FRANCOIS SCHUITEN A LA BIBLIOTHECA WITTOCKIANA

François SCHUITEN

François SCHUITEN

A l’occasion des 30 ans de ses « Cités obscures », éditées par « Casterman », François Schuiten a fait don au « Fonds du  Patrimoine » de la « Fondation Roi Baudouin » de planches originales de ses bandes dessinées, dans le but d’éviter leur    dispersion. Ce « Fonds François Schuiten » a été confié à la « Bibliotheca Wittockiana » qui, à cette occasion, nous propose,  jusqu’au 19 avril, son exposition « Le Temps des Cités », à la découverte de l’univers fantastique du dessinateur, qui nous  transporte, à chaque planche, dans un monde parallèle toujours renouvelé.
Ainsi, sur une planche originale montrant une nacelle descendant sous terre, nous lisons : « Nous sommes bien d’accord, vous descendez dans l’entre-terre ». Et plus tard, lorsque ces aventuriers veulent remonter : « Nelle, comment fera-t-on pour regagner le village avec une nacelle qui ne peut que descendre? Oh, c’est très simple. Il suffira de s’agripper à la paroi des cultures. Tu sais, celle qui remonte ». Mais, avant l’originalité du texte, il y a la qualité du dessin.
 
« Chaque original de Schuiten est un tableau. Des centaines de couches de crayons de toutes les couleurs sont posées sur la feuille. Assister à ce moment est un privilège rare. Après le crayonné, après l’encrage d’une rare précision, après le premier jus d’acrylique, posé comme une caresse sur le papier, vient ce moment où l’artiste attaque la couleur. Cela peut durer des jours. … Il faut dire que l’auteur ne ménage pas sa peine. Il aime aller au charbon. Il aime se donner jusqu’à la douleur. Il ne croit pas au dessin immédiat, facile. Il croit à la force du travail, au sens du détail qu’il sera souvent le seul à voir. Il veut constamment se dépasser, aller plus loin dans la justesse de la composition. … Chaque livre est une douleur. Jamais encore l’impression, aussi parfaite fût-elle, n’a pu égaler l’original. … Au fond, cette quête infinie est l’une des choses qui le maintient éveillé » (Thierry Bellefroid, p. 69-70 du catalogue).
Aussi, ne boudons pas notre plaisir de découvrir, ici, d’authentiques originaux, autant d’oeuvres d’art graphique. Et si nous voulons voir (et entendre) François Schuiten au travail, en compagnie de son complice scénariste, Benoît Peeters, regardons une vidéo de 11′,  « Rêves de Pierre », réalisée en 2003, pour le « Festival d’Angoulème », là même où il reçu le « Grand Prix de la Ville », en 2002. Mais qu’il est bon de le voir dessiner! … Quelle dextérité! …
Juste à côté, nous trouvons trois planches, montrant l’évolution du travail de François Schuiten, pour réaliser la couverture du N° 158 d' »A suivre », en 1991, ainsi que l’original (2013) de la couverture du catalogue de la présente expo « Le Temps des Cités », réalisé au crayon, à l’acrylique et à l’encre de chine, sur papier, du « proto art nouveau avec des éléments néos-pompéens », comme écrit dans l’exposition.
Notons que dans cette intéressante exposition, en complément des planches originales de ses « Cités obscures », nous trouvons également des planches de ses  « Terres creuses » (« Carapaces », 1981; « Zara », 1985; Nogegon », 1990) qu’il réalisa avec son frère, Luc, et de ses « Métamorphoses » (« Aux Médianes de Cymbiola », 1980), des histoires « à quatre mains », avec Claude Renard, son professeur à l’Institut Saint-Luc, qui lui permet de se perfectionner dans la maîtrise du  « Neuvième Art ». Divers objets offrent du relief à cette exposition, notamment un livre géant avec une nacelle se détachant d’une page, un planétaire, un bolide automobile, la « Tour d’Armilia », …
Mais revenons aux « Cités obscures », présentes à la « Bibliotheca Wittockiana », avec des planches originales, différentes couvertures incluses, de « Souvenirs de l’éternel Présent »(2009), « La Frontière invisible » (2004), « La Théorie du Grain de Sable » (2009) et « Brüsel » (1992), dont les histoires se déroulent en Belgique, les scénarios sont de son ami Benoît Peeters, qu’il rencontra à l’âge de 12 ans, sur les bancs du « Collège Don Bosco », où ils se lancèrent dans un premier projet commun, celui du journal scolaire « Go », avec l’illustration confiée à François et la rédaction Benoît. Se retrouvant en 1976, ils continuent à unir leurs talents, pour notre plus grand plaisir.
Non content de ce don particulièrement généreux à la « Fondation Roi Baudouin », François Schuiten, par sa passion du beau livre et son envie de partager, a aussi effectué une donation de planches originales à la « Bibliothèque Nationale de France, à Paris. Nous pourrons les y découvrir, dans sa « Galerie des Donateurs », entre le 06 mai et le 15 juin 2014, grâce à son exposition intitulée « A l’Ombre des Tours », proposant des originaux de « Murailles », « La Tour », « L’enfant penchée » et « L’Ombre d’un Homme », les aventures de ces volumes des « Cités obscures » – réputées pour ses thèmes liés au secret et à la révélation – se déroulant en dehors de nos frontières belges.
A souligner que l’idée de François Schuiten, en offrant ses planches originales aux deux institutions citées, est, également, de pouvoir, ultérieurement – lorsque l’évolution technologique le permettra -, réimprimer ses originaux, pour rendre encore mieux son acte créateur, ce qui illustre parfaitement son désir de toucher, autant que faire se peut, à la perfection dans son art, … à l' »Inaccessible Etoile », comme chanté par Jacques Brel.
A Schaerbeek, à visiter également, le premier hôtel particulier (1893) du à Victor Horta, construit pour son ami Eugène Autrique, d’où son nom actuel de « Maison Autrique », dont la scénographie des expositions temporaires est confiée à François Schuiten, élevé au titre de Baron, le 21 juillet 2002, par le Roi Albert II. Pour tout renseignement concernant ce musée : Maison Autrique. Son intérêt pour la « Maison Autrique », dont il est administrateur, n’est pas un hasard. De fait, son frère, Luc, avec qui il débuta dans la bande dessinée, et leur père, exerçant, ou ayant exercé, la profession d’architecte. Une architecture bien présente dans ses « Cités obscures », notamment dans son album « Brüsel ». A la « Bibliotheca Wittockiana », nous retrouvons d’ailleurs une planche originale, en noir-et-blanc, présentant la « Maison Autrique », sa belle façade et ses accueillantes pièces d’habitation, recadrées au début du 20ème siècle, un personnage souhaitant en faire l’acquisition…
A côté de cet original, une reconstitution, grandeur nature, de l’atelier de dessinateur de François Schuiten, avec des planches en cours d’exécution, ses crayons, son encre de chine, au devant de sa bibliothèque, en fait, ici, d’un pan de bibliothèque de la « Bibliotheca Wittockiana », qui vous attend, gracieusement, durant la durée des vacances pascales.
Profitez de votre présence dans ce « Musée de la Reliure et des Arts du Livre », pour découvrir, à l’étage, de forts anciens ouvrages, tels un album perse du 17ème siècle, un manuscrit birman à plaques dorées, une tablette en bois népalaise, différentes reliures italiennes dont l’une du 16ème siècle, une reliure belge en cuir brun du 19ème siècle, …
Au rez-de-chaussée, quelque peu hors sujet, une incroyable collection de quelques 500 … hochets, offerts en 1990, en terre cuite, en bronze, en argent, en ivoire, …, certains ayant été exposés à la « BRAFA », il y a quelques années. Entre autres des hochets datant du 3ème millénaire avant J.-C. (Proche-Orient), du 2ème (Hitittes d’Anatolie), du 1er (Egypte), du 13ème au 9ème siècle avant J.-C. (Iran), …,  certains, moins historiques, avec un sifflet, des clochettes, en forme de trompette, de dirigeable, d’animaux, …
Prix d’entrée : gratuité pour tous, jusqu’au 19 avril inclus. Ouvert du mardi au dimanche, de 10h.00 à 17h.00. Prix du Catalogue, fort bien illustré par François Schuiten, écrit par Thierry Bellefroid et publié par la « Fondation Roi Baudouin » (80 p.) : 08€00. Prochaine exposition : « Un Habit pour les Ecrivains belges », du 27 avril au 07 juin 2014. Pour plus de renseignements : Bibliotheca Wittockiana | Musée de la Reliure et des Arts du livre
Yves Calbert.
Schuiten2

 

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s