« Searching for Utopia » demeure à Namur. #wallonie #namur

Comme suite au retentissant succès de l’événement culturel namurois « Facing Time Rops/Fabre », qui prit fin le 30 août 2015, il ne restait, à Namur, qu’une seule des statues réalisées par Jan Fabre (°1958), arrivée par hélicoptère le 14 mars 2015 et déposée à l’avant de la Citadelle, face au Confluent de la Meuse et de la Sambre.

Pour le plus grand plaisir de nombreux Namurois et de leurs hôtes, « Searching for Utopia », qui  intègre naturellement le paysage urbain, restera dans la capitale wallonne, le tout étant de voir si, comme certains élus le souhaitent, elle n’émigrera pas dans l’un des futurs musées locaux, qu’ils appartiennent à la Ville (« Musée des Arts décoratifs », dont l’ouverture est prévue en 2016) ou à la Province (« Musée d’Art moderne », au sein de la nouvelle « Maison de la Culture de la Province de Namur », dont les travaux de rénovation commenceront cet été).

Utopia

De fait, le 31 août 2015, une souscription pour l’achat de cette « tortue géante » (7 mètres sur 5/6.500 kilos) – oeuvre en bronze de Jan Fabre  – avait été lancé, la date limite ayant été fixée au 31 octobre. Hors, bien avant l’échéance, les 450.000€ demandés avaient été récoltés, la Ville ne devant même plus intervenir, financièrement, pour cet achat, ce qui réjouira ceux qui, à Namur, s’opposaient à ce projet. Simplement, et ce n’est pas rien, elle devra en assurer la sécurisation et l’entretien.

Déclarant que « cette oeuvre s’inscrit désormais durablement dans le paysage et renforce l’attractivité touristique et culturelle de Namur et de sa Citadelle », Francis Malacord, directeur de la « Fédération du Tourisme de la Province de Namur » (« FTPN »), signale que pas moins de 163 donateurs, dont un enfant de 7 ans, se sont manifestés, afin de réunir les 200.000€ qui restaient à rassembler, en complément des sommes promises par le Ministre régional du Tourisme (2000.000€) et la « Fondation Roi Baudouin » (50.000€). A noter que la « Galerie Guy Pieters » demandait 500.000€, au départ, mais qu’elle avait consenti à réduire son prix de 50.000€, le fixant donc, définitivement, à 450.000€.

Concernant l’attrait de Namur pour l’artiste anversois, Joanna De Vos, sa collaboratrice, nous confia que « Jan Fabre aimait jouer au « Black Jack », au Casino, quand il était jeune. C’est ainsi qu’il découvrit l’œuvre de Félicien Rops, ce créateur namurois qui l’a tant impressionné, appréciant son imagination débridée. Hors, à cette époque, c’était rare pour un jeune de s’intéresser à Rops. Jan Fabre se réjouit donc de cette rencontre de son univers avec celui de Rops, à Namur ».

… Tout comme toute personne intéressée par l’Art et la Culture, … l’Art contemporain étant, désormais, durablement présent dans la capitale wallonne, … juste au-dessus des bâtiments abritant le Parlement wallon, … un beau trait d’union entre un artiste flamand et notre chère Wallonie, … permettant à Jan Fabre de rester bien présent dans la ville natale de celui dont il apprécie tant le talent, Félicien Rops! …

Si Bruxelles a conservé son « Atomium » (dont les boules furent réalisée à Jambes – fusionnée à … Namur, en 1977 – par les « Ets. Finet », qui en assurèrent le montage in situ), Namur conserve donc sa tortue dorée. A chaque capitale son symbole, son attrait artistique et touristique!

Yves Calbert.

 

 

 

 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :