« Les Portes d’Or. Charles Doudelet (1861-1938) et le Symbolisme », au « Musée Félicien Rops », à Namur, jusqu’au 05 Mars

« Le Détrônement » (détail)/1906 © « Musée d’Orsay »/Paris © Photo : Murielle Lecocq

« J’entends par symbolisme l’essence même de l’Art, l’intérieure splendeur qui donne à telle œuvre un rayonnement magique, qui fait qu’on la sépare et qu’on l’admire comme un diamant parmi des cabochons de verre », écrivit l’artiste peintre, graveur, illustrateur et scénographe belge Charles Doudelet (Karel-Gustaaf Doudelet/1861-1938), en 1901, dans « L’Idée libre ».

« La Roue »/1917 © « KBR » © Photo : Murielle Lecocq

Né à Lille, Charles Doudelet s’installe à Gand, en 1877, après le décès de son père. Il devient le dessinateur attitré de la « Rijksuniversiteit » et développe, entre 1887 et 1902, un réseau artistique, en participant à de nombreuses expositions, revues et Salons, tout en devenant franc-maçon.

« Charon ou Le Nautonier maudit »/vers 1896 © « Musea Brugge » © Photo : Murielle Lecocq

C’est à cette période que débute une relation amicale avec l’écrivain belge Maurice Maeterlinck (Maurice Polydore Marie Bernard Maeterlinck/1862-1949/lauréat, en 1911, du « Prix Nobel de Littérature »). Ensemble, ils conçoivent de nombreux projets comme des décors de théâtre, mais aussi des illustrations, dont les « Douze Chansons » (1896), de Maurice Maeterlinck, quelques-unes étant exposées au rez-de-chaussée, de même qu’un exemplaire de ce livre illustré.

« La Châtelaine »/1897 © « Atelier symboliste »/Bruxelles © Photo : Vincent Everarts

Le commissaire de l’exposition, Denis Laoureux, écrit, en page 08 du catalogue : « Selon moi, ce qui fait l’originalité du positionnement de Doudelet dans le symbolisme, c’est son rapport à la littérature, qu’il aborde par le biais du livre illustré, que nous retrouvons, également, au premier étage, avec quatre aquarelles et crayons sur papier (Coll. Res/ Gent) illustrant, en 1897, « Van Jezus », de l’écrivain et poète belge néerlandophone Pol de Mont (1857-1931), de même que des blocs pour gravures, qui furent utilisés pour réaliser cet ouvrage.

« Jeune Fille avec Instrument à Cordes »/vers 1898 © Coll. Jan Boddaert/Gent © Ph. : Murielle Lecocq

En 1902, Charles Doudelet reçoit une bourse de quatre ans, pour étudier à Florence, où il fréquente différentes bibliothèques, copiant les livres précieux. Avant de revenir à Gand, il vécut à Livourne, puis à Rome.

« I Farisai »/vers 1896 © »MSK »/Gent © Photo : Murielle Lecocq

Intellectuel passionné, il s’illustra par sa polyvalence et son audace graphique. A nous de le découvrir, au « Musée provincial Félicien Rops », jusqu’au dimanche 05 mars, la présente exposition se concentrant, dès 1890, sur ses années symbolistes, avec un focus sur les œuvres qu’il présenta, en 1917, à l’exposition de la « Ligue Théosophique », à Rome, 9 étant exposées à l’étage de l’exposition namuroise, sur les 18 qui furent présentées dans la capitale italienne, Charles Doudelet estimant que cet événement fut une réussite artistique, mais un échec commercial.

« Le Christ à la Colonne »/vers 1917 © « Musée d’Orsay »/Paris © Photo : Murielle Lecocq

Son admiration pour la peinture flamande et la Renaissance italienne, sa fascination pour les figures chrétiennes et pour sa déclinaison graphique de thèmes chers à Maeterlinck, nous permettent de suivre l’évolution de cet artiste, qui, n’étant pas catholique, était en perpétuelle quête spirituelle.

« Les Disciples d’Emmaüs » © « Galerie St.-John »/Gent © Photo : Murielle Lecocq

Ainsi, en page 150 du catalogue, nous apprenons que Charles Doudelet est un artiste doté d’une spiritualité exigeante, diplômé, en 1900, comme ‘Maître-Maçon’ de la Loge gantoise ‘La Liberté’, son brevet étant exposé à l’étage : « Au début des années 1900, Charles Doudelet est chargé par le gouvernement belge d’étudier d’anciens manuscrits flamands, en Italie. C’est là, à partir de 1904, que sa notoriété débute, puisqu’il se voit régulièrement solliciter pour des initiatives culturelles, qui ont la part belle au mysticisme et à l’ésotérisme. »

Diplôme de « Maître-Maçon »de la Loge gantoise « La Liberté » © Ph. : Murielle Lecocq

Evoquant Maurice Maeterlinck, Charles Doudelet expliquait (page 53 du catalogue) : « Tout est simple dans ma manière de rendre la pensée du poète, peu ou pas de meubles dans mes intérieurs, rien d’inutile dans mes paysages. Un lit seul, une table isolée, une chaise sans compagne, une plante, un arbre, un rocher, s’y trouvent ; mais c’est qu’alors ils sont nécessaires ; alors ils dominent, attirent les regards, parlent, dévoilent complètement et dans toute son étendue la raison de leur présence, provoquent la sensation voulue. »

A droite, le collectionneur gantois Jan Boddaert © Photo : Murielle Lecocq

Quant à Maurice Maeterlinck, il écrivit, en 1939, à Maria Cadira De Baets-Doudelet (page 115 du catalogue) : « C’est à mon avis le chef d’oeuvre de Charles, et pour mieux dire, un chef d’oeuvre tout court. On a rarement vu synchronisation, harmonie plus parfaite entre le poète et les images créées par son interprète. Si j’avais eu le génie graphique de mon vieil et très cher ami. Je n’aurais pu, au sens littéral et magique du mot ‘m’illustrer’ plus complètement. »

« Doudelet et le Livre illustré : Douze Chansons » :  » © Photo : Murielle Lecocq

Dans « La Beauté du Livre. Son aspect et sa structure à travers les âges », manuscrit inédit, jamais édité dans son intégralité, conservé à Gand, à la « Mediatheek Arteveldhoogeschool », Charles Doudelet écrivait : « Pour exprimer une idée, il était nécessaire de trouver un rapport entre le texte et les caractères, entre l’écriture et le verbe. Ces deux éléments sont si étroitement unis, que l’on ne pourrait les séparer sans causer de grands troubles, sans briser les rayons qui émanent de l’esprit. Si la forme des caractères d’écriture est étroitement liée à l’entendement, il en résulte que l’ornementation, l’illustration, seront essentiellement une conséquence de l’expression de l’âme d’un texte. »

« Doudelet et le Livre illustré : Douze Chansons » © Photo : Murielle Lecocq

Pour Charles Doudelet, « Le livre parle à l’oreille des sourds et illumine l’esprit, les yeux des aveugles. Il est le conseiller des humbles, des hésitants, le consolateur des affligés. Il n’y a rien de plus important que les livres dans l’histoire des nations … Un bon livre est un excellent ami. Il est consulté, il lui est rendu, il vous accompagne dans la solitude, dans les voyages ; c’est le fidèle compagnon, qui suit l’homme jusqu’à l’heure de la mort » (« Il libro illustrato », in « Bollettino di Bottego d’Arte »/1923).

« Allégorie de l’Hiver »/vers 1900  » © Photo : Murielle Lecocq

« Doudelet conçoit, dessine et peint à sa manière : c’est un penseur profond, un très fin dessinateur, un coloriste d’une extrême délicatesse » (Arturo Lancellotti , in « Emporium »/1917).

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est portes_dor_9_maeterlinck.jpg

« Ils s’éloignent à jamais et nous perdent de vue dans l’immensité qu’ils explorent »/1924 © « Archives Maurice Materlinck »/Gent © Photo : Murielle Lecocq

L’exposition donne une part importante aux livres (l’un d’eux, « Béatrix », possédant une reliure en cuir de veau repoussé, avec serrures en laiton) et périodiques illustrés, ainsi qu’aux documents d’archives, le « MSK » (« Musée des Beaux-Arts »), à Gand, partenaire du projet, ayant sorti, d’un fonds inédit d’archives, des œuvres inédites, révélant des aspects inconnus de l’artiste.

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est portes_dor_27_chauve_souris.jpg

« Demoniaca »/1917 © « MSK »/Gent © Photo : Murielle Lecocq

Par ailleurs, trois oeuvres sont exposées pour la première fois à l’étranger, celles-ci provenant des … réserves du « Musée d’Orsay », à Paris. Parmi celles-ci, notons la présence d’une huile sur toile, de 154 x 114 cm, « Le Détrônement » (1906), qui est la première oeuvre que nous découvrons, à peine entrés dans l’expo.

« Le Détrônement »/1906 © « Musée d’Orsay »/Paris © Photo : Murielle Lecocq

A son sujet, Charles Doudelet écrivait, vers 1914, à l’écrivain et journaliste ixellois Camille Lemonier (1844-1913) : « Voici ce que j’ai voulu exprimer. Le présent , personnifié par une femme jeune et virile, vêtue de rouge (symbole de la flamme du feu purificateur), qui arrache le passé du trône, représentée par une femme, parée comme une idole. A gauche, une trainée de fruits et de feuilles, débris d’offrandes entraînées dans sa chute. A droite et au fond, des femmes prient, l’une vêtue de noire, l’autre en bleu, signifiant l’esprit réactionnaire abandonnant la lutte. »

« Pour l’intérêt que vous portez à mon travail, j’aurais préféré vous donner la reproduction d’une oeuvre plus importante, néanmoins j’espère que celle-ci peut vous donner une idée assez exacte de ma tendance et du style ample, de la technique plus serrée que je poursuis en art. »

« Ruysbroeck l’Admirable »/1898 © « Thomas Deprez Fine Arts »/Bruxelles © Ph. : Murielle Lecocq

Concernant cette seconde huile sur toile exposée, G. A. Borgese écrivit, in « Varietas », en 1904, à Milan : « Qu’on observe attentivement ‘Ruysbroeck l’Admirable’, dans la singulière peinture qui fut admirée et déplu fortement dans une récente exposition, à Florence. Il parait devenu encore plus linéaire que ls troncs mêmes, parmi lesquels il vit, son oeil s’est fait explorateur des ténèbres comme celui du hibou. Sa méditation est arrivée au but, elle n’est plus puissance, elle est action, elle n’est plus effort et douleur, mais presque la calme joie d’une lente victoire. »

« De Levensdraad » (« Le Fil de la Vie »)/1897 © « Thomas Deprez Fine Art » © Ph. : Vincent Everarts

« De ses tableaux, ‘De Levensdraad’ (‘Le Fil de la Vie’) est sans aucun doute le meilleur », écrivait L. Crous, in « Deutsche Kunst und Dekoration », en 1899, à Darmstadt, continuant en ces termes : « Doudelet aime les tons bleu-vert profonds, qui donnent à ses peintures leur propre attrait. L’effet de ‘De Levensdraad’ est saisissant ; un portique, devant lequel se trouvent les ‘Parques’, quatre figures féminines voilées et courbées tenant ‘Le Fil de la Vie’ dans leurs mains ; le tout baigné dans un clair de lune bleu. »

« La Frayeur »/1922 © « KBR » © Photo : Murielle Lecocq

Concernant « La Frayeur », en 1944, à Trieste, E. Viezolli écrivit, in « Tipografia Moderna » : « Dans la figure de l’Homme, tourmentée soudain devant l’apparition fantomatique et sinistre de la Peur, et d’un coup entrave attribuable au mécanisme opprimé du coeur : les deux figures, la fantomatique et l’humaine, l’une incohérente et oppressante, comme les rêves et les cauchemars, l’autre corsée et émue, bien que relativement distante, sont reliées et enveloppées d’une magie qui dégage peut-être le charme le plus intense de la scène symbolique. En fait, elle est symbolique comme intensification extrême d’une réalité cultivée bien que transfigurée en une allégorie écrasante » (« Carlo Doudelet, lirico dell’Espressione »).

« La Fontana della Vita » ou « Imploration II »/vers 1896 © « Musée d’Orsay »/Paris © Ph. : Murielle Lecocq

« Le problème de la mort semble hanter la vie de l’artiste. ‘La Fontaine de la Vie’ nous ramène au thème de la survie des âmes. Sur un fond blanc se dessine, également blanc, un esprit long et maigre, qui vient de se détacher de son enveloppe terrestre, gisant vide sans vie sur le sol. A l’endroit du mystère de ce rite, un enchevêtrement de taches sombres larges et trapues apparaît sur les corps des dormeurs, représentant la matière brute. Le contraste est net, le motif des blancs et des marrons, avec des contours linéaires, précis et nets, contribuent à mettre la pensée raffinée de Doudelet en valeur », écrivit Arturo Lancellotti, in « Emporium », en 1917, à Bergame.

« La Porte de l’Enfer » © « Atelier symboliste »/Bruxelles © Photo : Murielle Lecocq

Concernant le symbolisme et Charles Doudelet, le commissaire, Denis Laoureux, écrit (p. 29 du catalogue) : « Le symbolisme correspond à une remise en question des valeurs. L’emprise du catholicisme, le matérialisme bourgeois, le positivisme sont débattus. Le doute s’empare des esprits : la crise est aussi subjective, intérieure, spirituelle. Le symbolisme belge se positionne, dans les années 1890, comme un questionnement sur la nature du divin. C’est ici qu’il convient de situer l’apport de Doudelet. »

« Les Portes d’Or »/1914 © Coll. Jan Boddaert/Gent © Photo : Vincent Everarts

« ‘Les Portes d’Or’, ce sont celles qui ferment le temple du reste accessible qu’aux âmes privilégiées de toute préoccupation matérielle », écrivait l’artiste, en bas d’une gravure. Art, spiritualité et symbolisme convergent chez Charles Doudelet, un artiste inspiré par l’iconographie chrétienne et occulte

« La Mort poursuivant le Troupeau des Humains »/1922 © Coll. privée © Photo : Murielle Lecocq

Ouverture : jusqu’au dimanche 05 mars, du mardi au dimanche, de 10h à 18h. Prix d’entrée : 5€ (2€50, en prix réduit / 1€50, par membre d’un groupe scolaire / 0€, pour les moins de 12 as, les « Art. 27 », et, pour tous, les premiers dimanches du mois). Ecouteurs : 2€. Catalogue (J. Boddaert, T. Deprez, G. Di Stazzio, V. Carpiaux, D. Gueguen, M. Introvigne & D. Laoureux/Ed. « Silvana Editoriale »/2022/144 p.) : 32€. Contacts : 081/77.67.55 & info@museerops.be. Site web : http://www.museerops.be.

Prochaine exposition, du samedi 27 mai jusqu’au samedi 23 septembre : « Hommage à Pan. Peter Depelche ».

Stage artistique « De l’Illustration à la Reliure », du 27 février au 03 mars © Province de Namur

Soulignons que pour les enfants, de 08 à 12 ans, un stage artistique est prévu, du lundi 27 février jusqu’au vendredi 03 mars« De l’Illustration à la Reliure », durant lequel chacun composera chaque page de son carnet d’artiste, grâce à différentes techniques  (cyanotypeenluminuregravure, monotype, …), en s’inspirant des collections des deux musées provinciauxle « TreM.a » (trésor d’Hugo d’Oignies {1178-1240}, peintures à l’huile d’Henri Blès {vers 1500-vers 1555.}) et le « Musée Félicien Rops » (gravures et dessins de Félicien Rops {1833-1898}). Ensuite, un atelier de reliure japonaise sera animé par Alexandre Rosmanun artisan au service du livre et du papier

© Province de Namur

Lieu : locaux pédagogiques du « Musée provincial Félicien Rops »rue de Fumal, 10Prix 60€, pour 3 jours (du lundi 27 février jusqu’au mercredi 01 mars ou du mercredi 01 au vendredi 03 mars) ou 80€, pour 5 jours (du lundi 27 février jusqu’au vendredi 03 mars). Inscriptions obligatoires : stage.musee@province.namur.be ou 081/77.54.76.

Yves Calbert.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s