Chambre des Merveilles, chez « Millon », au Sablon, ce 13 Mars

Millon afficheThéâtres de l’étrange et du bizarre, les cabinets de curiosité naissent avec les Grandes Découvertes du XVIème siècle. En ces temps de grandes campagnes d’exploration, les rois et les princes d’Europe entreprennent de rassembler dans leurs demeures ces trésors venus du bout du monde. Ils accumulent ainsi dans ces cabinets de curiosité, d’innombrables objets rares et singuliers où les antiquités côtoient animaux empaillés, insectes séchés, coquillages, squelettes, fossiles et oeuvres d’art. Ce formidable bric-à-brac constitue, pour les curieux de l’époque, une collection du voyage, de la connaissance et des sciences. Incarnant les trois règnes (animal, végétal et minéral), elle illustre la quintessence de ce que la nature peut offrir de plus merveilleux.
Cet univers bizarre, authentique « Chambre des Merveilles », curieuse collection rassemblée par Bruno Briano, nous pourrons le rencontrer en nous rendant chez « Millon », au « Sablon », ce dimanche 13 mars, à 14h.30. Ainsi, pendant près de 40 années, ce passionné s’est attaché à conserver la mémoire de ces trésors délivrés par la nature, dans l’esprit et le goût des hommes de la Renaissance.
 En quarante années Bruno Briano, plongeur et amoureux des fonds marins, s’est appliqué à concevoir l’une des plus grandes collections de coquillages d’Europe jamais rassemblée. Passionné par le monde subaquatique, l’homme explore les océans du monde entier. Lors de ses campagnes de plongée, il participe activement à la détermination et la description de nouvelles espèces de coquillages, dont certaines portent son nom.
Ayant enrichi sa collection de fossiles et de minéraux, Bruno Briano, nous présente près de 250 objets rares et insolites, de jolies plumes à des vestiges de dinosaures, en passant par des papillons, des oiseaux, des coquillages, des cornes, des fossiles, des minéraux, des coraux, voire des cornes de licornes, le tout constituant une incroyable « Chambre des merveilles », qui fut régulièrement présentée à travers le monde, tant l’esthétique et la qualité de ces chefs-d’oeuvre naturels sont remarquables.
Parmi les pièces les plus rares notons: l’élégante gorgone blanche, estimée entre 300 et 600€, la racine monumentale d’un palmier de Madagascar
(entre 1.800 et 2.200€), une magnifique géode de quartz améthyste (entre 350 et 400€), un oeuf d’ « Aepyormis Maximus », un oiseau, originaire de Madagascar, disparu à la fin du XVIème siècle, qui était réputé  pour ses oeufs parmi les plus gros jamais pondus sur la surface de la terre (entre 2.000 et 3.000€).
Sous le marteau de maître Alexandre Millon, cet ensemble de curiosités naturelles sera dispersé aux enchères. Avis aux collectioneurs, qui peuvent consulter le catalogue en ligne sur le site: http://www.millon-bruxelles.be.
Yves Calbert.
Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s