En Salles : « Alcarràs » (« Nos Soleils »), « Grand Prix » du 22è « Cinemamed » et Palmarès 2022

Tous les soleils - la critique

« Alcarràs » (« No Soleils »/Carla Simon)

Depuis ce dernier mercredi 18 janvier, au « Palace », à Bruxelles, au « Vendôme », à Ixelles, au « Churchill », à Liège, au « Plaza Art House », à Mons, au « Caméo », à Namur, …, nous pouvons (re)découvrir, en salles, le film lauréat, en 2022, à Bruxelles, du « Grand Prix du meilleur Film » du 22è « Cinemamed » (« Festival du Cinéma Méditerranéen »):

*** « Alcarràs » (« Nos Soleils »/Carla Simon/Esp./2022/120’/film lauréat, en 2022, de l’ « Ours d’Or »à la « Berlinale »)

Synopsis : « Pour autant qu’elle s’en souvienne, la famille Solé a passé tous ses étés à cueillir les pêches de son verger à Alcarràs, un petit village d’Espagne, … mais la récolte de cette année pourrait être la dernière. Les nouveaux plans pour le terrain comprennent l’abattage des pêchers et l’installation de panneaux solaires. Cette menace d’expulsion provoque un désaccord au sein de la grande famille soudée … »

« Alcarràs » (Carla Simon)

Appréciation du Jury officiel : « On aime tous les personnages, on s’attache à eux dans les moments forts comme dans les moments quotidiens. On a l’impression de les connaître, de les reconnaître. Un très grand film, une ode à la terre et à celles et ceux qui la cultivent. »

Alcarràs - CINEMAMED

« Alcarràs » (Carla Simon)

Critiques de la Presse :

** par J.-F. Pluijgers, pour « Focus Vif » : «  ‘Alcarràs’ est une chronique agricole naturaliste inspirée, film choral traçant, trois générations confondues, le portrait d’une famille confrontée aux mutations inexorables du monde rural pour prendre la mesure sensible de temps changeants emportant avec eux un mode de vie. »

** par A. Engelen, pour « Cineuropa » : « Le film revient sur l’été bouleversé et bouleversant d’une famille paysanne espagnole, confrontée à une nouvelle réalité. »

Carla_Simon | The Film Agency

Carla Simon © « The Film Agency »

Notons que la réalisatrice espagnole Carla Simon (née Carla Simón PipóBarcelone/1986) remporta, en 2018, quatre « Prix Feroz », décernés par l’ « Association des Informateurs cinématographiques d’Espagne », ainsi qu’en 2017, le « Prix du meilleur premier Film » & le « Prix du Jury Génération Kplus », à la « Berlinale ; le « Grand Prix », au « Festival international du Film de Femmes », à Salé, au Maroc ; & le « Biznaga d’Or du meilleur Film », au « Festival du Film espagnol », à Malaga, pour « Eté 93 » (Esp./2017/97′).

Autres films présents au « Cinemamed », désormais programmés en salles, le premier, depuis le mercredi 18 janvier, le second, dès le mercredi 25 janvier :

*** « Les Harkis » (Philippe Faucon/Fra.-Bel./2022/82′).

« Les Harkis » sort en salles ce mercredi 12 octobre.

« Les Harkis » (Philippe Faucon)

Synopsis : « Début des années 60, la guerre d’Algérie se prolonge. Salah, Kaddour et d’autres jeunes Algériens sans ressource rejoignent l’armée française, en tant que ‘‘Harkis’. À leur tête, le lieutenant Pascal. L’issue du conflit laisse prévoir l’indépendance prochaine de l’Algérie. Alors que le sort des ‘Harkis’ devient très incertain, Pascal s’oppose à sa hiérarchie pour obtenir le rapatriement, en France, de tous les hommes de son unité … »

Critiques de la Presse :« 

par La Rédaction, pour « Voici » : « Un film politique à la fois sobre et puissant, d’une remarquable sensibilité. »

par Romain Lefebvre, pour « Cahiers du Cinéma » : « Avec un subtil art de la touche, Faucon fait voir le passé en face et en facettes. Cinéma précieux, qui, à la flamboyance, préfère la clarté. »

par François Forestier, pour « L’Obs » : « Puissance des images, regard politique (mais jamais manichéen), film terrible dans son austérité : un grand moment de cinéma et de douleur. »

par Clarisse Fabre, pour « Le Monde » : « C’est aux comédiens, algériens et marocains (Mohamed Mouffok, Amine Zorgane, …), véritables blocs de silence, dont il faut saluer la performance, qu’il revient de porter cette douleur muette des ‘Harkis’. »

par Etienne Sorin, pour « Le Figaro » : « Avec pédagogie et rigueur, Philippe Faucon rend hommage à ces oubliés de l’Histoire. Un film loin du spectaculaire, qui met en scène la complexité des situations et des destins. »

par La Rédaction, pour « Les Inrockuptibles » : « Sans jamais esquiver la violence, et en trouvant le rythme d’un vrai film de guerre malgré le peu de moyens, ‘Harkis’ prouve à quel point une œuvre est d’abord le regard d’un cinéaste. Poignant. »

par Olivier De Bruyn, pour « Les Echos » : « Après ‘La Trahison’, Philippe Faucon évoque une nouvelle fois la guerre d’Algérie et le sort de quelques soldats harkis abandonnés par l’armée française. Une page d’histoire terrible avec une économie narrative impressionnante.« 

Soulignons que pour son film « Fatima » (Fra.-Canada/2015/79′), le réalisateur français Philippe Faucon Oujda-Maroc /1958) – fait chevalier de la Légion d’Honneur, en 2016 – reçut, la même année, deux « César » (« du meilleur Film » et « de la meilleure Adaptation »), ainsi que le « Prix Lumières du meilleur Scénario » et le « Prix du Syndicat français de la Critique de Cinéma et des Films de Télévision », sans oublier, en 2015, le « Prix Louis-Delluc ».

*** « Nostalgia » (Mario Martone/Ita./2022/117′)

Synopsis : « Après 40 ans d’absence, Felice retourne dans sa ville natale : Naples. Il redécouvre les lieux, les codes de la ville et un passé qui le ronge … »

« Nostalgia » (Mario Martone)

Critiques de la Presse :

 par Anthony Jammot, pour « Franceinfo Culture » : « Le réalisateur italien Mario Martone nous transporte une nouvelle fois dans sa ville natale, qui brille autant par sa beauté qu’elle inquiète par sa mafia, la camorra. Une déambulation contemplative et méditative, sur fond de quête de rédemption. »

par François Forestier, pour « L’Obs » : « De cette sourde menace, de ce désir de raconter naît un film unique, fragile et impalpable. »

par Céline Rouden, pour « La Croix » : « L’ombre de la Mafia plane sur ce drame inspiré des tragédies antiques et porté par la présence de son acteur principal, le formidable Pierfrancesco Favino. »

par Nathalie Chifflet, pour « Le Dauphiné libéré » : « Un scénario sans faille, précis et lucide, magnifiquement tourné et habilement composé. »

par La Rédaction, pour « Le Parisien » : « Un drame puissant à l’atmosphère dense et envoûtante, interprété par l’impérial Pierfrancesco Favino. »

 par M. A., pour « Télé Loisirs » : « De cette déambulation dans ses souvenirs qui peuplent les ruelles de la Sanità, enclave napolitaine loin de la mer et des rêves, émane une puissante mélancolie. »

Aurélie Losseau, coordinatrice du 22è « Cinemamed », souligna : « Cette édition a été marquée par de réelles retrouvailles avec le publicCes moments de partage et d’échanges : le fait de prendre le temps d’être ensemble font véritablement partie de l’ADN du Festival. »

Outre « Alcarràs », le « Grand Prix du meilleur Film », les autres Prix décernés sont :

  • « Prix spécial du Jury », « Prix du Public » & « Prix Cineuropa » :

*** « Interdit aux Chiens et aux Italiens » (Alain Ughetto/animation/Ita-Fra.-Sui./2022/70′/film lauréat, en 2022, du « Prix du Jury des longs métrages » &« Prix de la Fondation Gan à la Diffusion », au « Festival international du Film d’Animation », à Annecy)

Interdit aux chiens et aux italiens d' Alain Ughetto

« Interdit aux Chiens et aux Italiens » (Alain Ughetto)

Synopsis : « Début du 20e siècle, dans le nord de l’Italie, à Ughettera, berceau de la famille Ughetto. La vie dans cette région étant devenue très difficile, les Ughetto rêvent de tout recommencer à l’étranger. Selon la légende, Luigi Ughetto traverse alors les Alpes et entame une nouvelle vie en France, changeant à jamais le destin de sa famille tant aimée. Son petit-fils retrace ici leur histoire … »

  • « Prix Cineuropa » ex-eaquo :

*** « Snow and the Bear » (Selcen Ergun/Tur.-All.-Ser./2022/93′)

« Snow and the Bear » (Selcen Ergun)

Synopsis : « Aslı, s’installe dans le petit village enneigé qui lui a été assigné pour son service obligatoire d’infirmière. Si l’hiver y a toujours été rude, cette année, il semble ne pas prendre fin. La rumeur court que les ours, sortis plus tôt de leur hibernation, auraient tué des animaux dans les environs. Bien que personne ne les ait vraiment aperçus, les habitant.e.s ont peur de les voir arriver à leur porte. Un soir, un homme disparaît. Aslı se retrouve prise au milieu d’un tourbillon de relations de pouvoir, de secrets et de doutes … »

  • « Prix RêVolution » :

*** « Sous les Figues » (Sehiri Erige/Tunisie-Fra.-Sui-All.-Qatar/2022/92’/film lauréat, en 2022, du « Bayard d’Or du meilleur Film »au « FIFF » {« Festival International du Film Francophone »}, à Namur) :

Critique : Sous les figues

« Sous les Figues » (Erige Sehiri)

Synopsis : « Au Liban, parmi les arbres, les jeunes femmes et les hommes qui travaillent à la récolte d’été développent de nouveaux sentiments, flirtent, essaient de se comprendre, trouvent et fuient des liens plus profonds … »

  • « Prix du Jury Jeune » :

*** « Alam » (Firas Khoury/Palestine-Fra.-Arabie Saoudite-Tuniie-Qatar/2022/100′ /film lauréat, en 2022, de trois « Prix » {« du Public », « du meilleur Acteur », pour Mahmood Bakri et « Pyramide d’Or du meilleur Film »}, au « CIFF » {« Cairo International Film Festival »}, au Caire).

Alam de Firas Khoury (2021) - Unifrance

« Alam » (Firas Khoury)

Synopsis : « Tamer, étudiant palestinien, ne se mêle pas de politique ; en même temps, le souvenir de son oncle, un activiste physiquement brisé par l’emprisonnement, pèse lourdement sur son esprit. Dès son apparition, il est attiré par une nouvelle camarade de classe, la belle, spontanée et engagée politiquement, Maysaa … »

A noter que le réalisateur palestinien Firas Khoury (°1982) remporta quatre « Prix », en 2019, à Forli, en 2020, à Amantea, Tempere & York, pour son court métrage « Les Jambes de Maradona » (Palestine-All./2019/23′).

  • « Prix de la Critique ‘UCC’-‘UPCB’ «  :

*** « Medirraneen Fever » (Maha Haj/Fra.-All.-Chy.-Qatar/2022/108’/film lauréat, en 2022, du « Prix du meilleur  Scénario »dans la section « Un certain Regard »au « Festival de Cannes »)

Photo du film MEDITERRANEAN FEVER de Maha HAJ

« Medirraneen Fever » (Maha HAJ) © Luxbox

Synopsis : « Walid, Palestinien de 40 ans vivant à Haifa, avec sa femme et ses deux enfants, cultive sa dépression et ses velléités littéraires. Il se lie d’amitié avec son nouveau voisin Jalal, un escroc à la petite semaine. Les deux hommes
deviennent bientôt inséparables: Jalal est persuadé d’aider l’écrivain en lui montrant ses combines et Walid y voit l’opportunité de réaliser un projet secret … »

Notons que la réalisatrice palestinienne, d’origine israélienne, Maha HajNazareth-Israël/1970) a reçu trois « Prix », en 2016, à Haïfa, Montpellier & Philadelphie, pour son premier long métrage « Affaires personnelles » (Israël/2016/88′).

© « Cinemamed »

Le 22è « Cinemamed » ayant pris fin, sa coordinatrice, Aurélie Losseau, souligna : « Cette édition a été marquée par de réelles retrouvailles avec le publicCes moments de partage et d’échanges : le fait de prendre le temps d’être ensemble font véritablement partie de l’ADN du Festival. »

Rendez-vous en décembre 2023, pour assister à la 23è édition du « Cinemamed ».

Yves Calbert.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s