Nouvelles Naissances à « Parai Daiza » : deux Takins dorés

© « Belga »-« Handout Pairi Daiza »
Nouvelle naissance à Brugelette, au sein du parc animalier « Pairi Daiza », de deux takins dorés, animaux menacés et emblématiques de la Chine, qui rejoignent, notamment, Wenzi et Zhanshi, nés en 2019.
 
Désormais, sept  takins dorés nous attendent, dès la réouverture, tant attendue, la fermeture étant certaine jusqu’au dimanche 03 mai inclus, des suites des dernières mesures gouvernementales. Nous les retrouverons au sein de leur territoire du « Royaume du Milieu », près de la grotte des célèbres pandas géants, que nous pourrons ainsi revoir à cette occasion.
© « Belga »-« Handout Pairi Daiza »
Combinant l’agilité d’une chèvre de montagne et la force musculaire d’un taureau, les takins dorés, en raison de la chasse et de la réduction de leur habitat, sont menacés d’extinction danas leur milieu naturel, tant dans leurs montagnes du Shaanxi, dans le sud de la Chine, qu’au au Bouthan.
La population des takins dorés (« budorcas taxicolor bedfordia ») ayant chuté de 30% au cours des dernières années, l’ « UICN » (« Union Internationale pour la Conservation de la  Nature ») a classé les takins dorés comme étant ≪ vulnérables ≫.
© « Belga »-« Handout Pairi Daiza »
A l’inverse dans les parcs animaliers et jardins zoologiques, la population de takins dorés est préservée. Et à « Parai Daiza », si leurs sexes n’ont pas encore été déterminés, afin de ne pas les déranger, leur naissance constitue une bonne nouvelle pour le programme européen de conservation des takins dorés, auquel ce parc animalier participe.
Le nom de cette race proviendrait, dans la mythologie, d’une longue quête que le héros grec Jason et les Argonautes auraient mise pour voler un manteau en or, la belle toison de ces animaux leur ayant inspiré ce nom de takins dorés.

© « Belga »-« Handout Pairi Daiza »

Ruminants de la sous-famille des caprins (chèvres), ils possèdent un gros mufle – contribuant à réchauffer l’air glacé des cimes qu’ils respirent – et de petites cornes recourbées vers l’arrière, ressemblant, ainsi, au gnou africain.

Possédant de belles fourrures jaunes dorées, ils peuvent mesurer plus de 2 m de long, avoir une hauteur de 1m30 et peser jusqu’à 350 kg, ces animaux montagnards, vivent habituellement entre 2.000 à 4.500 mètres d’altitude.

Grâce à leurs poils imperméables, lubrifiés par une huile que leur peau sécrète, leur fourrure pouvant être épaisse de 25 cm sur la gorge et le cou, les takins dorés résistent  particulièrement bien au froid. l

Anny Dimelow.
 
 
 

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s