Santé : Peut-on guérir ou atténuer un bégaiement?

Photo du film "la guerre des boutons"

Photo du film « la guerre des boutons »

Le bégaiement est un trouble de la parole affectant le débit de la parole caractérisé par des répétitions et prolongations involontaires des sons, syllabes, mots ou phrases, et par des pauses silencieuses involontaires dans lequel « le bègue », terme désignant un individu souffrant de bégaiement ou d’un trouble lié est incapable de produire un son.

Le bégaiement comprend souvent des répercussions psychologiques et sociales modérées voire très lourdes pour la personne affectée. Il existe des cas de suicide où les conséquences du bégaiement sont un facteur avéré. Dans un grand nombre de pays, et pour les cas assez sévères, il est reconnu par les administrations comme étant un handicap. Certaines personnes concernées refusent au contraire les termes de maladie ou de handicap.

RTEmagicC_7223_medicaments_mutuelleprevoyancesante-fr_txdam19770_9dd4e4Des chercheurs de la VUB et de l’ULB ont étudié l’effet de la rilatine sur les personnes chez qui le traitement usuel du bégaiement donnait des résultats insuffisants. Les résultats de cette nouvelle étude sont très prometteurs.
En 1962,  les scientifiques pensaient que la D-amphétamine avait un effet favorable sur le bégaiement mais ce produit n’a jamais été utilisé dans la pratique thérapeutique en raison des effets secondaires rencontrés. Cinquante ans plus tard, le méthylphénidate, un dérivé de la D-amphétamine, a été testé chez les bègues de 19 à 35 ans. Mieux connu sous le nom de rilatine, le méthylphénidate provoque moins d’effets secondaires que la D-amphétamine que chez les adolescents et les adultes. Peu après une prise unique de Rilatine, le nombre de moments de bégaiement à la lecture d’un texte a diminué en moyenne de 33 à 22. Chez les participants qui ont reçu le placebo, aucune baisse significative n’a été constatée.
Suivant cette étude, il n’existe pas de réelle amélioration, malgré la diminution significative du nombre de moments de bégaiement tant à la lecture qu’en communication spontanée. Les participants n’ont pas signalé d’amélioration subjective du bégaiement. Les chercheurs pensent que cela peut-être dû aux énormes attentes des  participants du traitement.

Cependant, Il est encore trop tôt pour recommander la Rilatine pour les bègues car  les recherches doivent être conduites à long terme. Les scientifiques ne savent pas encore si un traitement de longue durée à la Rilatine produit un meilleur effet sur le bégaiement d’une prise unique. Par précaution, il faut encore étudier la sécurité du traitement à long terme.

ULB Recherche

 

 

 

 

ULB Dr. Henny-Annie

VUB Prof. dr. Dirk Devroey       dirk.devroey@vub.ac.be

Dr. Henk Rabaeys                       henkrabaeys@gmail.com

Hafida Benyacoub, journaliste Brussels-star.com

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s