Les « baladins du miroir » à Namur

« 1914, le grand Cabaret », avec les « Baladins du Miroir », à Namur
« Allons, messieurs, dames, achetez « L’Ami de l’Ordre », 50 centimes, 29 juillet 1914, la neutralité de la Belgique sera-t-elle respectée, mobilisation générale »,  la guerre est déclarée »,… Moustaches au vent, casquette sur la tête, ainsi s’exprime Marcel, le crieur de journaux, se « baladant » (normal pour un « Baladin ») de l’entrée du chapiteau jusqu’au  haut des gradins!
Et le spectacle commence en chanson, puis en illusion. Ainsi une comédienne va être coupée en deux par un fakir indien, qui dit l’avoir « choisie de longue taille, afin d’obtenir deux beaux morceaux » (sic)! Ilusion, illusion! … « Une soirée chez Cippolini, c’est une soirée au paradis! Bienvenue chez Cippolini »! … C’est aussi l’histoire de deux conflits, père – fils et théâtre – cinématographe! …
 
baladinsdumiroir
 
Si « à la guerre, l’art n’est rien », sur scène, l’on « se balade comme un p’tit gris de Namur », … et l’on danse le « french cancan », après l’entracte, huit danseuses récoltant un bien beau succès auprès du public, qui, bientôt, assiste à une scène de « crêpage de chignons » interprétée au ralenti!…
Un ralenti qui nous amène tout naturellement à l’une des attractions de l’époque : le cinématographe. Sur écran, nous retrouvons l’univers de Georges Méliès et de son « Voyage dans la Lune », grâce à un court métrage fort bien réussi, « Le Fils de la Lune », coproduit par l' »I.A.D. » (« Institut des Arts de Diffusion »), en collaboration avec le « C.A.V.-U.C.L. » (« Centre Audio-Visuel de l’Université catholique de Louvain-la-Neuve »), les dessins et décors étant l’oeuvre de François Schuiten, scénographe bien connu, auteur B.D. des « Cités obscures »
… Et de l’écran, l’on revient sur scène pour assister à la mobilisation de Jean, le fils de Gaëtano Cippolini, directeur de la compagnie foraine, alors qu’un orchestre détonant, de pas moins de 13 musiciens, donne du rythme à l’action, entraînant bientôt le public ravi vers le bar et la crêperie des « Baladins du Miroir », où tout en chacun peut danser, comme il y a cent ans!!! …
 
Créé en 2005, avec une intrigue qui se déroulait en France – sur une idée originale et une mise en scène de Gaspar Leclère, Vincent Zabus l’assistant pour le scénario et la mise en scène, la composition musicale étant de Line Adam -, ce « Grand Cabaret »a été adapté à la vie namuroise, sur la proposition du « Comité d’Animation de la Citadelle », qui a permis à une vingtaine de roulottes et caravanes de la troupe itinérante de Thorembais-les-Béguines de s’installer sur les hauteurs de Namur, eux qui, hors d’Europe, ont également été applaudis au Canada (2001), au Maroc et au Niger.
Ainsi, alors qu’au « Grognon », « Namur les Bains » continue à accueillir les amateurs de sable, d’eau et de … cocktails, l’esplanade de la Citadelle et les « Baladins du Miroir vous attendent, jusqu’au 17  août, tous les soirs à 20h.30 et le dimanche, à 16h., pour partager un agréable moment dans leur historique « Grand Cabaret », qui sera réadapté à la bruxelloise, du 05 au 17 novembre, sur la Place Flagey, du mardi au samedi, à 20h., le dimanche, à 16h.  Pour tout renseignement : www.lesbaladinsdumiroir.be
Yves Calbert.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s