« BRUSSELS ART NOUVEAU AND ART DÉCO » (5È FESTIVAL « BANAD »), DURANT trois WEEK-ENDS, DU 22 MAI AU 06 JUIN

© « Banad Festival »

Reporté depuis le mois de mars, à cause de la crise sanitaire, le 5è Festival « BANAD » (« Brussels Art Nouveau & Art Déco ») – organisé par les associations « Arkadia », « ARAU » (« Atelier de Recherce et d’Action Urbaine »), « Bruxelles Bavard » et « Pro Velo », réunies par le réseau « Explore Brussels » nous accueillera, en 41 lieux, répartis dans 13 communes de la capitale européenne (Anderlecht, Bruxelles, Etterbeek, Forest, Ganshoren, Ixelles, Koekelberg, Laeken, Saint-Gilles, Saint-Josse-ten-Noode, Schaerbeek, Uccle et Watermael-Boitsfort), durant trois week-ends successifs, entre le samedi 22 mai et le dimanche 06 juin, sachant que des conférences et autres événements seront organisés en semaine, entre ces deux dates.

A l’occasion de la conférence de presse, organisée dans la Basilique du SacréCoeur, Art déco, à Koekelberg, la présidente du réseau « Explore Brussels », Marion Alecian, nous confia : « La crise nous montre que les Bruxellois ont besoin de redécouvrir leur patrimoine bâti. Pas seulement le public restreint à qui on nous reproche parfois de surtout nous adresser, mais le grand public, partout dans Bruxelles. »

Basilique du Sacré Coeur, Art déco, vitrail contemporain de Kim En Joong

Vu les rares touristes étrangers actuellement présents en Belgique, c’est avant tout aux Belges que ce Festival s’adresse, aux Bruxellois, plus particulièrement, eux qui ne connaissent pas assez leur propre Ville. Ainsi, lors de sa prise de parole, l’Echevine de la Culture de Bruxelles, Delphine Houba , déclara que c’était la première fois qu’elle pénétrait à l’intérieur de la Basilique de Koekelberg, l’occasion pour elle de découvrir les vitraux et céramiques de l’artiste sud-coréen Kim En Joong (°1940), ami du cardinal Godfried Danneels (1933-2019), ainsi que le superbe panorama sur Bruxelles.

Villa Beau-Site, Art nouveau

Durant le premier week-end, les 22 et 23 mai, nous resterons dans le sud-ouest de Bruxelles, avec de nouveaux lieux, tels l’immeuble d’appartements Ramaekers , Art déco, à Ixelles, ainsi qu’à Forest, la « Villa Beau-Site », qui était la maison personnelle de l’architecte Paul Hamesse(1877-1956), qui, réputée pour sa remarquable fenêtre circulaire, doublée d’une loggia, constitue sans nul doute l’une des maisons les plus emblématiques de l’Art nouveau bruxellois.

Villa Empain, Art déco

Piscine de la Villa Empain © Ph. : Sophie Voituron/ « EB »

Nous pourrons, aussi, (re)découvrir la « Villa Empain », Art déco, à Ixelles, due à l’architecte belgo-suisse Michel Polak (1885-1948), qui, après avoir été le siège de l’Ambassade d’URSS, puis de « RTL », fut longtemps abandonnée, avant d’être minutieusement restaurée par l’architecte bruxellois Francis Metzger(°1947). Construite pour le Baron Louis Empain (1908-1976), avec son vaste hall marbré, sa petite salle de bain, sa verrière et sa fabuleuse piscine, son architecture se situant dans la lignée du « Palais Stoclet », réalisé sous la conduite de l’architecte autrichien Joseph Hoffmann (1870-1956). A noter que la « Fondation Boghossian », centre d’art et de dialogue entre les cultures d’Orient et d’Occident, propriétaire de la « Villa Empain », y organise, jusqu’au dimanche 24 octobre, l’exposition « Icons », que nous pourrons visiter.

Palais des Beaux-Arts, Art déco
Salle Henry le Boeuf, au Palais des Beaux-Arts © Ph. : Michael-Falke

Le deuxième week-end, les 29 et 30 mai, nous permettra de découvrir le centre et l’ouest de la Ville, avec, pour la première fois, l’accès à l’ancienne chocolaterie biscuiterie « Victoria », à Koekelberg, mais aussi au « Palais des Beaux-Arts » (« Bozar »), à Bruxelles-Ville, dont l’architecture Art-Déco est due à l’architecte belge Victor Horta (1861-1947).

Hôtel Solvay, Art nouveau, « Patrimoine mondial de l’UNESCO » © Ph. : Sophie Voituron/ »EB »

Durant ces deux premiers week-ends, deux intérieurs de l’avenue Louise, à Bruxelles-Ville, se doivent d’être visités, l’ « Hôtel Solvay » et l’ « Hôtel Max Hallet », tous deux Art nouveau, signés Victor Horta. Le premier, inscrit sur la liste du« Patrimoine mondial de l’UNESCO », est réputé pour ses 23 marbres et 17 essences de bois se déclinant dans des gammes de couleurs rouges-oranges, renforçant cette indéniable atmosphère de luxe souhaitée, un budget sans limite ayant été attribué pour réaliser cette superbe maison de maître. Le second, d’une sobriété élégante, se distingue par son escalier en marbre blanc, courbes et contre-courbes s’entremêlant au sein des différentes pièces de cet autre hôtel particulier, qui, d’une grande luminosité intérieure, possède une façade de 14 m de long, réalisée en pierre calcaire d’Euville.

Hôtel Max Hallet, Art nouveau

Ouvert à notre attention, uniquement le samedi 22, le « Centre culturel Flagey », Art déco, signé par l’architecte bruxellois Joseph Diongre(1878-1963). Anciennement connu sous le surnom de « Paquebot Flaget », il fut occupé par l’ « INR » (« Institut National de Radiodiffusion »), devenu « RTB », en 1960. Fermé de 1995 à 1998, possédant plusieurs salles de spectacles, il est mondialement réputé pour la qualité de son son accoustique, le « Concours Reine Elisabeth » 2021, s’y déroulant actuellement, sans public, crise sanitaire oblige. Siège du « Brussels Philarmonic », son « Studio 4 » fut le lieu d’enregistrement de la musique du film « The Artist », primé dans différentes villes américaines, jusqu’à Hollywood.

Centre culturel Flagey, Art déco
Studio 4, au Centre culturel Flagey

Pour le troisième week-end, les 05 et 06 juin, consacré au nord et à l’est de la capitale, une partie des visites pourra se faire à vélo, encadré par un guide, grâce aux packages « Saturday ou Sunday by Bike ».

Hôtel Otlet, Art nouveau © « Be Culture »

En outre, grâce à « Urban Sketchers Belgium ». qui met en avant la valeur artistique, narrative et pédagogique
du dessin « in situ », des « croqueurs » seront actifs devant diférents bâtiments programmés par ce 5è Festival « BANAD ». Nous pourrons apprécier leur travail, en ouverture de la Soirée de Clôture, programmée – sous réserve d’éventuelles nouvelles décisions sanitaires – dans les locaux de l’ « Os à Moëlle », avenue Emile Max, 153, à Schaerbeek.

Musée Horta, Art nouveau © Ph. : Paul-Louis/ »Sofam »

Par ailleurs, durant ce dernier week-end, pour la première fois, un « workshop upcycling » est programmé au « Musée Horta », à Saint-Gilles, une rencontre avec l’artiste saint-gilloise Isabelle Azaïs y étant prévue, des visites guidées y étant organisées.

29
Salle « Grand Eldorado », Art déco, à l’ « UGC-De Brouckère »

Egalement, nous sommes invités à la « Foire d’Objets et Salon des Restaurateurs du Patrimoine »,à l’ « Ecole N° 13 », à Schaerbeek, dans le cadre d’un superbe complexe scolaire Art nouveau de l’architecte belge Henri Jacobs (1907-1922). Le dimanche 06 juin, des expertises seront assurées par Jean-Jacques Wattel de la « Maison Tajan » (Paris). Durant ces deux jours, nous serons sensibilisés au patrimoine bruxellois, alors qu’une cinquantaine de collectionneurs et marchands présenteront à la vente des afficheslivresobjets, petits meubles avec une mise à l’honneur de la céramique, de l’édition, de l’orfèvrerie et du verre.

Ecole N° 13, Art nouveau

La Soirée de Clôture est programmée, le dimanche 06 juin, à l’ « Os à Moëlle », le plus ancien cabaret de Bruxelles, sis à Schaerbeek. Au sein de ce café-théâtre, à 20h15 (ouverture des portes à 19h), nous pourrons nous plonger dans l’atmosphère élégante et unique d’un spectacle burlesque hors du temps, proposé par « Lili Mirezmoi & Cie », des artistes sensuelles et pétillantes, un brin déjantées mais toujours légères. Libre à nous d’y assister en tenues glamour ou autres. Prix d’entrée : 18€.

Soirée de Clôture, avec « Lili Mirezmoi », à l’ « Os à Moëlle », le 06 juin, à 20h15

Cette année, une attention particulière est mise sur les visites inclusives, avec des visites en audiodescription  (deux édifices Art déco, la « Villa Empain » – due à l’architecte belgo-suisse Michel Polak {1885-1948} -, à Ixelles, et l’église Sainte-Suzanne – due à l’archiecte belge Jean Combaz{1896-1979}, à Schaerbeek), ainsi que d’autres en langue des signes(« Bibliothèque Solvay », Art ouveau, à Bruxelles-Ville), sans oublier la programmation de parcours guidés autour des étangs d’ Ixelles, accessibles à un public déficient visuel et aux personnes à mobilité réduite. A souligner que des visites seront également proposées aux personnes en cours d’alphabétisation

Eglise Sainte-Suzanne, Art déco © Ph. : Sophie Voituron/ « EB »
Bibliothèque Solvay, Art nouveau

Pour les enfants et les familles, des activités sont prévues durant tout le Festival. Ainsi, le « BANAD » nous propose deux ateliers, l’un musical, à la « Maison Autrique », Art nouveau, à Schaerbeek– due à Victor Horta, à l’attention de son ami Eugène Autrique (1860-1912), ingénieur chez « Solvay »-, l’autre créatif, à la « Bibliotheca Wittockiana », à Woluwe-Saint-Pierre, ainsi que des visites interactives dans les coulisses du « CIVA » (« Centre International pour la Ville, l’Architecture et le paysage »), à Ixelles, et au « Centre Culturel », à Schaerbeek, où nous bénéficierons d’une visite guidée de l’exposition didactique « Louis & Moi », Par ailleurs, une soirée de jeu de table devrait être organisée à la « Maison Cauchie », à Etterbeek, le mercredi 02 juin, à 18h et 20h. L’occasion de découvrir le jeu « Bruxelles 1897 », avec son créateur Etienne Espreman.

Maison Autrique, Art nouveau

Parmi les expositions proposées en visites guidées, notons :

*** « La Collection Gillion Crowet », au « Musée Fin de Siècle » (sis au sein du « Musée des Beaux-Arts »), à Bruxelles-Ville, les samedi 22, dimanches 23 et 30 mai, à 15h : une collection patiemment constituée dans les années 1960, avec de chefs-d’oeuvres de Jean Delville, Emile Gallé, Victor Horta, Fernand Khnopff, Louis Majorelle, Gustav-Adolf Mossa, Alfons Mucha et Philippe Wolfers, rasssemblée par Anne-Marie Crowet et Rolland Gillion, nous dévoile une redécouverte du Symbolisme et de l’Art nouveau. La magie des bois précieux et les plus raffinées déclinaisons du verre dialoguent avec le sourire des sphinges et les sortilèges des lignes fluides et dynamiques. Partout, tout n’est que « luxe, calme et volupté », mais aussi accomplissement du rêve de l’art total.

« La Nature » (Alphonse Muca), « Collection Gillion Crowet »/ »Musée Fin de Siècle » © « RTBF »

*** « Belgish Design Belge », une exposition réalisée grâce au soutien de la « Fondation Roi Baudouin » et de la « Loterie Nationale », au « Design Museum Brussels »(ancien « ADAM Museum »), à Laeken, le samedi 05 juin, à 13h : des pièces d’époques, de matériaux, de statuts et de natures différentes, tissent côte à côte une histoire du design en Belgique.

*** « Le Livre comme Témoin du Passage de l’Art Nouveau à l’Art déco », à la « Bibliotheca Wittockiana », à Woluwe-Saint-Pierre, le dimanche 06 juin, à 14h : d’une manière tout à fait inédite, une vingtaine d’ouvrages exceptionnels, sortis des réserves du musée, nous permettront de comprendre la transition de l’Art nouveau à l’Art déco.

*** « Louis et Moi », au « Centre culturel », à Schaerbeek, le dimanche 06 juin, à 14h : une expo didactique, richement illustrée, évoquant l’œuvre architecturale du Belge Louis Tenaerts(1898-1994) – qui, selon lui, s’élèverait à 1.635 immeubles -, mais aussi l’urbanisation de Bruxelles durant l’entre-deux guerres.

*** « Les Coulisses du ‘CIVA’, Art nouveau et Art déco », au « CIVA » (« Centre International pour la Ville, l’Architecture et le paysage »), à Ixelles, le mercredi 19 mai, à 18h : des plans et dessins originaux, des pièces de mobilier, des photographies anciennes, des ferronneries, des pierres taillées, … nous permettront de (re)découvrir les multiples formes de l’Art nouveau et de l’Art déco, tout en nous exerçant à les différencier. Rassemblés depuis la fin des années soixante, les centaines de milliers de documents que conserve le « CIVA » nous offrent, au-delà de leur qualité esthétique, un panorama unique de la création architecturale et paysagère
belge des XIXè et XXè siècles. A noter que le samedi 22 mai, à 13h30, alors que les adultes visiteront ce lieu, les enfants bénéficieront de leur propre visite, profitant de jeux et d’étapes créatives, qui leur permettront d’emporter leurs créations et crnets d’explorations.

« Salon 1910 et les autres Voitures d’avant Guerre » © « Autoworld »

*** « Salon 1910 et les autres Voitures d’avant Guerre », à l’ « Autoworld », à Bruxelles-Ville, le dimanche 06 juin, à 16h : dans une ambiance d’époque, réalisée sur base de photos et de reproductions, avec l’exposition, éminemment didactique, d’une trentaine de voitures, comme celles vendues dans les Salons automobiles du début du siècle dernier, des photographies et vidéos d’époque, sachant que de 1902 à 1934, les bâtiments abritant « Autoworld » et le « Musée de l’Air et de l’Espace » accuellirent les « Salons de l’Automobile et du Cycle ».

Taverne L’Espérance, Art déco

D’intéressantes conférences seront données à l’ « ULB », à Ixelles, les jeudis 20 mai, 27 mai et 03 juin :

*** « Art nouveau, Art déco : Regards croisés d’architectes », le jeudi 20 mai, à 19h30 : une découverte de ces deux styles d’architectures, en analysant les oeuvres de l’architecte belge Antoine Courtens (1899-1969) et de Victor Horta. Avec eux, nous sommes au début du XXè siècle, époque où Bruxelles est le théâtre d’une révolution en architecture, d’un mouvement de rupture avec les traditions, de libération des formes et d’inventivitéouvrant les portes de la modernité. Comment est-ce arrivé et pourquoi ? Comment reconnaître l’Art nouveau de l’Art déco, entre les jungles métalliques de Victor Horta et les palais géométriques d’Antoine Courtens ?

Hôtel Hele, Art nouveau

*** « Domestiques au XIXè et XXè siècles – L’habitat bruxellois pouvait en cacher mais pas les ignorer », le jeudi 27 mai, à 18h : à Bruxelles, nous trouvions, dans les demeures bourgeoises, des espaces réservés aux domestiques, dans le respect d’une certaine vie privée. Nous découvrirons ainsi ce monde oublié des domestiques, aux XIXè et XXè siècles, au travers de leur histoire sociale vécue dans ces demeures, qui les cachaient. Si, à cette époque, cette domesticité est souvent ignorée, comme aux siècles précédents, elle restait l’un des signes extérieurs de richesse de leurs maîtres.

*** « L’Art Nouveau et la Mode », le jeudi 03 juin, à 18h30 : durant la« Belle Epoque », accessoires, tissus, et vêtements témoignaient, à des degrés divers, de l’influence de l’Art nouveau sur la mode. Les lignes souples et le style floral s’accordaient à merveille avec la silhouette féminine des années 1900. Voulant révolutionner l’art et le cadre de vie, les artistes du mouvement Art nouveau se sont naturellement intéressés aux arts textiles et à la mode. Certains avaient même poussé leur réflexion, jusqu’à repenser le vêtement féminin, proposant de nouvelles formes vestimentaires en adéquation avec un style de vie moderne.

Hôtel Hele, Art nouveau

Détail de la façade de la Maison Cauchie © Ph. : François Cambier

Soulignons qu’afin que les visites et activités puissent être accessibles au plus grand nombre d’entre nous, celles-ci seront disponibles à tarif réduit (-25%) et la majorité d’entre elles seront accessibles aux « Article 27 » (1€25), la gratuité étant accordée aux moins de 12 ans.

Peinture intérieure de la Maison Cauchie © Paul Vercheval

Pour tous renseignements complémentaires, concernant les différents prix d’entrées, les inscriptions obligatoires, les heures de visites guidées en néerlandais et en anglais, consultez le site web : http://www.banad.brussels. Contacts : 02/319.50.01.

Yves Calbert.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s