En Mai, à Vallauris, au Coeur de la Côte d’Azur

nbhhf

Céramiques (Pablo Picasso/années ’50) © « Christie’s »

Profitant de la présence d’importants gisements d’argile réfractaire, déjà présente à Vallauris, dans le département des Alpes maritimes, à l’époque gallo-romaine, la poterie attire, chaque année, de nombreux visiteurs au coeur de la Côte d’Azur

Pablo Picasso dans l’atelier de Madoura/Vallauris © « Musée national Picasso »/Paris © Succession Picasso/2023 © Photo : Boris Lipnitzki

… Et ils devraient être nombreux en ce premier week-end du mois de mai 2023, à l’occasion de l’inauguration de l’exposition « Formes & Métamorphoses : la Création Céramique de Picasso », avec, le samedi 06, à 10h, un concert d’ouverture, donné sur la place de la Libération, par la « Philarmonique d’Antibes » & l’ « Harmonie de Vallauris », précédant le vernissage de cette exposition, à 10h30, au « Musée Magnelli, Musée de la Céramique », cette dernière étant l’une des 42 expositions organisées dans le monde, à l’occasion du 50è anniversaire du décès de ce célèbre artiste espagnol.

Le Ballet flamenco d'Andalousie en ouverture d'Arte Flamenco à Mont-de-Marsan

 « Ballet Flamenco d’Andalousie » © Photo : Bats Pascal

Au « Théâtre de la Mer Jean Marais », à 20h30, nous serons séduits par une danse sincère et authentique, qui nous emportera dans l’émotion, celle du coeur qui bat dans la poitrine, quand il côtoie le vrai et le beau, grâce au spectacle « Naturalmente Flamenco », donné par le « Ballet Flamenco d’Andalousie », placé sous la direction chorégraphique d’Ursula Lopez.

Prix d’accès : 10€ (8€, pour les moins de 8 ans).

Plage du soleil , à Vallauris Golf- Juan

Vieux Port, à Vallauris Golf- Juan

Le dimanche 07, à 10h, rendez-vous sur le square Nabonnand, afin de participer à un défilé musical, vers la plage du Soleil, de la station balnéaire valaurienne Golfe-Juan, Pablo Picasso (1881-1973) avait ses habitudes, à l’est du Vieux Port, le 1er mars 1815, Napoléon Bonaparte (1769-1821) débarqua, de retour de son exil sur l’Île d’Elbe, ce port étant le point de départ de la « Route Napoléon », inaugurée en 1932.

Anabel Gonzales de Valence face à un novillo de la ganaderia Toropassion.

Effleurement lors d’une Recorte, art traditionnel de la tauromachie

En hommage à l’un des thèmes principaux de Pablo Picasso, un « Spectacle équestre et de Recorte », donné par l’ « Ecurie Fantagaro », se déroulera, à 17h, sur le « Stade des Frères Roustan ». au rythme des « Olé », nous assisterons à un spectacle impressionnant. Ici, pas de corrida, mais bien du dressage, de la voltige, la « Recorte », art traditionnel de la tauromachie, étant, avant tout, une question d’esquive, d’évitement et d’effleurement, sans qu’aucun taureau ne soit jamais blessé. L’homme et l’animal ne font qu’un, constituant un impressionnant duo.

Pablo PICASSO - « Corrida, 11.3.53 », Plat rond en terre de faïence blanche 2

Céramique évoquant la tauromachie (P. Picasso/années ’50) © Photo : « Plazzart »

Âgé de seulement 8 ans, Pablo Picasso assistait à sa première corrida. Bien plus tard, habitué de se rendre aux arènes d’Arles, Bayonne et Malaga, il confia à son matador espagnol préféré Luis Miguel Dominguin (Luis Miguel González Lucas/1926-1996) :« Si je n’aurais pas été peintre, j’aurais aimé être picador ».

Prix d’accès à la Recorde : 5€ (0€, pour les moins de 8 ans).

[Pablo Picasso, Vallauris, France]

Pablo Picasso dans l’atelier de Madoura/Vallauris © Photo : Willy Maywald

Soulignons que tous les jeudis, à 10h, nous pouvons participer à une visite commentée « dans les pas de Picasso à Vallauris », organisée par l’ « Office de Tourisme de Vallauris » (réservation obligatoire : 33.4.93.63.18.38). Prix (incluant l’entrée au château-musée, mais pouvant être majoré en cas d’exposition temporaire): 7€ (4€, de 12 à 18 ans / 0€, pour les moins de 12 ans).

Pablo Picasso, parmi ses oeuvres, à Vallauris

Pablo Picasso. Villa à Vallauris

Sa villa, à Valauris (Pablo Picasso/1951)

En 1946, Pablo Picasso, en vacances à Golfe-Juan, visita l’exposition annuelle des potiers de Vallauris, y rencontrant Georges et Suzanne Ramié – propriétaires d’une fabrique de céramiques, l’atelier Madoura -, avec lesquels, dès 1947 , il débuta une collaboration, précédant son installation à Vallauris, en 1948, où il demeura jusqu’en 1955.

nbhju

Céramique (Pablo Picasso/années ’50)

A noter la présence d’un château-musée, ancien prieuré des moines de Lérins, seigneurs de Vallauris, du XIè au XVIIIè siécle. Abritant un escalier Renaissance remarquable, le bâtiment actuel, datant du XVIè siècle, est inscrit, depuis 1951, à l’inventaire des Monuments historiques. Seule la chapelle est de construction médiévale.

Porche d’entrée du Château-Musée

Musée de La Céramique et Magnelli. Vue 80. Cuisine du Château de Vallauris et de L'Ex-Prieuré de L'Abbaye de Lérins. Avec Plats Culinaires. Juillet 2020.

Cuisine du Château-Musée

Ce château-musée accueille deux musées : le « Musée national Pablo Picasso ‘La Guerre et la Paix » et le « Musée Magnelli, Musée de la Céramique ».

« La Guerre » (« Pablo Picasso/1952) © « Musée national Pablo Picasso »

« La Paix » (« Pablo Picasso/1952) © « Musée national Pablo Picasso »

Soulignons que le premier musée cité abrite une composition monumentale, de plus de 100m2, « La Guerre et la Paix ». Peinte, en 1952, à Vallauris, dans son atelier du Fournas, cette oeuvre fut réalisée sur des panneaux d’isorel, matériau suffisamment flexible pour épouser les voûtes de chapelle, pour laquelle elle était destinée et où elle prit place en 1954. Avant cela, précédée par quelques 300 dessins préparatoires, deux de ses trois panneaux furent exposés, en 1953, à Rome, puis à Milan. Quant au 3è panneau, intitulé « Les quatre Parties du Monde », il ne fut peint qu’en 1958, étant destiné à condamner l’ancienne porte d’accès à la chapelle.

« Les quatre Parties du Monde » (« Pablo Picasso/1958) © « Musée national Pablo Picasso »

Venons en au « Musée Magnelli, Musée de la Céramique », qui abrite la plus importante collection publique consacrée au peintre italien Alberto Magnelli (1888-1971), forte de 46 oeuvres, dont 19 huiles sur toiles. Par ailleurs, un parcours permet de retracer l’histoire de la céramique à Vallauris, aussi bien industrielle qu’artistique, avec, notamment, l’évocation des Massier (Cédric {contemporain, toujours en activité, à Vallauris}, Clément {1844-1917}, Delphin {1836-1907} & Jérôme {1820-1916}) ou celle de l’effervescence artistique des années 1950, sans oublier les collections des Biennales internationales de céramique et du design.

Escalier, avec photo de Picasso © « Musée Magnelli, Musée de la Céramique »

Peinture d’Alberto Magnelli © « Musée Magnelli »

« Bouteille Pulp (Cédric Massier/XXIè siècle) © « Musée Magnelli, Musée de la Céramique »

Autre artiste réputé ayant travaillé à Vallauris, Jean Marais ( Jean Alfred Villain-Marais/1913-1998), qui fut un prestigieux acteur de théâtre et de cinéma, lauréat, entre autres Prix, en 1993, d’un « César d’Honneur », attribué pour l’ensemble de sa carrière, ayant été fait, en 1996, « Commandeur de l’Ordre des Arts et des Lettres »

Collection de Monsieur Jo PASQUALI

Jean Marais à Vallauris © Collection Jo Pasqualli/années ’70

Jean Marais à Vallauris/années ’90

« La Rebélissière » (Jean Marais), à Vallauris « La Rebélissière »

Céramique (Jean Marais)

Installé à Vallauris, dès 1980, il s’y adonna, avec succès, à la sculpture et à la céramique. Très impliqué dans la vie locale, particulièrement disponible, il réalisera, quinze années durant, les affiches de la « Fête de la Poterie », et offrira à la Ville, sa statue « La Rebelissière ». Fait citoyen d’honneur de la Ville de Vallauris, il y repose au vieux cimetière (ouvert tous les jours, de 07h30 à 17h, d’octobre à avril, et jusqu’à 18h, de mai à septembre), dans une sépulture, qui fut ornée de quelques-unes de ses créations, l’une d’elle ayant été dérobée, en 2016, ces sculptures ayant un rapport avec un film de celui qui fut son compagnon, Jean Cocteau (1989-1963) : « La Belle et la Bête » (Fra./1946/96’/avec Jean Marais dans le rôle « La Bête », dont le maquillage exigeait 5 heures, trois pour le visage et une pour chaque main) -, l’une d’elle ayant été dérobée en 2016.

Jean Marais dans « Le Capitan » ( André Hunebelle/1960)

Jean Marais dans « La Belle et la Bête »(Jean Cocteau/1946)

Une photo de la tombe en 2008, avec les deux sculptures encore présentes.

Sépulture de Jean Marais, avant sa profanation © Photo : Georges Miha/2016

A la plus grande satisfaction de tous les citoyens et de ses nombreux admirateurs, d’ici quelques mois les élus de Vallauris auront l’occasion d’inaugurer un nouvel « Espace Jean Marais », où quelques-unes de ses nombreuses créations seront exposées

… Et, pour ceux qui comptent découvrir Vallauris, qu’ils profitent de cette occasion pour se rendre, à peu de distances, à Grasse, qui, sise à 12 kilomètres au nord de Cannes, promue « Ville d’Art et d’Histoire », est considérée comme la capitale mondiale du parfum, grâce aux senteurs rares du pays de Grasse (fleur d’oranger, jasmin, lavande, mimosa, myrte et rose), les savoir-faire liés à ses parfums ayant été inscrits, en 2018, sur la liste du « patrimoine culturel immatériel de l’Humanité », un « Musée international de la Parfumerie », créé en 1987, n’attendant que notre visite.

grasse-capitale-parfumerie-copyright-alain-issock3-557x400-1.jpg

Grasse, capitale mondiale de la parfumerie © Photo : Alain Issock

Historiquement, c’est Jean de Galimard, alors tanneur à Grasse, parfumeur depuis 1747, devenu Seigneur de Séranon, qui eut l’idée de créer des gants en cuir, parfumés dans des « bains de senteur » (eau de roses et épices), selon une méthode orientale. En ayant offert une paire à Catherine de Médicis (1519-1589), celle-ci fut séduite par ce cadeau, ce qui encouragea les tanneurs locaux à enfleurer les peaux de cuir, le gant parfumé se répandant à la Cour et dans toute la haute société.

Fête du Jasmin, à Grasse

Par ailleurs, signalons que, depuis 1946, la « Fête du Jasmin » s’y déroule, au début du mois d’août, avec ses défilés de chars fleuris, fanfares, feux d’artifice et représentations culturelles, autour du thème du Jasmin, 150.000 fleurs étant utilisées à cette occasion. Toujours dans le domaine floral, en mai, depuis 1972, notons l’organisation de l’ « Exporose », une exposition internationale de Roses.

Vieille Ville de Grasse

Parmi les musées de Grasse, notons enfin :

  • le « Musée d’Art et d’Histoire de Provence », qui, sis au sein de l’ « Hôtel particulier Clapiers-Cabris », expose d’importantes collections consacrées à la vie quotidienne, en Provence orientale, ainsi qu’aux Beaux-Arts et Arts décoratifs, du XVIIè siècle jusqu’à la 1ère moitié du XXè siècle.
  • le « Musée Fragonard », qui, agrémenté d’un magnifique jardin, fut créé dans une élégante maison de campagne de la fin du XVIIè siècle, ce musée abritant des œuvres du célèbre peintre grassois Jean-Honoré Fragonard (1732-1806).
  • le « Musée international de la Parfumerie« , ouvert en 1989, s’intéressant au rôle qu’ont joué les parfums dans les civilisations, nous ouvre ses jardins, accueillant nombre de plantes entrant dans la composition des parfums.

A 9 de Vallauris, Mougins, où Picasso possédait un atelier

N’oublions pas, non plus, de découvrir nombre de villages perchés médiévaux, du sud de Grasse jusqu’au Haut Pays – tels Mougins, Pablo Picasso possédait un atelier et où il décéda, et Bar-sur-Loup -, le Pays de Grasse nous offrant un savant mélange de sérénité et de quiétude.

Photo de Bar-sur-Loup du département du Alpes-Maritimes

Bar-sur-Loup, un autre village perché

Informations : info@pays de grassetourisme.fr & 33.4.93/36.66.66. Site web : https://www.paysdegrassetourisme.fr/.

Yves Calbert.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s