Chorégraphies d’Indonésie, à Liège et à Schaerbeek

Danse « Topeng » © Panji Sutrawinangun

Le « Théâtre de Liège », anciennement « Théâtre de la Place », nous attend ce mardi 21 novembre, à 20h, et ce mercredi 22 novembre, à 19h, pour un exceptionnel spectacle chorégraphique, programmé dans le cadre d’ « Europalia Indonésia », ce même spectacle éatnt repris dans notre capitale, le vendredi 24, à 20h, aux« Halles de Schaerbeek ».

En première partie de ces soirées, nous pourrons, de nos fauteuils, nous rendre sur la côte nord l’île de Java, pour découvrir, une interprétation de danses traditionnelles, originaires de la ville côtière de Cirebon, intitulées « topeng » (masque, en indonésien). Créées, au 15ème siècle, pour répandre la foi de l’Islam, ces chorégraphies hypnotiques masquées, propres à la Culture indigène, se déroulent lors des récoltes, des fêtes de circonsisions et d’autres célébrations villageoises, pour rassembler et disperser les forces négatives surnaturelles.

Cette danse « topeng », accompagnée des sons d’un « gamelan », connaissant une énorme diversité régionale« Europalia Indonésia » a choisi de nous présenter la tradition de Losari, l’une des plus connues, se différenciant des autres par son agilité et sa technique des plus compliquées, avec, sur nos scènes belges, Nur Anani M Irman, mieux connue sous le diminutif de Nani, une danseuse possédant, outre ses costumes colorés, pas moins de 80 masquesvieux de plus de 200 ans, prestant dans le monde entier, dans l’espoir d’aider à préserver cette tradition de l’oubli, la magie l’imprègnant dès qu’elle pose l’un de ses masques opulents sur son visage, lui transférant, dit-on, des pouvoirs spéciaux, la transformant en incarnation d’un Roi, d’une coquette Princesse ou d’un … clown.

Danse « lenger » © « Wannes Cre »

En seconde partie de ces soirées, accompagnée de percussions, nous apprécierons « Medium », un tout autre style de chorégraphie, avec le danseur javanais Rianto, ayant appris, auprès des maîtres anciens de l’île de Java, la danse lengger, destinée à balayer les différences entre les genres. Cette tradition étant de plus en plus menacée par la religion et la politiqueRianto s’engage pour le maintien de ce petit bout de Culture et de l’espace mental intermédiaire que représente cette danseespace entre le genre masculin et le genre fémininentre les coutumes anciennes et les principes religieux, entre l’existence traditionnelle et la vie contemporaine.

A noter que pour interptéter, avec virtuosité« Medium », plaidoyer en faveur de la liberté et du rejet de la pensée dogmatique, ce danseur a confié la dramaturgie de sa prestation à Garin Nugroho, un réputé cinéaste indonésien, né à Jogjakarta, ayant remporté de nombreux Prix, notamment, en 1991, lors du « Festival du Film Indonésien » (« FFI ») pour son film « Cinta dalam Sepotong Roti »lauréat de six « CitraAwards » (meilleur réalisateur, meilleur film, meilleur montage, meilleure musique, meilleure scénographie et meilleur cameraman), … une telle collaboration ne pouvant nous offrir qu’un « feu d’artifice » artistique sur un sujet d’importance, la scénographie d’Iskandar K. Loedin nous proposant des images documentaires magiques s’entremêlant dans ce même « Medium ».

Le temps d’un soir, à Liège ou à Schaerbeeck, nous assisterons donc, avec intérêt, à deux spectacles exceptionnels nous garantissant deux ébouriffants dépaysements !

… Et, dans la journée, profitons de notre présence à Liège ou à Bruxelles pour visiter l’une ou l’autre des trois principales expositions d’ « Europalia Indonésia ». A ce niveau, soulignons d’abord la superbe scénographie d’ « Archipel, les Royaumes de la Mer », au « Musée de la Boverie », où un authentique « Padewagang »,bateau traditionnel construit, selon la méthode ancestrale, par des charpentiers ayant fait le déplacement de Makassar jusqu’aux rives de la Meuse.

A Bruxelles« Bozar » présente « Ancestors & Rituals », une occasion pour nous de découvrir comment les ancêtres continuent à définir l’Indonésiede Sumatra à la Papouasie, avec tout comme à Liège, de très nombreux trésors archéologiques et ethnographiques prêtés par le « Musée National d’Indonésie », de Jakarta, et exposés pour la ptremière fois en BelgiqueEn ce même « Palais des Beaux-Arts », une troisième exposition importante nous attend, « Power and other Things », qui avec des artistes des 19ème et 20ème siècles, nous offre une représentation unique de l’histoire récente de l’Indonésie, incluant les dernières convulsions de la colonie néerlandaise et l’occupation japonaise.

Yves Calbert

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s