Grande enquête Haren: 1.la mobilité #stib #mivb #bruxelles #brussel #mobilite

Miguel D. DESNERCK, éditeur quotidien brusselsstar

 

Notre quotidien commence une série d’articles exclusifs sur Haren, petit village dans Bruxelles-ville coincé au nord près de l’aéroport. Nous étions convaincus que ce petit village de cultivateurs traditionnels de chicons connaît des problèmes spécifiques. Notre grande enquête sur place !

MDD

1. LA MOBILITE

20150512_111649

Se déplacer à Haren sans voiture, devient de plus en plus une tâche difficile du quotidien. La petite commune de Bruxelles étant désservie par une seule ligne de bus, celle du 64 en direction de Machelen, et  les gares de Haren-Sud, se mettre en mouvement pousse au désistement.

« Pour les personnes à mobilité réduite et les personnes âgées, c’est très20150512_111628 difficile de remonter la rue pour prendre le bus » souligne Christiane, une habitante âgée de la commune.

Pour ce qui est du train, le dernier passage est aux environs de 22h30 en semaine et le weekend.

Une seule ligne de bus qui relie la porte de Namur (au centre-ville) à Haren en passant par Schaerbeek représente une offre limitée de la stib d’une part et ne facilite pas les problèmes de mobilité dans les petites rues d’Haren.

Lorsque l’on discute avec les habitants, ils considèrent que l’offre de transports publis est insuffisante et malheureusement inadaptée pour désenclaver Haren.

Bryan Cape

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s