En Avant-Première, à Liège et à Namur : « Filles de Joie », ces 11 et 13 Février

media

En présence des réalisateurs, Frédéric Fonteyne et Anne Paulicevich, ce mardi 11 février, à 20h, au « Parc », et ce jeudi 13, au « Caméo », en avant-première à Liège et à Namur, projection événementielle de « Filles de Joie » (Fra.-Bel./2019/90 min.), qui nous propose trois histoires de femmesfilmées, lors d’un été caniculaire, dans le Nord de la France et en zone frontalière belgo-française.

Filles-de-joie-Fonteyne-Paulicevich

Annabelle Lengronne, dans « Filles de Joie » (Frédéric Fonteyne et Anne Paulicevich)

Synopsis : « Axelle (Sara Forestier), Conso (Annabelle Lengronne) et Dominique (Noémie Lvovsky) partagent un secret. Elles mènent une double vie. Elles se retrouvent tous les matins sur le parking de la cité pour prendre la route et aller travailler de l’autre côté de la frontière. Là, elles deviennent Athéna, Circé et Héra dans une maison close. Filles de joie, héroïnes du quotidien, chacune se bat pour sa famille, pour garder sa dignité. Mais quand la vie de l’une est en danger, elles s’unissent pour faire face à l’adversité… »

Une vie familiale compliquée

Projeté en avant-première mondiale, le lundi 20 janvier, à Tournai, lors de la Soirée d’Ouverture du « Ramdam Festival », ce film, porté par l’énergie flamboyante de ses actrices principales, est truffé de scènes mémorables.

Alicia del Puppo, pour « Les Grignoux », écrit : « Le film débute dans une cité française comme on en connaît beaucoup, où les immeubles côtoient les grues de chantier. On s’immerge directement dans l’un de ces appartements sociaux, celui d’Axelle, jeune femme ébouriffée qui semble avoir grand-peine à dompter sa progéniture. »

« D’emblée, on ressent le tohu-bohu d’un foyer en surchauffe. Ici, on prend peu le temps de se poser, de réfléchir, d’envisager une parentalité positive et bienveillante… Au contraire, on se précipite, on se dispute, on se gueule dessus. Comme chaque matin, Axelle retrouve Dominique et Conso sur le parking de l’immeuble. Elles partent ensemble travailler de l’autre côté de la frontière, en Belgique, où, dans une maison close, elles deviennent Athéna, Circé et Héra. »

des-filles-de-joie-jpg

En maison close, elles deviennent Athéna, Circé et Héra

« En trois chapitres, le film prend le temps de nous exposer la vie de chacune d’elles, sur leur lieu de travail et au-delà. On entre dans leur quotidien par le biais de leur amitié, de ce trajet en voiture au cours duquel elles s’imprègnent progressivement de leur personnage. »

« La beauté du film, son parfum s’installent dans les moments creux, quand les filles se réunissent au salon et partagent leurs expériences. Leur langage est cru et libéré, littéral et sans jugement, une évocation du sexe comme on l’entend rarement, enjouée sans taire pour autant la violence des rapports dont elles sont parfois les victimes. »

Frederic Fonteyne - Award Ceremony Inside - The 69th Venice Film Festival

Frédéric Fonteyne, « Prix spécial du Jury », à la « Mostra de Venise », en 2012, pour « Tango libre »

Notons que pour son film « Tango libre » (Bel.-Lux.-Fra./2012/97 min.), Frédéric Fonteyne remporta, en 2012, le« Prix spécial du Jury », à la « Mostra de Venise », ainsi qu’en 2014, deux « Magritte », ceux « du meilleur Scénario original ou Adaptation » {Philippe Blasband et Anne Paulicevich} et« des meilleurs Décors » {Véronique Sacrez}), ceci après avoir reçu, en 2004, le« Prix André Cavens », attribué par l’« UCC » (« Union de la Critique du Cinéma ») pour « La Femme de Gilles » (Bel.-Fra.-Lux.-Ita.-Sui./2004/ 103 min.).

Résultat de recherche d'images pour "filles de Joie frédéric fonteyne film photos"

Sara Forestier, dans « Filles de Joie » (Frédéric Fonteyne et Anne Paulicevich)

De son côté, Sara Forestier a obtenu deux « César », celui, en 2011, « de la meilleure acrice » pour « Le Nom des Gens » (Michel Leclerc/Fra./2010/100 min./film lauréat, en 2011, d’un second « César », celui « du meilleur Scénario original » {Baya Kasmi et Michel Leclerc}), ainsi qu’en 2005, « de meilleur Espoir féminin », pour « L’Esquive » (Abdelatif Kechiche/Fra./2004/117 min./film lauréat, en 2005, de trois autres « César », ceux « du meilleur Film »« du meilleur Réalisateur » et« du meilleur Scénario original ou Adaptation » (Abedelatif Kechiche et Ghalia Lacroix).

En séances ordinaires, « Filles de Joie » sera à l’affiche du « Parc », entre le mercredi 12  et le mardi 25 février, au « Sauvenière », entre le mercredi 12 février et le mardi 10 mars, ainsi qu’au« Caméo », entre le vendredi 14 février et le mardi 10 mars.

Site web : http://www.grignoux.be.

Yves Calbert.

 

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s