Au « Musée Félicien Rops » et au « Delta », Expositions prolongées du 19 Mai au 23 Août

Exposée au « Delta » : « Nightwatch II » (2016) © Peter Saul/« Artist’s Rights Society », New York

Ce mardi 19 mai, après plus de deux mois de pause sécuritaire, les musées ont l’autorisation fédérale de réouvrir leurs portes,… un premier pas, plein d’espoir, dans le précieux retour de la Culture en nos murs

240.000 personnes avaient assisté à la 24è édition de « Namur en Mai », en 2019. Du jeudi 21 au samedi 23 mai 2020, la Capitale wallonne devait, pour la 25è fois, s’égayer par la présence des artistes de rue, ces moments d’intense plaisir étant reportés en 2021, du jeudi 13 au samedi 15 mai.

Un bonimenteur dans les rues de © « Namur en Mai »/asbl « Nem »/2019

*** Animations virtuelles, du jeudi 21 au dimanche 24 mai :

Pas de bonimenteurs donc dans les rues, cette année,… sinon deux d’entre eux, qui, grâce au Service de la Culture de la Province de Namur, seront présents au sein du« Musée provincial Félicien Rops », du jeudi 21 au dimanche 24 mai 2020, de 14h à 16h, pour nous offrir leur spectacle : « Hotline Félicien Rops ».

Les bonimenteurs Alphonse et Nicole, guides du © « Musée Félicien Rops »/Prov. de Namur

A chacun d’entre nous de pouvoir accueillir, à la maison, Nicole (Coline Zimmer), une miss météo en devenir, et Alphonse (Vincent Huertas), un commentateur sportif, tous deux s’improvisant guides, au« Musée provincial Félicien Rops », ayant l’art de raconter des histoires sur un ton décalé ! Un entresort déjanté, bien dans l’ambiance de « Namur en Mai »  ! Découvertes, interactions et rires garantis. Une mise en scène de Vincent Zabus.

Le magicien Benjamin Ghislain et ses « Dames au Pantin »  © « Musée Félicien Rops »/Prov. de Namur

Aux mêmes dates, de 10h à 12h, « Félicien Rops, illusionniste ? » : nous accueillerons un mentaliste, enfermé au « Musée provincial Félicien Rops », Benjamin Ghislain, un magicien, qui nous invitera à assister à son interprétation très personnelle de la série des « Dames au Pantin », chères à Félicien Rops.

« La Dame au Pantin » (Félicien Rops) © « Musée Félicien Rops »/Province de  Namur

Pour participer à l’une de ces deux animations, chacune de 30′, à notre domicile, il nous faut nous inscrire suraccueil.rops@province.namur.be

  • 1/ Nous écrivons le jour qui nous convient le mieux ainsi que notre numéro de gsm.
  • 2/ Le « Musée provincial Félicien Rops » nous recontactera en nous envoyant une invitation à une « réunion » « Zoom » (via notre ordinateur ou notre smartphone) avec la date et l’heure où nous devrons nous connecter.
  • 3/ A l’’heure précise prévue, nous devrons nous connecter avec le lien reçu… Que le spectacle commence ! …

Notons que les places sont limitées pour nous offrir un contact individuel de qualité avec le magicien et/ou les deux bonimenteurs, 4 connexions étant programmées par spectacle, toutes les demi-heures… N’hésitons donc pas à nous inscrire le plus rapidement possible.

Attention : Notre choix de jour peut être modifié, en fonction des plannings.

*** Réouverture du « Musée provincial Félicien Rops », dès ce mardi 19 mai, à 10h :

Scénographie de la Collection permanente (1er étage) © « Musée Félicien Rops »/Prov. de Namur

A souligner que, dans le même temps, dès ce mardi 19 mai, le « Musée provincial Félicien Rops » nous attendra à nouveau, sachant que, comme dans tous les autres musées, différentes mesures de sécurité sanitaire seront d’application :

accès au « Musée provincial Félicien Rops » sur réservation préalable : 081/77 67 55 ou 081/77 54 94.

respect de l’horaire convenu. En cas de retard, postposition possible de la visite prévue.

visites réservables toutes les 20 minutes, de 10h à 16h40 (dernier départ).

pas de vestiaire : casiers indisponibles et sacs trop encombrants refusés.

possibilité, gratuitement, de télécharger l’audio-guide (appli « Musée Rops »).

utilisation interdite de l’ascenseur, sauf pour les PMR (personnes à mobilité réduite).

port du masque obligatoire, pour les visiteurs de + de 12 ans (chacun étant invité à venir avec son masque).

dès l’entrée, invitation à nous laver les mains avec du gel hydro-alcoolique.

suivre le sens du marquage au sol, avec interdiction de revenir en arrière.

respect obligatoire d’une distanciation d’1m50 entre chaque visiteur.

durée maximale de notre visite : une heure.

dans la boutique, se désinfecter les mains, avant de manipuler objets divers et catalogues.

Ceci peut paraître rébarbatif, mais réjouissons-nous de cette réouverture tant attendue et respectons ces consignes sécuritaires, pour les autres et pour nous-mêmes.

Par ailleurs, soyons d’autant plus heureux en apprenant que la maison mitoyenne au « Musée provincial Félicien Rops » a été rachetée par le « Fonds Tilmon » de la « Fondation Roi Baudoin », nous garantisant, grâce à cet espace supplémentaire, un futur particulièrement accueillant.

Ouverture : du mardi au dimanche, de 10h à 18h (tous les jours en juillet et août). Prix d’entrée (exposition temporaire et collection permanente combinées) : 5€  (2€50, en prix réduit /0€, pour les – de 12 ans et les « art. 27 ». Prix  d’entrée pour la seule exposition temporaire  : 3€ (1€50/1€/0€). Catalogue : Ed. « Province de Namur » (Emilie Berger, Véronique Carpiaux, Hervé de Bonvoisin, Coralie Massin & Bertrand Tillier/ broché/120 p./120 illustrations/15€). Site web : http://www.museerops.be.

*** « Mars (1849-1912), Dessinateur et Collectionneur de Rops », jusqu’au dimanche 23 août :

Autre motif de grande satisfaction, l’intéressante exposition temporaire, prévue jusqu’au dimanche 17 mai, est prolongée jusqu’au dimanche 23 août.

Pour en savoir plus sur « Mars » (Maurice Bonvoisin/1849-1912) et sa relation professionnelle avec Félicien Rops, référons-nous à notre lien : https://brussels-star.com/2020/04/10/mars-1849-1912-dessinateur-et-collectionneur-de-rops-a-namur-21-04-17-05/.

Mars et Rops réunis 150 ans plus tard

« Arromances-Anelles-Ver sur Mer-Courseulles » (1892/chine-crayon bleu) © « Mars »/Coll. privée

Par ailleurs, à l’occasion de cette exposition3.500 lettres de Félicien Rops , dont 183 adressées à « Mars », viennent d’être mises en ligne par Émilie Berger et Coralie Massin. A chacun d’entre nous de consulter le site web : http://www.ropslettres.be, pour découvrir ce focus « Rops-Mars », la correspondance entre les deux hommes étant agrémentée de notices et de liens vers l’inventaire en ligne des collections du « Musée provincial Félicien Rops »

Lettre illustrée à Maurice Bonvoisin, le 20 février 1879 © « Musée Félicien Rops »/Province de Namur

Ainsi, évoquant les lettres de Félicien Rops, Edgar Degas (1834-1917) confia à Edouard Manet (1832-1883) : « Celui-là écrit mieux encore qu’il ne grave… Si l’on publie un jour sa correspondance, je m’inscris pour mille exemplaires de propagande… »

« Pornocratès » (F. Rops/1878) et Véronique Carpiaux, la conservatrice © « La Meuse »/2020

Quant à la conservatriceVéronique Carpiaux, elle insiste sur le fait que : « Félicien Rops était considéré comme un « maître » pour certains jeunes artistes, dont Maurice Bonvoisin, les deux hommes ayant en commun une vision caustique de la société, qu’ils expriment, notamment, par le biais de la caricature ou de l’illustration, laissant libre cours à la critique et/ou à l’érotisme léger. »

Bonne visite, en n’oubliant pas ce qu’écrivit Félicien Rops (1833-1898) : « Puis il faut vivre et bien vivre naturellement, car c’est la santé, la joie et la force, de bonnes choses dont il ne faut de départir. »

*** « Peter Saul-Pop, Funk, Bad Painting and More », expo au « Delta », jusqu’au dimanche 23 août :

Pour toute personne qui n’a pas encore vu ce lieu d’art et de culture, sis au confluent de la Sambre et de la Meuse, c’est l’occasion de découvrir ce qui fut la « Maison de la Culture de la Province de Namur », qui, rebaptisée « Delta », fut inaugurée en septembre 2019.

Pour profiter de ses 3 salles de spectacles, de sa terrasse panoramique ou de son restaurant, il faudra patienter, seules les salles, sur deux étages, de l’exposition temporaire étant réouvertes, dès ce mardi 19 mai.

« Quack, Quack Trump » (2017) © Peter Saul/« Artist’s Rights Society », New York

Mais le déplacement à Namur en vaut la peine, histoire de découvrir les oeuvres, certaines monumentales, de cet artiste contemporain hors du commun, Peter Saul (°San Francisco/1934), qui nous fit le plaisir de commenter ses peintures, à l’occasion de la visite de presse et du vernissage, en mars dernier, une semaine avant le confinement qui nous fut imposé,… dans notre intérêt…

Lors de son passage en bord de Sambre, cet artiste californien nous confia : « La soi-disant bonne peinture est comme une parade de penseurs intelligents. Je suis content d’être en dehors de ça. Choquer signifie parler à des gens qui ne veulent pas écouter. Accepter de ne pas être choquant, c’est accepter d’être un meuble.Traitez-moi donc de cinglé si vous voulez… Mon œuvre, c’est 80% de colère… Quand j’ai commencé à introduire une imagerie insensée ou stupide dans mes tableaux, j’en riais d’excitation »»

Angela & Ali 1971

« Angela and Ali » (1971) © Peter Saul/« Artist’s Rights Society », New York

En décembre 2019, pour « Arts Hebdo Médias »Marie-Laure Desjardins écrivait :« Inlassable observateur de la société américaine, il manie depuis quelque soixante années un pinceau trempé dans la nitroglycérine. Ses toiles, d’une facture classique, sont d’une contemporanéité terrible. Cette manière très pop – le mot est lâché – d’user de la couleur rend sa peinture immanquablement attrayante quand les formes surabondantes et irréelles distillent un sentiment d’étrangeté… »

Artiste engagé, il nous offre sa vision de la guerre du Vietnam, des luttes pour les droits civiques, caricaturant des Présidents américains, tels Ronald ReaganGeorge W. Bush et Donald Trump ; de la malbouffe et des cigarettes (ancien fumeursa charge est virulente) ; voire de batailles historiques, tel celle du siège du Fort d’Alamo, durant lequel périt Davy Crockett (1786-1836), qu’il représente avec du sang s’écoulant de son crâneIci, comme dans d’autres oeuvres, le traitement coloré et « cartoonesque » des corps meurtris souligne l’absurdité de la violence des conflits armés.

Aussi bien, il revisite de célèbres oeuvres d’art (de « La Joconde », de Léonard de Vinci, à « La Ronde Nuit », de Rembrandt, en passant par la « Fontaine » {urinoir renversé, signé « R. Mutt »}, de Marcel Duchamp), s’intéressant aussi à Mohamed Ali, Angela Davis, Fidel Castro, …, sans oublier les personnages de « comics » américains.

« Nightwatch II » (2016) © Peter Saul/« Artist’s Rights Society », New York

A relever ce que Peter Saul nous déclara : « Il ne m’est jamais venu à l’esprit de chercher un groupe auquel appartenir… (Ajourd’hui), le ‘style artistique’ ne m’intéresse plus. Je m’intéresse plutôt à l’individualité du tableau. Pour ce qui est de la peinture à proprement parler, je laisse le sujet me guider, autant que possible. »

Quant à Annabelle Ténèze, elle écrit, en 2019 : « Pour cetains, le peintre américain est le père du pop art, pour d’autres, il est un des pionniers du funk californien, ou encore un précuseur du bad painting… Sous l’humour et l’outrance, son traitement de la société divertit autant qu’il réveille les consciences. »

Pour en savoir plus, consulter notre lien : https://brussels-star.com/2020/03/17/au-delta-a-namur-peter-saul-pop-funk-bad-painting-and-more-04-04-07-06/

Ouverture : du mardi au vendredi, de 11h à 18h, le samedi et le dimanche, de 10h à 18h. Prix d’accès : 10€ (réduction prévue avec le « Pass Delta »). Catalogue : nombreuses illustrationstextes (anglais-français) de Peter SaulAnnabelle Ténèze & John Yaude (Ed.« Hatje Cantz »/cartonné/224 p./38€). Lien https://www.ledelta.be/evenements/peter-saul-pop-funk-bad-painting-and-more/.  Informations mediation@ledelta.be. Site web : http://www.ledelta.be.

Concernant les mesures sanitaires, elles sont identiques à celles préconisées pour la visite du « Musée provincial Félicien Rops » (voir plus haut). pour nos indispensables réservations de visites : 081/77.67.73.

Le respect de ces mesures sanitaires est particulièrement important, afin d’éviter toute rechute de la crise, … qui provoquerait un nouveau confinement, ce que personne ne souhaite, d’autant que nous attendons, maintenant la réouverture des cafés-brasseries et des restaurants, et, sur le plan de la Culture, des salles de théâtre et de cinéma, en espérant que divers Festivals, tels le« Brussels Short Film Festival » (« BSFF »/nouvelles dates : du mercredi 02 au samedi 12 septembre), le« BRussels International Film Festival » (« BRIFF »/nouvelles dates : du jeudi 03 au dimanche 13 septembre), le « Millenium Documentory Film Festival » (nouvelles dates : du mercredi 23 septembre au jeudi 1er octobre) ou encore, à Namur, le « Festival International du Film Francophone » (« FIFF »/du vendredi 02 au vendredi 09 octobre), puissent avoir lieu, ceci en pensant particulièrement à tous ces acteurs, réalisateurs, techniciens, intermittents, …, qui sont sans travail depuis la mi-mars

Yves Calbert.

 

 

 

 

 

 

 

 

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s