au N° 60, et, face à l’Esplanade, à la « Prairie Supérieure », au N° 64). Notons, par ailleurs, que 10 prix récompenseront les lauréats du traditionnel concours international de la photographie Nature, dont l’un attribué à un ado de moins de 15 ans. Un bel encouragement pour se lancer dans une carrière ayant trait à la Nature.
Et pour mieux découvrir cette Nature qui nous est chère, nombre de randonnées, accompagnées par des guides qualifiés, nous sont proposées par le « Festival Nature Namur ». Ainsi, « en visitant les exceptionnelles expos photos ou en visionnant des films inédits de ce 19ème Festival, votre émerveillement passera derrière l’écran ou s’échappera du cadre, sachant associer à la beauté du moment capturé l’exigeant chemin que son auteur a du parcourir pour vous l’offrir » (Philippe Taminiaux).
Vive la Nature, à Namur.
Yves Calbert.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s