13è « Ramdam Festival », à Tournai, du 13 jusqu’au 23 Janvier

© « Ramdam Festival »

Pour bien commencer l’année 2023, rien de tel que de se rendre à Tournai, pour assister à la 13è édition du « Ramdam Festival », … « le festival du film qui dérange »

Mais en quel sens dérange-t-il : « Dans le sens de qui remue, questionne, suscite écho et débat, interpelle, chambarde, émeut, fait réfléchir, trouble, gêne, choque, importune, transgresse, bref, fait du barouf, du raffut, du vacarme, avec toutes les nuances que la production d’un son comporte : du plus sourd au plus criant, du plus tapageur au plus mélodieux, du plus obsédant au . Pour le plus grand bénéfice de l’esprit critique de spectateur. Au programme, des films d’aujourd’hui, mais aussi d’hier, reflétant le monde d’ici et d’ailleurs et disant, dans toutes les langues, quelque chose de la marche de l’humanité qu’il est urgent d’entendre, de voir, … et de ne pas oublier », écrivent les organisateurs.

10e édition : que le Tournai Ramdam Festival a bien grandi !

Jean-Pierre Winberg, président-fondateur du « Ramdam Festival » © « DH »

Et ce qui a particulièrement dérangé le président-fondateur du Festival, Jean-Pierre Winberg, c’est qu’il n’a pu obtenir, pour le « Ramdam », un film, qui a pu être présent, il y a plusieurs mois, déjà, dans d’autres Festivals, notamment, le mardi 04 octobre 2022, dans le cadre du « FIFF » (« Festival International du Film Francophone »), à Namur, à l’occasion de la Soirée de Gala de la Fédération Wallonie-Bruxelles et de la « RTBF ».

Ne pouvant l’obtenir à Tournai (pourquoi ???), Jean-Pierre Winberg a eu l’excellente initiative d’assurer la promotion de son Festival en dehors de nos frontières, à une trentaine de km de Tournai, à Lille, chef-lieu de la région Hauts-de -France, où nous pourrons assister à la projection de :

*** « Dalva » (Emmanuelle Nicot/Bel.-Fra./2022/80’/film lauréat, en 2022, du« Prix FIPRESCI » {remis par la « Fédération internationale de la Presse cinématographique »} et du « Prix du Rail d’Or » de la « Semaine de la Critique » , au « Festival de Cannes »)

Ce film sera projeté en « Soirée pré-Ramdam », le jeudi 12 janvier, à 20h, à l’ « UGC Ciné-Cité », en présence de la jeune réalisatrice belge, Emmanuelle Nicot, diplômée, à Louvainla-Neuve, de l’ « IAD » (« Institut des Arts de Diffusion »), son court-métrage « A l’Arraché » (2016), ayant obtenu 17 Prix, dont le « Prix de l’Interprétation » (pour Hajar Koutaine)de la compétition nationale, en 2016, au « FIFF ».

Lien de réservations : https://www.ugc.fr/reservationSeances.html?id=330421201032.

Soirée « Pré-Ramdam », à Lille : « Dalva » (Emmanuelle Nicot)

Synopsis : « Dalva a 12 ans mais s’habille, se maquille et se vit comme une femme. Un soir, elle est brusquement retirée du domicile paternel. D’abord révoltée et dans l’incompréhension totale, elle va faire la connaissance de Jayden, un éducateur, et de Samia, une adolescente au fort caractère. Une nouvelle vie semble alors s’offrir à Dalva, celle d’une jeune fille de son âge … »

Par ailleurs, Jean-Pierre Winberg, pas avare d’une initiative, pour que rayonne son Festival, a fait en sorte que les projections de courts-métrages soient incluses, pour la première fois, au sein du « Ramdam Festival », à l’ « Imagix », à Tournai, en dates des samedi 14 et dimanche 15 janvier.

Cinq courts participeront à la compétition nationale (une séance), alors que seize courts seront confrontés en compétition internationale (3 séances), représentant des productions de onze pays (Allemagne, Corée du Sud, Espagne, Etats-Unis, France, Liban, Royaume-Uni, Suède, Suisse, Ukraine & Belgique).

Autre point fort, le « Ramdam » pense, désormais, aux enfants, notamment en courts-métrages, puisque le dimanche 15 janvier (2 séances, l’une pour les 4-8 ans et l’autre pour les 8-12 ans), une programmation internationale « Special Kids » est prévue, 16 films devant être présentés, hors compétition, trois autres pays étant représentés : Irlande, Israël & Taïwan.

Soirée d’Ouverture, le vendredi 13 décembre, à 20h – en présence de l’actrice belge Lubna Azabal, la marraine du « Ramdam », depuis sa première édition -, avec la projection, en avant-première belge de :

*** « The quiet Girl » (Colm Bairéad/Irl./2021/95’/film lauréat, en 2022, d’une quinzaine de Prix, dont un « Grand Prix du Jury international », à la « Berlinale », ainsi que le « Prix du Public », tant au « Festival international de Taïpaï » qu’au « Festival international de Valladolid », où il remporta, aussi, la « Pointe d’Argent »).

« The quiet Girl » (Colm Bairéad)

Synopsis : « Irlande, 1981. Une jeune fille effacée et négligée par sa famille est envoyée vivre auprès d’une famille d’accueil durant l’été. Elle s’épanouit avec eux, mais dans cette maison où il ne devrait pas y avoir de secrets, elle en
découvre un … »

Après la remise des Prix aux lauréats, nous aurons, lors de la Soirée de Clôture, le lundi 23 janvier, à 19h30, la projection de :

*** « La Famille Asada » (Ryôta Nakano/Japon/2020/127’/film lauréat, en 2020, du « Prix Netpac », au « Festival international du Film de Varsovie » et, en 2021, du « Prix de la meilleure Actrice dans un second Rôle », pour Haru Kuroki, aux « Japan Academ Prizes »).

« La Famille Asada » (Ryôta Nakano)

Synopsis : « Un jeune apprenti photographe met en scène sa famille dans de drôles de portraits, qui permettent
à chacun de vivre ses rêves. Le temps passe et son travail finit soudain par être reconnu. Mais, après le tsunami, en 2011, ses clichés prirent une autre dimension … »

Longs métrages de fiction en compétition :

*** « The quiet Girl » (Colm Bairéad/Irl./2021/95’/film projeté en Ouverture du « Ramdam » {voir plus haut})

*** « Le Marchand de Sable » (Steve Achiepo/Fra./2021/106’/avec Benoît Magimel).

Le Marchand de sable: Ophélie
        Bau

« Le Marchand de Sable » (Steve Achiepo)

Synopsis :« Marqué par des années de prison, Djovit modestement chez sa mère avec sa fille. Un jour, une tante quifuit le conflit ivoirien, débarque chez eux avec ses quatre enfants. Dans l’urgence, Djo réussit à lui trouver un local. Très vite, d’autres réfugiés rejoignent sa tante et il doit trouver une solution. Il devient par la force des choses et avec une grosse part d’altruisme, marchand de sommeil … »

*** « Josefina » (Javier Marco/Esp./2021/90’/film projeté en avant-première belge).

Josefina

« Josefina » (Javier Marco)

Synopsis : « Juan, un gardien de prison, observe en silence chaque dimanche la visite de Berta, la mère d’un des prisonniers. Le jour où il parvient enfin à lui parler, il se surprend à s’inventer une fille en prison: Josefina. La belle rencontre de deux solitudes dans un film plein de charme, de sentiments et de délicatesse … »

*** « Feu follet » (« Fogo Fàtuo »/João Pedro Rodrigues/Fra.-Por./2022/67′)

Un moment superbe du film de João Pedro Rodrigues, lorsque le blond Alfonso (André Cabral) et le sculptural Alfredo (Mauro Costa) dansent dans la caserne.

« Feu follet » (« Fogo Fàtuo »/João Pedro Rodrigues)

Synopsis : « Sur son lit de mort, Alfredo, roi sans couronne, est ramené à de lointains souvenirs de jeunesse et à l’époque où il rêvait de devenir pompier. La rencontre avec l’instructeur Afonso, du corps des pompiers, ouvre un nouveau chapitre dans la vie de ces deux jeunes hommes voués à l’amour et au désir et à la volonté de changer le statu quo … »

*** « Nostalgia » (Mario Martone/Ita.-Fra./2022/117’/film projeté en avant-première belge).

Nostalgia

« Nostalgia » (Mario Martone)

Synopsis : « Après 40 ans d’absence, Felice retourne dans sa ville natale: Naples. Il redécouvre les lieux, les codes dela ville et un passé qui le ronge. ‘Nostalgia’ n’est pas qu’une exploration délicate du retour sur les traces de l’adolescence, car se replonger dans son passé n’est pas sans risque pour Felice. Cela fait ressurgir cette amitié, brisée par l’exil, entre deux ados dont les destins ont irrémédiablement bifurqué … »

*** « Le bleu du Caftan » (Maryam Touzani/Fra.-Bel.-Dan.-Maroc/2022/118’/film projeté en présence de l’une des actrices, Lubna Azabal, la marraine du « Ramdam »).

« Le Bleu du caftan »: film marocain,  pré-nommé aux Oscars 2023

« Le bleu du Caftan » (Maryam Touzani)

Synopsis : « Halim est marié depuis longtemps à Mina, avec qui il tient un magasin traditionnel de caftans dans la médina de Salé, au Maroc. Le couple vit depuis toujours avec le secret d’Halim, son homosexualité, qu’il a appris à taire. La maladie de Mina et l’arrivée d’un jeune apprenti vont bouleverser cet équilibre. Unis dans leur amour, chacun va aider l’autre à affronter ses peurs … »

*** « The Son » (« Le Fils »/Florian Zeller/Fra.-UK-USA/2022/123’/film projeté en avant-première belge).

John Light and Laurie Kynaston in The Son.

« The Son » (« Le Fils »/Florian Zeller)

Synopsis : « Nicholas, âgé de 17 ans, n’est plus le garçon souriant qu’il était avant. Alors qu’il ne va même plus encours, sa mère Kate est désemparée. Il va alors demander d’aller vivre chez son père, Peter. Ce dernier va tenter de redonner le goût de vivre à son fils … »

*** « Piaffe » (Ann Oren/All./2022 /86’/film projeté en présence du directeur de la photographie, Carlos Vasquez).

Piaffe

« Piaffe » (Ann Oren)

Synopsis : « Alors que sa sœur Zara souffre d’une dépression nerveuse, l’introvertie Eva est forcée de la remplacer comme bruiteuse pour un projet. Alors qu’elle tente sans grand succès de recréer des sons pour une publicité équestre, une queue de cheval commence à pousser dans le bas de son dos … »

*** « Sick of Myself » (« Syk Pike »/Kristoffer Borgli/Nor.-Suè./2022/95’/film projeté en avant-première belge francophone).

« Sick of Myself (« Syk Pike »/Kristoffer Borgli)

Synopsis : « Signe et Thomas forment un couple toxique qui dégénère lorsque Thomas devient une des figures émergentes de l’art contemporain. Signe décide alors de faire n’importe quoi pour se faire remarquer. Vraiment n’importe quoi … »

*** « Beautiful Beings » (« Berdreymi »/Guðmundur Arnar Guðmundsson/Isl.-Dan.-Suè./2022 /123’/film projeté en avant-première belge).

Critique : Beautiful Beings

« Beautiful Beings » (« Berdreymi »/Guðmundur Arnar Guðmundsson)

Synopsis : « Balli, 14 ans,est une sorte d’inadapté. Il vit avec sa mère toxicomane dans une maison sordide et est malmené par ses camarades de classe. Un beau-père qui «pensait que l’arme n’était pas chargée» lui a laissé un œil de verre. Mais Balli rencontre alors trois garçons de son âge–Addi, Konni et Siggi–et une amitié se noue doucement … »

*** « Houria (Mounia Meddour/Algérie-Fra./2022 /103′)

Houria: Rachida Brakni

« Houria (Mounia Meddour)

Synopsis : « Alger. Houria est une jeune et talentueuse danseuse. Femme de ménage de jour, elle participe à des paris clandestins, la nuit. Mais un soir, où elle a gagné gros, elle est violemment agressée. Ses rêves de carrière de ballerine s’envolent. Entourée d’une communauté de femmes, Houria va retrouver un sens à sa vie en inscrivant la danse dans la reconstruction et sublimation des corps blessés … »

*** « Pornomelancolia » (Manuel Abramovich/Argentine-Brésil-Fra./2022 /94’/film projeté en avant-première belge).

PM Still 2.jpg

« Pornomelancolia » (Manuel Abramovich)

Synopsis : « Quand il ne travaille pas à l’usine, Lalo se met en scène nu pour ses milliers de followers. Suite à un casting, ce «sex-influenceur» argentin devient acteur porno en incarnant Emiliano Zapata dans un film sur la révolution mexicaine. Mais dans la réalité, Lalo semble vivre dans une mélancolie constante … »

*** « Love Life » (Koji Fukada/Fra.- Japon/2022/120’/film projeté en avant-première belge).

« Love Life » (Koji Fukada)

Synopsis : « Taeko vit avec son époux Jiro et son fils Keita dans un appartement en face de chez ses beaux-parentsqui n’ont jamais vraiment accepté ce mariage. Alors qu’un événement tragique vient frapper la famille,Park, l’ancien mari de Taeko réapparaît soudainement dans sa vie … »

*** « Tommy Guns » (« Nação Valente »/Carlos Conceição/Por.-Fra..-Angola/2022/120’/film projeté en avant-première belge francophone).

Critique : Tommy Guns

« Tommy Guns » (« Nação Valente »/Carlos Conceição)

Synopsis : « Années 1970, les Portugais et leurs descendants fuient l’Angola où des groupes indépendantistes récupèrent leur territoire. Ce n’est plus la victoire qui compte, semble-t-il, mais juste survivre et conserver sa santé mentale, quoiqu’il soit probablement déjà trop tard pour ça depuis longtemps … »

*** « Rabiye Kurnaz VS. George W.Bush » (Andreas Dresen/All.-Fra./2022 /119’/avant-première belge).

'Rabiye Kurnaz vs. George W. Bush' Review: Real-Life Drama Made Comic

« Rabiye Kurnaz VS. George W.Bush » (Andreas Dresen)

Synopsis : « Peu après les attentats du 11 septembre 2001, Murat, 19 ans, est accusé de terrorisme et se trouve incarcéré à Guantanamo. Mais sa mère, Rabiye Kurnaz est prête à déplacer des montagnes et à aller à Washington pour prouver l’innocence de son fils. L’odyssée incroyable d’une femme extraordinaire racontée avec beaucoup de verve et d’humour … »

*** « 16 Ans » (Philippe Lioret/Fra../2022 /94’/film projeté en avant-première belge, en présence du réalisateur Philippe Lioret, ainsi que de l’actrice Sabrina Levoye).

« 16 Ans » (Philippe Lioret)

Synopsis : « C’est la rentrée des classes. Les regards de Nora et Léo se croisent et tout est dit. Malgré leur différence sociale et culturelle, ils s’aiment. Mais un incident va provoquer l’affrontement entre les deux familles. Les différences s’exacerbent et le chaos s’installe. Les vies de Nora et Léo vont s’embraser et basculer dans le drame … »

*** « Temps mort » (Eve Duchemin/Bel.-Fra./2022 /118’/film projeté en avant-première belge).

Temps Mort

« Temps mort » (Eve Duchemin)

Synopsis : « Pour la première fois depuis longtemps, trois détenus se voient accorder une permission d’un week-end. 48h pour atterrir. 48h pour renouer avec leurs proches. 48h pour tenter de rattraper le temps perdu … »

*** « De grandes Espérances » (Sylvain Desclous/Fra./2022 /105’/film projeté en avant-première belge).

de-grandes-esperances-sylvain-desclous- critique-film

« De grandes Espérances » (Sylvain Desclous)

Synopsis : « Eté 2019. Tout juste diplômée de Sciences Po, Madeleine part préparer les oraux de l’ ‘ENA’, en Corse avec Antoine, son amoureux avec qui elle partage des convictions politiques assez tranchées. Sur une petite route déserte, une rencontre imprévue va sceller leur destin. Le secret qui les lie désormais pèsera lourd sur leur future carrière … »

*** « How to Blow Up a Pipeline » (Daniel Goldhaber/USA/2022/74’/film projeté en avant-première belge).

How to Blow Up a Pipeline

« How to Blow Up a Pipeline » (Daniel Goldhaber)

Synopsis : « Résonnant et fascinant, cet éco-thriller voit une équipe de jeunes militants écologistes de tout le pays seréunir pour une mission dangereuse visant à saboter un oléoduc américain. Inspiré par le livre du même nom du scientifique suédois Andreas Malm, Goldhaber exécute ici une histoire intelligemment racontée sur une nouvelle génération désespérée face à la crise climatique croissante … »

*** « Noémie dit oui » (Geneviève Albert/Canada/2022 /116’/film projeté en avant-première belge, en présence de la réalisatrice québécoise Geneviève Albert).

La réalisatrice Geneviève Albert en compagnie de l'actrice Kelly Depeault. 

« Noémie dit oui » (Geneviève Albert)

Synopsis : « Noémie, une adolescente impétueuse de 15 ans, vit dans un centre de jeunesse depuis trois ans. Lorsqu’elle perd tout espoir d’être reprise par sa mère, Noémie fugue du centre en quête de repères de liberté. Elle va rejoindre son amie Léa, une ancienne du centre, qui l’introduit dans une bande de délinquants. Bientôt, elle tombe amoureuse du flamboyant Zach, qui lui demande d’être escorte le temps du Grand Prix de Formule 1, à Montréal … »

*** « Klondike » (Maryna Er Gorbach/Ukr./2022/100’/film projeté en avant-première belge francophone).

30c708cf f3fa 4a7b ad0d 156a8bb0df60

« Klondike » (Maryna Er Gorbach)

Synopsis : « 2014.Irka et son mari Tolik habitent dans la campagne du Donbass, dans l’est de l’Ukraine. Le 17 juillet, un obus séparatiste éventre (par erreur!) leur maison. Quelques jours plus tard un avion de ligne ‘MH17’ est abattu et s’écrase près de leur village, qui tombe sous l’empri se des troupes russes. Tolik veut alors évacuer son épouse en territoire ukrainien inoccupé. Mais Irka, enceinte, veut à tout prix rester à la maison … »

*** « The silent Twins » (Agnieszka Smoczynska/Pol.-USA-UK/2022/113’/film projeté en avant-première belge).

La prestation du duo d’actrices est irréprochable. Leticia Wright et Tamara Lawrance confirment leur statut de talents à suivre. Les deux interprètes, certes pas jumelles pour deux sous, restituent brillamment la complicité maladive des soeurs Gibbons autant que leur rivalité chronique.

L. Wright et T. Lawrance, dans « The silent Twins » (A. Smoczynska) © Photo : L. Bak/« Focus Feature »

Synopsis : « Au début des années, 1970, au Pays de Galles, June et Jennifer Gibbons, deux sœurs jumelles totalement fusionnelles, ont peu à peu résolu de se murer dans leur silence vis-à-vis de leur famille et du monde extérieur. Tandis que leur scolarité semble de plus en plus incertaine, elles s’inventent, dans leur chambre, un univers parallèle, où elles peuvent laisser libre cours à leur imagination foisonnante … »

*** « Harka » (Lotfy Nathan/Fra.-Lux.-Tunisie/2022/90′).

« Harka » (Lotfy Nathan) © « Dulac Distribution »

Synopsis : « Ili, jeune tunisien, rêvant d’une vie meilleure, vit une existence solitaire, en vendant de l’essence de contre bande au marché noir. A la mort de son père, il doit s’occuper de ses deux sœurs cadettes, livrées à elles-mêmes. Face à cette soudaine responsabilité et aux injustices auxquelles il est confronté, Ali s’éveille à la colère et à la révolte. Celle d’une génération qui, plus de dix ans après la révolution, essaie toujours de se faire entendre … »

*** « Men of Deeds » (Paul Negoescu/Rou./film lauréat, en 2022, du « Prix d’Interprétation », pour Iulian Postelnicu, & d’une « Mention spéciale du Jury », au « FIFF », à Namur).

PLM 20222

« Men of Deeds » (Paul Negoescu)

Synopsis : « Ilie, commissaire de police dans une petite bourgade veut continuer à mener sa petite vie bien tranquille mais sa passivité lors d’une série d’événements violents fait de lui un complice d’actes criminels. Dans la petite ville, la tension monte. Ilie n’a pas d’autre choix que de prendre une décision radicale … »

 Premier pied à l’étrier le 13 janvier pour la projection de «The Quiet Girl» lors de la soirée d’ouverture.

L’équipe du 13è « Ramdam Festival » © « DH »

Ainsi donc, ce sont pas moins de 24 fictions qui seront en compétition (13 projetées en avant-premières belges & 3 en avant-premières belges francophones), dont les productions nous proviennent de 25 pays (Allemagne, Algérie, Angola, Argentine, Brésil, Canada, Danemark, Espagne, Etats-Unis, France, Irlande, Islande, Italie, Japon, Luxembourg, Maroc, Norvège, Pologne, Portugal, Roumanie, Royaume Uni, Suède, Tunisie, Ukraine & Belgique), ce qui nous change de la traditionnelle dizaine de films des autres festivals.

Autre différence essentielle, le Jury sera, comme chaque année, pour les fictions, le public. Seule exception, pour les 11 documentaires en compétition, le Prix sera décerné après délibération, non pas de trois journalistes, comme ailleurs, mais de sept critiques de cinéma, représentant « L’Avenir » (Audrey Ronlez), « CinéFemme » (Christie Huysmans, présidente du Jury), « Le Soir » & « Le Vif » (Caroline Dunski), « No Télé » (Aniko Ozorai), « Pacifique FM » (Patrick Allard), (la « RTBF » (Pierre Wuidart) & l’ « UPCB » (« Union de la Presse Cinématographique Belge »/Constant Carbonelle, aussi journaliste pour « Cinergie » & « L’Avenir »), dont les trois critères de sélection seront la qualité d’investigation, la recherche cinématographique et, particularité du « Ramdam », le caractère dérangeant des films.

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est TOURNAI-RAMDAM-FEST-logo_opt-2-300x225.jpg

© « Ramdam Festival »

Indéniablement, le côté international du « Ramdam Festival » est encore renforcé par les pays produisant les documentaires, tels l’Arabie Saoudite, le Chili, la Colombie, la Palestine, la République Centrafricaine, la République Démocratique du Congo, la Suisse & le Vietnam.

Parmi ces documentaires, notons la programmation de :

*** « Eleven Days in My » (Mohammed Sawwaf & Michael Winterbottom/UK & Palestine/2022/85’/film déconseillé aux moins de 12 ans, projeté en avant-première belge francophone).

« Eleven Days in May » (Mohammed Sawwaf & Michael Winterbottom)

Synopsis : « Déchirant, implacable et sans remords, ce film reproduit l’impact émotionnel et le coût humain de 11 jours de bombardements sur Gaza, en 2021 tuant plus de 250 personnes dont plus de 60 enfants palestiniens. Le nombre de victimes du côté israélien est estimé à 13, selon ses responsables, dont deux enfants … »

Soulignons que le réalisateur britannique, Michael Winterbottom, a remporté, en 2003, à la « Berlinale », pour son film « In This World » (UK/2002/88′), l’ « Ours d’Or », &, en 2006, pour « The Road to Guantanamo » (UK/2006/95′), l’ « Ours d’Argent du meilleur Réalisateur ».

Interdit aux chiens et aux Italiens ©Lux Fugit_Les Films du Tambour de Soie

« Interdit aux Chiens et aux Italiens » (Alain Ughetto)

Comme pour les courts-métrages, le « Ramdam » pense aux enfants, avec sa section « Parents admis » :

*** « Comedy Queen » (Sanna Lenken/Suè./2022/93’/film accessible dès 12 ans, projeté en avant-première belge).

*** « Nezouh » (Soudade Kaadan/UK-Syrie-Fra./2022/103’/film accessible dès 14 ans).

*** « Un Amour de Cochon » (Mascha Halberstad/P.B.-Bel./animation/2022/72’/film accessible dès 6 ans, projeté en avant-première belge).

*** « Interdit aux Chiens et aux Italiens » (Alain Ughetto/Fra.-Bel.-Sui.-Ita.-Por./animation/2021/70’/film accessible dès 10 ans, projeté en avant-première belge).

*** « Shabu » (Shamira Raphaela/P.B./documentaire/2021/75’/film accessible dès 12 ans, projeté en avant-première belge).

*** « Les Têtes givrées » (Stéphane Cazes/Fra./2022/film accessible dès 14 ans, projeté en avant-première belge).

Soulignons que sur ces six films, cinq sont projetés en avant-premières belges.

Et pour occuper nos enfants de 04 à 12 ans, lorsqu’ils ne sont pas en salles et que nous découvrons un film, en toute tranquillité, un « Ramdam Poppin » est organisé, gratuitement, les samedi 21 et dimanche 22 janvier, des animations , ateliers & jeux leur sont gracieusement offerts, un encadrement de qualité étant garanti.

En outre, notons que des projections scolaires sont également organisées.

Apprêtons-nous donc à être « dérangés » par ce 13è « Ramdam Festival » !

© « Ramdam Festival »

Organisation : du vendredi 13 jusqu’au lundi 23 Janvier. Prix par séance : 9€ (4€, pour les étudiants). Prix des Pass : 25€, pour le « Student Pass » (7 longs métrages & 4 séances de courts, à l’exception des 2 séances pour enfants) ; 35€, pour le « Light Pass » (5 longs métrages & une séance de courts) ; 50€, pour le « Fan Pass » (10 longs métrages, 2 longs en matinées, une séance de courts & un petit-déjeuner, le second week-end) ; 65€, pour le « Morning & Fun Pass » (15 longs métrages, 6 longs en matinées, 5 séances de courts, les petits déjeuners du second week-end, l’invitation au vernissage du vendredi 06 janvier & une séance « art & essais », en Wallonie Picarde, valable jusqu’au vendredi 30 juin) ; & 75€, pour le « VIP Pass » (les 42 longs métrages, les 6 courts, avec une place gratuite pour un enfant aux 2 séances « Kids », les ateliers & conférences, les petits déjeuners du second week-end, l’invitation au vernissage du vendredi 06 janvier & une séance « art & essais », en Wallonie Picarde, valable jusqu’au vendredi 30 juin & un cadeau spécial à venir chercher au « Desk Ramdam »). Achats en ligne : https://tickets.imagix.be/schedule/events/15. Site web : https://www.ramdamfestival.be.

« I am 14 » (exposition à la « Galerie Rasson ») © Bénédicte Vanderreydt

A noter l’organisation de trois expositions, libres d’accès :

créations de la photographe belge Bénédicte Vanderreydt, qui écrivit : « C’est par le travail que l’on peut s’exprimer , car c’est l’unique manière de montrer au monde qui l’on est ». Lauréate, en 2014, en France, de la « Bourse du Talent », diplômée de l’ « IHECS » (« Institut des Hautes Études des Communications Sociales »), à Bruxelles et des « Gobelins », à Paris, cette artiste s’intéresse essentiellement à la condition de la femme et à la construction sociale de la féminité, de l’adolescence à l’âge adulteVernissage, le vendredi 06 janvier, à 18h. Table ronde et performance, le vendredi 24 février, à 18h, à la « Galerie Rasson », sise au 13 de la rue de Rasse.

affiches proposées pour le « Ramdam », par les étudiants de 27 et 3è de l’ « Institut Saint-Luc », de Tournai. Vernissage, le lundi 16 janvier, à 13h, à l’ « Imagix ».

portraits de femmes, accompagnées par le « Samusocial », réalisés par le photographe belge Gaël Turine, accompagnés de textes d’Anne-Cécile Huwart. Vernissage, le samedi 14 janvier, à 14h, à l’ « Imagix »

Yves Calbert.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s